Presse écrite

Drosophile n°17 : Tout sur les poissons !

Drosophile
La bonne idée de Gilles Macagno, le Grand Manitou de l’excellente « Drosophile », c’est d’avoir sélectionné les poissons non pas en ordre scientifique, mais par leurs noms. Et ça donne de drôles de chapitres : les musiciens (guitares de mer, poisson-trompette…), les professionnels (le cordonnier, le barbier…), les imitateurs (poisson-vache, renard de mer…), les volatiles (poisson perroquet, bécasse de mer…), les utiles (poisson hachette, requin marteau…), ou encore les militaires (archer, grenadier…). L’humour n’empêche pas le respect des réalités zoologiques : aujourd’hui, le mot « poissons » ne signifie plus rien de cohérent scientifiquement, et tout est expliqué de manière très claire, y compris la plongée dans es abysses. Voilà un remarquable travail pédagogique, fiable, vivant et drôle, à faire circuler un max !
Marc Giraud

Drosophile : abonnement 4  numéros 16 €
www.drosophile.net

La Hulotte n°103 : le rouge-gorge

lahulotte
Le charme de La Hulotte ne se dément pas au fil des ans et des numéros. Une fois de plus, Pierre Déom (JNE) nous révèle avec humour la vie intime d’un animal familier, ici le rouge-gorge. Ses amours, ses bagarres, son évolution au cours des saisons, les lieux inattendus où il arrive à faire son nid (un crâne, une poche de veste…), ses voyages, son territoire ou sa façon de s’alimenter, avec une illustration abondante et drôle. Ainsi, vous connaîtrez les deux occasions qui permettent de distinguer le mâle de la femelle, vous connaîtrez le point commun entre le faon et le jeune rouge-gorge, ou encore la couleur d’un oiseau fou de rage…

La deuxième partie de ce numéro est la suite des aventures de Madame Lynx et ses chatons, qui apprennent la vie et s’éduquent petit à petit, avec un coup de griffes sur les chasseurs, dont le rôle est si néfaste pour la survie de notre félin sauvage. Mais c’est une critique faite avec humour, toujours…
Marc Giraud


La Hulotte : abonnement 6 numéros 27,50 € – www.lahulotte.fr
Pour illustrer un article, dessins disponibles auprès de frederique@lahulotte.fr

Salamandre n°231, décembre 2015 – janvier 2014

Salamandre
Qui es-tu Renard ? titre la une de ce nouveau numéro de la revue naturaliste. Le Goupil en couverture nous regarde droit dans les yeux. Un superbe portrait signé Fabien Gréban. Cela fait vraiment plaisir de voir un vrai bon dossier sur notre mal aimé classé nuisible sur presque tout notre territoire. Julien Perrot et Jacques Rime nous raconte en mots et en image leurs rencontres avec le rouquin dont la réputation est sulfureuse depuis toujours. Dans les fables du monde entier, il est un malin, gredin, parfois pendable qui s’en sort toujours. La photo lauréate du concours Wildlife 2015 où un renard roux est en train de dévorer un renard polaire montre le drame du réchauffement climatique. Le territoire du renard roux s’étend de plus en plus vers le Nord et croise celui du petit renard polaire. Les prédations du premier sur le second sont de plus en plus fréquentes et menacent à terme l’espèce polaire.

Le Grand Cormoran, un autre mal aimé a sa place dans ce numéro particulièrement réussi. Les 4 pages consacrées à l’oiseau pêcheur sont signées Alessandro Staehli et Federico Gemma pour les illustratons et les notes de terrain. Également au sommaire : une séquence images sur le vautour fauve, une autre sur les boulots en hiver, des brèves autour du climat, et une rando au bord du Doubs. Le mini guide s’intéresse aux traces des carnivores. A noter : le jeudi 7 janvier 2016, l’émission La Tête au Carré (France Inter) sera dédiée au renard.
Danièle Boone


7 € sur commande uniquement – 
www.salamandre.net

Image Doc n° 234 : Pourquoi la Terre se réchauffe-t-elle ?

Image-doc
Ce numéro est consacré au réchauffement climatique, COP21 oblige. Ce dossier à la fois très fouillé et ludique est extrêmement bienvenu au moment où les enfants vont être bombardés d’infos via les journaux télévisés et autres émissions pour les grands. Savoir par exemple que plus il fait chaud, plus la mer monte et qu’en conséquence, il risque d’y avoir de plus en plus de réfugiés climatiques est, en effet une manière d’éveiller leur jeune conscience à l’urgence d’agir.

Cette publication n’a pas plus aux climatosceptiques qui ont bombardé de mails agressifs la rédaction d’Images doc, raison de plus  pour en souligner la qualité et le sérieux. Notre consœur Nathalie Tordjman a réalisé plusieurs dossiers ainsi que le texte de la bande dessinée qui plonge les enfants dans l’action!
Danièle Boone


Image Doc n° 234, décembre 2015, 6,40 € – pour les 8-12 ans
www.imagesdoc.com

La luciole du Centre : A la découverte de la nature

Luciole
Ce hors série publié par le Graine Centre (Réseau pour l’éducation à l’environnement en région centre) est le fruit du partage d’expériences et de pratiques d’une cinquantaine de professionnels à l’environnement coordonnés par Marine Poluga, Manuella Vérité et Éric Samson (JNE). Ce riche cahier d’activités est un outil précieux, pour tous ceux qui souhaitent réaliser des activités sur diverses thématiques nature ou environnement que ce soit dans le cadre professionnel, en classe ou en centre de loisir, ou en famille. Le champ est vaste puisqu’on peut tout aussi bien prendre conscience de la diversité sonore dans un milieu naturel que s’initier au jardinage et faire pousser des plantes même sans jardin ou encore découvrir la flore locale comestibles en faisant des sucettes! Chaque activité est développée sur une double page. Pour chacune d’elle, l’âge et le nombre des participants, le lieu propice et le matériel nécessaire sont clairement défini. Le plus : le commentaire d’un animateur qui a l’habitude de pratiquer l’activité.
Danièle Boone


Contact : info@grainecentre.org – tél.: 02 54 94 62 80 – www.grainecentre.org

3e millénaire n° 117 : L’écologie intérieure

MillenaireL’état de dégradation de la planète nous renvoie à nous-même et nous ne pourrons pas résoudre les problèmes écologiques sans prendre en compte les distorsions psychologiques dans lesquels ils sont apparus. L’écologie intérieure est un domaine vaste, difficile à définir en quelques lignes, mais force est de constater que nous sommes dans une société de plus en plus déconnectée de la nature. Pour Armelle Six, l’écologie commence par une profonde reconnexion à soi. La conscience écologique relie spirituellement, psychologiquement et physiquement l’humanité à ses racines planétaires. Bernard Boisson (JNE) qui signe un article sur l’écopsychologie, explique que la dissociation de l’humain avec la nature est une relation pathogène mais ce qui pose problème dans la dissociation humain/nature, c’est que la conscience professionnelle ou sociale, qui en manifeste les symptômes, n’en souffre pas, et n’a donc pas le pouvoir vital pour s’en alerter elle-même. Cette distanciation entre le monde du dedans et le monde du dehors est sans doute en bonne partie à l’origine du malaise sociétal actuel. Il faut donc se restructurer en laissant s’exprimer notre sensibilité au contact de la nature. Ce dont nous avons le plus besoin pour sauver la planète, disait le sage bouddhiste Thich Nhat Hanh, c’est d’écouter en nous les échos de la Terre qui pleure.
Danièle Boone

3e millénaire n° 117 – automne 2015, 8,50 € – www.revue3emillenaire.com
 

Manière de voir n° 144 : Environnement, climat : désordres et combats

Maniere-de-voir
Ce numéro consacré à l’environnement et au climat propose un choix d’articles du Monde diplomatique. Si la majorité des articles sont parus ces cinq dernières années, l’article le plus ancien signé Philippe Pons remonte à décembre 1974. Il est consacré aux mouvements citoyens japonais qui, au début des années 1970, partent en lutte pour la défense de l’environnement et de la santé publique. Coup sur coup, les Japonais ont découvert que le lait maternel contient des insecticides, que le riz et les coquillages sont gorgés de Cadmium, que le thon et l’espadon sont bourrés de mercure… Plus de quarante plus tard, la conclusion s’impose : rien n’a été solutionné et tout a continué à se dégrader.

Il est toujours bon de relire l’alerte lancée tellement en amont et qui prouve l’irresponsabilité des industriels et de nos gouvernants. Un autre article, inédit celui-ci, est intitulé “Revivre à Fukushima”. La boucle est bouclée en quelque sorte mais en passant par la Hongrie, le Paraguay, l’Allemagne, etc. Le numéro s’achève avec un texte visionnaire de André Gorz intitulé “Que voulons-nous ?” écrit en 1974  A noter aussi une chronologie de toute l’activité diplomatique liée aux questions environnementales de 1948 à nos jours ainsi que des extraits de bandes dessinées et d’ouvrages de science-fiction.
Danièle Boone


Manière de voir n° 177 – décembre 2015 – janvier 2016, 8,50 € – En kiosque ou sur la boutique en ligne
Contact presse : Sophie Durand. Tél.: 01 53 94 96 74 – sophie.durand@monde-diplomatique.fr

 

Planète Oiseaux n° 1, Octobre-novembre-décembre 2015

Oiseaux
Saluons le lancement de cette nouvelle revue trimestrielle sur les oiseaux, dont la rédactrice en chef est une adhérente des JNE, Brigitte Bulard-Cordeau. Au sommaire du n° 1, paru début octobre : un dossier sur la baie de Somme, avec une interview d’Henri Sannier, organisateur du Festival de l’oiseau et de la nature qui y a lieu chaque année, ainsi que des articles bien illustrés sur le Spitzberg et sur l’aigle royal. Bon vent et longue vie à « Planète Oiseaux » !

Pour découvrir le n° 1 : www.trouverlapresse.com
Tapez le titre “Planète Oiseaux”, votre code postal, et, en un coup d’aile,
vous aurez la carte, l’adresse, la distance, le tel, les heures d’ouverture du kiosque ou de la Maison de la presse le plus proche pour y acheter ce magazine..
Laurent Samuel

En kiosque, 68 pages 5,90 euros
Kanister Publications, 326 rue Saint-Jacques, 75005 Paris.

Les 4 saisons du jardin bio – Hors Série : Débuter en permaculture

4-saisons-HS
La permaculture est à la mode mais c’est quoi exactement ? Stuart Anderson tente d’en donner une définition : “plus qu’un ensemble de techniques, la permaculture est une approche globale qui invite à observer la nature, à questionner la conception de notre jardin et surtout à expérimenter”. C’est sans doute pourquoi, parfois, on a l’impression que ça va dans tous les sens et que le laisser faire domine. Mais à y regarder de plus près, on comprend vite qu’un jardin en permaculture est parfaitement élaboré. La conception qui n’intervient qu’après une phase d’observations et de collecte d’informations est cruciale. Elle permet de délimiter les différentes zones en fonction de leur usages et de leurs interactions.

Par ailleurs, on croit souvent que la permaculture se résume à la culture sur butte. On découvre dans ce numéro que, en permaculture, on peut très bien jardiner sans butte ! En effet, la permaculture n’est pas une technique en soi. A chacun selon son terrain et ses expériences. Potager en lasagne, jardin mandala, spirale aromatique, haie fruitière, mare, serre, forêt jardin, animaux, plantes emblématiques, techniques de semis… et rencontres avec les principales figures de la permaculture. Le débutant en permaculture trouvera dans ce hors série de quoi nourrir ses réflexions. A noter encore une excellent bibliographie ainsi que les coordonnées des lieux où se former.
Danièle Boone


7,70 € – www.terrevivante.org
Contact presse : Christine Corbet. Tél. : 04 76 34 80 87 – christine.corbet@terrevivante.org
…….

Les 4 saisons du jardin bio n° 214
, septembre-octobre 2015

4-saisons
Pour ou contre le travail du sol? Faut-il bêcher, greliner ou laisser faire la nature en travaillant le sol le moins possible? C’est un vrai débat chez les jardiniers et les plus convaincus d’une méthode se remettent en question devant les succès des autres. Le dossier des 4 saisons ne prétend pas apporter la réponse mais il ouvre à tous les possibles au travers des interviews de Emmanuel Bourguignon, fils de Lydia et Claude Bourguignon, directeur du développement de leur laboratoire de microbiologie des sols et de Yvan Gautronneau, agronome et ancien enseignant-chercheur en agronomie, spécialiste des problématiques liées au travail du sol.

Un article est consacré au “jardiner sol vivant” prôné par Gilles Domenech. Des lecteurs témoignent de leur expérience : bêchage, grelinage, paillage tandis que Denis Pépin consacre un article à ce dernier. Enfin, rencontre a été faite avec Maxime Teneul, maraîcher bio, qui préserve son sol grâce à deux ânes, le porte-outils de Prommata et des outils de maraîchage qu’il adapte.
Danièle Boone


6,60 € le numéro, abonnement un an (6 numéros) 34 €  – www.terrevivante.org

Contact presse : Christine Corbet. Tél. : 04 76 34 80 87 – christine.corbet@terrevivante.org

CANARD SAUVAGE
Spécial 50 ans

ANNUAIRE 2019


Ils nous soutiennent
pour nos 50 ans