MEDIAS

L’Oiseau Mag


La revue nature de la LPO consacre son dossier aux pies-grièches, ces oiseaux étonnants qui ont l’horrible habitude d’empaler leurs proies sur des épines. Bien fait pour elles : elles sont en voie de disparition. Autre oiseau magnifique et peu connu : le rollier d’Europe, Au sommaire également, les papillons de nuit, les migrateurs, les actions LPO, un voyage à Mayotte, et un portrait de Pierre Athanaze pour son fameux « Livre noir de la chasse » (Sang de la Terre 2011). Partout, de superbes photos. à noter également, l’existence récente de « L’oiseau Mag Junior », vif, coloré et ludique, pour les plus jeunes.
(Marc Giraud)

Uniquement sur abonnement à la LPO, 5 € le numéro
Tél.: 05 46 82 12 34 –  loiseaumag@lpo.fr
www.lpo.fr

La Tortue n°88

 ….
Amis des tortues, voici LA revue incontournable. Ce magazine, épais et  de qualité, est dirigé par Bernard Devaux, directeur du Village des Tortues à Gonfaron, connu entre autres pour son combat en faveur de la tortue d’Hermann.

Au sommaire de ce numéro consacré aux tortues du Pacifique : Tahiti, Moorea et Bora-Bora, les Marquises, la station Darwin et Villamil des Galápagos, Honu la tortue vénérée (mais consommée) de l’Île de Pâques, Hawaï et le comportement de basking (bains de soleil) des tortues marines, une « interview » du capitaine Cook, les Austronésiens grands navigateurs…

Les photos issues des voyages de Bernard Devaux et de ses amis naturalistes illustrent le magazine, les meilleurs spécialistes mondiaux sont convoqués dans ce numéro paradisiaque.
(Marc Giraud)

La Tortue est éditée par la Soptom, BP 24, 83 590 Gonfaron – tél. 04 94 78 26 41.
www.tortueforum.com
Abonnements: www.boutique-tortues.org

Insectes n°162


Ce numéro spécial forêts parle aussi bien des bois périurbains parisiens que des vieilles forêts et des coléoptères particuliers qui s’y rencontrent. Il relate les niches particulières pour les insectes, depuis la canopée où butinent diverses abeilles jusqu’aux cavités des troncs, dans lesquelles vivent le fameux pique-prune et bien d’autres raretés. Si la forêt française s’est étendue sur une surface double de celle de 1830, il s’agit de boisements jeunes : les forêts anciennes naturelles ne représenteraient que 0,2% de la surface forestière actuelle ! Outre les papillons ou les coléoptères métropolitains, le numéro s’intéresse également aux insectes forestiers des Antilles et de la Guyane. Une somme de connaissances inédites introuvable ailleurs.
(Marc Giraud)

Insectes, 48 p. 7,60 €, abonnement (4 numéros) 30 €
Édité par l’Opie (Office pour les insectes et leur environnement)
Contact: 01 30 44 13 43 – www.insectes.org

ESpèces N° 1

Ce nouveau magazine, dont le numéro 1 est paru en septembre, est rédigé par des scientifiques et mérite un peu de promotion. Au sommaire de ce numéro : rencontre avec Gilles Bœuf et Yves Coppens, biodiversité par Robert Barbault, L’Outre-mer trésor à protéger par Aurélie Bocquet, Makis de Mayotte par Laurent Tarnaud, à quoi servent les expéditions scientifiques par Bruno Corbara, Les chauves-souris et la route par Laurent Arthur, etc. à noter : cette revue d’histoire naturelle appelle à la contribution de chercheurs, d’étudiants ou d’amateurs éclairés pour lui soumettre des articles.
(Marc Giraud)

En kiosque, 7,50 € – www.especes.org
Contact presse: Cécile Breton, directrice de la publication et rédactrice en chef
c.breton@especes.org

Le Centre Wallonie-Bruxelles de Paris : une adresse d’excellence

Le Centre Wallonie-Bruxelles est un lieu peu connu à Paris. Or on y trouve des joyaux, dans chacune des formes d’expression artistiques et littéraires, cinéma en tête. L’Association des journalistes et écrivains pour la nature et l’écologie (JNE) lui rend d’autant plus hommage qu’elle a pu fertiliser les découvertes qu’elle y a déjà faites, dans le cadre de ses propres activités.

.

par Françoise Nowak

.

Trop méconnue, et pourtant si enrichissante ! Au-delà du cycle La planète en question dans le cadre de la Quinzaine du cinéma francophone (lire notre article ici), la programmation du Centre Wallonie-Bruxelles vaut tout entière le détour !

.

De longue date, cet espace culturel situé en face du Centre Pompidou, et particulièrement son responsable du Cinéma, Louis Héliot, tracent un sillon aussi innovant et qualitatif que convivial. Non seulement ils multiplient les avant-premières, rencontres, spectacles et expositions de jeunes talents remarquables, mais les créateurs et réalisateurs concernés sont très souvent présents pour répondre aux questions du public… ceci dans une simplicité belgissime… exemplaire !

.

Rappelons que c’est à ce même spécialiste du cinéma que l’association de journalistes qui anime ce site doit d’avoir « déniché » le film Nature contre nature, du réalisateur Lucas Belvaux.

.

Cette fiction, aussi intelligente que déjantée, figurait dans une rétrospective consacrée à ce réalisateur au Centre Wallonie-Bruxelles, en 2009. Elle a ainsi pu servir de base à la projection-débat, très appréciée, que nous avons organisée sur le thème « Des monnaies complémentaires pour un monde meilleur », en février 2010. Plus de 240 personnes de tous horizons ont participé à cet événement !

.

Nous avions d’ailleurs dédié cette soirée à Louis Héliot, personnalité dont les actions au service du développement du cinéma et des comédiens belges resteront certainement dans l’histoire.

.

Depuis, Nature contre nature a été repris dans d’autres contextes, et notamment au Salon Marjolaine, en novembre 2010.

.

Pour ne bouder ni notre plaisir, ni notre désir de découvrir le monde, n’hésitons pas. Le Centre Wallonie-Bruxelles est une adresse d’excellence !

.

Pour en savoir plus : www.cwb.fr

.

La planète en question au Centre Wallonie-Bruxelles de Paris

Le Centre culturel belge de Paris présente en avant-première une série documentaire sur le développement durable, les 7 et 14 octobre 2011.

.

Par Françoise Nowak

"Campus Kassapa"

 

Le Centre Wallonie-Bruxelles (lire notre article en cliquant ici) programme « notre avenir » en avant-première ! Du 5 au 15 octobre 2011, sa Quinzaine de cinéma francophone consacrera deux soirées à quatre documentaires regroupés sous le titre La planète en question, jamais encore diffusés en France.

.

Cette série, produite par la société belge Iota Production, s’attache à promouvoir les objectifs du millénaire pour le développement durable, que les Nations Unies se sont engagées – en 2000 – à avoir atteints en 2015. Une tâche qui s’avère d’autant plus indispensable que nous sommes bien loin du compte…

.

Le premier des films projetés, le 7 octobre 2011 à 20 h 30, est Campus Kassapa (2010), de Ronnie Ramirez.

.

Il dresse le portrait intime de quatre étudiants qui tentent, à côté de 25 000 autres, de mener à bien des études dans le campus délabré de l’Université de Lumumbashi, au Congo.

.

"L'homme qui cachait la forêt"

 

Le même soir, pleins feux seront mis sur le Laos, au travers de L’Homme qui cachait la Forêt (2010), de Jean-Philippe Martin.

.

Ce documentaire traite de la déforestation massive à l’oeuvre dans ce pays, victime de ses richesses naturelles.

.

Il valorise des initiatives constructives qui s’y opposent : les actions montrées travaillent à restaurer le lien entre l’homme et la nature, et à faire comprendre l’interdépendance qui les unit.

.

Assurément fertile

" Les Moissons de la faim"

 

Le deuxième volet de la série, le 14 octobre 2011, proposera tout d’abord Les Moissons de la faim, de Marie-France Collard.

.

La réalisatrice y raconte l’histoire d’une moisson de blé, de la production de la graine à la consommation des produits transformés qui en résultent.

.

Elle décrit ainsi comment notre organisation actuelle relie, pour le pire et non pour le meilleur, les destins de paysans très éloignés : d’un côté, ils sont français et belges, de l’autre ils sont boliviens, vénézuéliens et colombiens.

.

"Mokoomba"

 

La programmation se terminera par Mokoomba, d’une rive à l’autre (2010), de François Ducat et Frank Dalmat, consacré à l’histoire d’un groupe de musiciens du Zimbabwe invité à faire trois mois de tournée en Europe.

.

Ici, la thématique abordée est le rapport entre la culture et le développement durable. Elle prend la forme d’un questionnement sur les conditions à réunir pour faire de la culture un levier économique dans les pays du Sud.

.

Outre l’intérêt de découvrir La Planète en question, ceux qui se rendront au Centre Wallonie-Bruxelles les 7 et 14 octobre 2011 auront matière à débattre : les réalisateurs des films seront eux aussi de la partie, pour un échange avec le public assurément fertile !

.

Plaignons ceux qui, en préférant rester chez eux… ne bougeront pas d’un iota !

.

Salamandre n° 205 : l’invincible étourneau


L’équipe de la Salamandre, on le sait, s’intéresse souvent aux espèces communes qu’on regarde peu et mieux encore à celles qu’on voudrait voir au diable. Le dossier de ce numéro est consacré à l’étourneau-sansonnet, le roi des razzias ! Cet oiseau est devenu l’un des oiseaux les plus abondants sur Terre grâce à son pouvoir d’adaptation. Comme d’habitude, c’est fouillé et riche en observations personnelles. Ainsi Laurent Willenegger qui a réalisé de superbes dessins raconte comment il a installer une caméra dans un nichoir dans l’espoir de suivre les préparatifs du couple, puis la couvaison et la vie de la nichée. Tout s’est passé comme il le souhaitait. Son nichoir a été occupé, la femelle a couvé, les petits sont nés.Hélas, quelques jours plus tard, la nichée a été décimée. Laurent Willenegger subodore qu’ils ont mangé des proies empoisonnées par les nombreux traitement dont on arrose la campagne et les jardins à cette saison. Beaucoup d’oiseaux se raréfient à cause de telles intoxications. La petite Salamandre décline le même sujet pour les enfants. Quant au mini guide, il donne toutes les astuces pour reconnaître les oiseaux autour de nous sans se tromper.
(Danièle Boone)

6 € sur commande uniquement. Tél.: 03 81 39 24 24 – www.salamandre.net
Contact Presse : Camille Carlier. Tél. : 06 60 67 52 76 – camille.carlier@questiondegout.net

Terre sauvage n° 275


Le rhinopithèque de Roxellane, vous connaissez? C’est un étrange singe avec presque pas de nez et une face bleutée. Il vit dans les montagnes du centre de la Chine. L’organisation sociale complexe ce cette espèce intéresse bigrement les primatologues. Un article lui est consacré dans ce numéro. Un autre reportage passionnant est consacré au monastère orthodoxe de Solan où les religieuses se consacrent à l’agriculture et viticulture bio. C’est en cherchant un lieu propice à l’implantation de la communauté que les moniales ont découvert cette propriété gardoise. Le domaine de 60 hectares est une mosaïque agricole classée dans le réseau européen Natura 2000. Le mas était inhabitable, le terrain à l’abandon, mais la beauté de la nature a séduit les sœurs qui s’y sont installées en 1992 et ont tout remis en état.
(Danièle Boone)

Terre Sauvage, 5,50 € – www.terre-sauvage.com

L’Oiseau Mag


Le magazine de la LPO propose un passionnant dossier sur le vol des oiseaux. « Si les oiseaux ne volaient pas, les aimerions-nous autant ? »  demande l’auteur, Guilhem Lesaffre. On y découvre la morphologie particulière des oiseaux et comment le vol fonctionne sans oublier quelques records et performances. Autres reportages : la station de baguage de Plaisance et La réserve de Chérine en Brenne. A noter aussi, un très beau portfolio de Gilles Leblais qui présente son jardin paradis conçu comme ” l’antichambre des grands espaces de nature”.  Et pour finir, les invitations aux voyages nature nous entraînent sur les bords du Léman et dans l’ouest américain.
(Danièle Boone)

Sur abonnement : www.lpo.fr

Terre Sauvage n° 274


A la une,  vivre avec le loup dans les Abruzzes (Italie). On fait la connaissance de Domenico Di Falco, le seul éleveur à passer encore l’été en altitude. Là, vivent dix meutes, soit environ 80 loups. La densité de cette population est dix fois supérieure à celle des grands parcs américains. Il arrive qu’ils se servent dans les troupeaux de bovins ou d’ovins. Une centaine de bêtes seulement finissent dans ses griffes. De fait, les sangliers qui pullulent depuis leur réintroduction dans les années 1970 constituent 80 à 85 % de leurs proies. Autre reportage très intéressant, le plus grand rassemblement de chauve-souris frugivores au monde dans le parc national de Kasanka en Zambie. Le dossier randonnée est consacré aux Landes  et plus spécifiquement au marais d’Orx.
(Danièle Boone)

Terre Sauvage, 5,50 € – www.terre-sauvage.com

CANARD SAUVAGE
Spécial 50 ans

ANNUAIRE 2019


Ils nous soutiennent
pour nos 50 ans