Livres

J’ai écouté les Alpes par Nicolas Crunchant. Préface de Yann Arthus Bertrand

En montagne, les changements climatiques vont en moyenne deux fois plus vite qu’ailleurs et ses effets sont dévastateurs. Le permafrost dégèle, la roche se fissure, des faces entières s’écroulent. Des voies d’alpinisme deviennent des labyrinthes et sont de plus en plus rendues inaccessibles ou dangereuses. Les glaciers agonisent, l’eau manque. Les écosystèmes sont bouleversés. Dans un périple de 1 500 km depuis le sud de la France jusqu’en Slovénie, Nicolas Crunchant a voulu voir, toucher, sentir, écouter la complainte des Alpes. Il a interrogé des gardes de parcs, des scientifiques, des gardiens de refuges, des bergers et des passionnés de montagne. Son livre-témoignage attaque par toutes les faces non seulement la question des changements climatiques dans les Alpes, mais aussi l’érosion de la biodiversité et pointe, au sommet de notre inaction, la catastrophe qui s’annonce.

C’est un beau livre, de grand format, avec de nombreuses illustrations et cartes, qui touchera tous ceux qui aiment la montagne et les Alpes, ou tout simplement la nature. L’ouvrage allie données scientifiques et anecdotes parfois loufoques, qui nous font voyager, découvrir, apprendre et passer un bon moment… Bref, le récit d’une belle aventure d’un passionné de montagne qui a tenté de l’écouter… et de nous la faire mieux comprendre !


Éditions Lapérouse, 2021, 240 pages, 24,90€ – www.laperouse-editions.com
Contact presse : Alex Vicq. Tél.: 01 73 71 39 61 – contact@laperouse-editions.com
Gabriel Ullmann)
….

Histoires de Grands-ducs par Patrick Balluet, sous le patronage de la LPO Loire

Ne jamais se fier au format d’une publication ! En moins de 100 pages, le présent ouvrage nous transporte dans une approche tout à la fois sensible et rigoureusement scientifique de la biologie de notre plus grand rapace nocturne, rare dans les années 70 mais en expansion depuis une vingtaine d’années (précieuse bonne nouvelle parmi une avalanche de mauvaises qui révèlent que nombre d’espèces aviennes sont désormais en difficulté pour des causes principalement anthropiques).

L’auteur, président de la LPO Loire et administrateur de la LPO Auvergne-Rhône-Alpes, a fait de Bubo bubo un de ses sujets d’étude de prédilection. En enchaînant les sorties à l’écoute et à l’observation de l’énigmatique seigneur de la nuit, il a patiemment réuni une inestimable matière – peut-être unique en France – sur l’intimité du Grand-duc. Se trouve ici réunie une succession de narrations naturalistes étalées sur plusieurs décennies, précisément datées et localisées (essentiellement dans le département de la Loire et en Haute-Loire mitoyenne).

Le style est irréprochable et trempe sa plume avec bonheur dans l’encrier de Paul Géroudet (c’est dire…) : on se délecte en lisant les évocations à la première personne du singulier ou plus souvent encore à celle du pluriel, car Patrick Balluet entraîne volontiers dans son enthousiasme des compagnons de virées crépusculaires qui font avec lui la tournée des Grands-ducs, au sens propre du terme.

L’ordre n’est pas chronologique mais suit un plan qui aborde les différents aspects de la vie de l’espèce : chant, régime alimentaire, reproduction, mortalité, territoire… La grande trouvaille, dans cette articulation, est de prendre pour prétexte une date spécifique de sortie au cours de laquelle le rapace a daigné lever le voile sur un pan de sa biologie ; puis d’y accoler un encadré hors-texte qui fait la synthèse des connaissances relatives à ce point précis. Ainsi, pour ne citer qu’un exemple, le 10 juin 2009, sur un site de la vallée du Gier, Patrick et son acolyte du jour observent un individu qu’il connaissent bien puisqu’ils l’ont familièrement baptisé « le borgne » ; ce qu’il n’est pas, mais parce qu’il a l’habitude de fermer constamment un œil sur la paroi où il niche. Cela donne à cette évocation le titre savoureux « Borgne to be wild » et sert de prolongement à un encadré qui balaie les principaux éléments connus sur la vision du Grand-duc (la bibliographie, en fin d’ouvrage, ouvre au lecteur des pistes bienvenues de lecture). C’est ainsi que le style ô combien vivant, un humour de bon aloi, le caractère précis des observations et le sérieux de l’exploitation scientifique concourent à faire d’Histoires de Grands-ducs une franche réussite éditoriale.

On rajoutera que les clichés de divers photographes du réseau associatif français, les dessins humoristiques (certains empruntés à Alexis Nouailhat) et la préface d’Allain Bougrain Dubourg viennent compléter le contenu de cette – modeste par la taille mais grande par la qualité – « monographie » du Grand-duc d’une région circoncise du Massif central.


9,90 € à commander auprès de la LPO Loire
Contact : patrick.balluet@lpo.fr
(Yves Thonnérieux)

Guide du naturaliste Causses et Cévennes – Parc national des Cévennes

De format compatible pour l’emporter sur le terrain, ce guide présente tous les milieux naturels du Parc national des Cévennes, des écosystèmes aquatiques aux écosystèmes forestiers. Soit 168 types d’habitats, regroupés en 55 fiches détaillées. L’ouvrage allie précision scientifique, démarche didactique et anecdotes bienvenues, ce qui le rend à la fois très intéressant et ludique.

Le texte est clair et concis, comprenant la description du milieu et de ses variantes, la flore caractéristique, mais aussi la flore compagne, la faune remarquable, la valeur écologique, les paysages caractéristiques, les usages et l’évolution de chacun de ces milieux. Il convient de signaler une très utile et bien faite clef d’identification des milieux naturels.

La présentation est agréable et efficace. Les conditions écologiques de chaque milieu naturel sont ainsi synthétisées à l’aide de pictogrammes qui permettent en un seul coup d’œil d’avoir une idée sur les facteurs suivants : altitude, exposition, pente, nature de la roche-mère, profondeur du sol, situation topographique, humidité, richesse en éléments nutritifs.

Le guide comprend également 55 cartes commentées de répartition des milieux naturels et sites d’observations privilégiés, avec de nombreuses idées et lieux de balades. Enfin l’ouvrage est richement illustré par plus de 460 photographies couleur, présentant les milieux naturels, les espèces végétales qui les caractérisent, ainsi que les espèces animales remarquables qui les fréquentent.


Éditions Glénat,  335 pages, 25€ – www.glenat.com
Contact presse : Romane Dargent. Tél. 01 41 46 10 31 /06 43 24 76 90
romane.dargent@glenat.com
(Gabriel Ullmann)

Cueilleur d’essences par Dominique Roques

Il s’agit d’un livre événement par son sujet, peu commun, et déjà par son succès, mérité : dès sa parution, il est déjà en cours de traduction dans 6 pays. Les parfums, dont traite l’ouvrage, qui se retrouvent dans les produits de luxe, aux secrets bien gardés, proviennent tous d’essences naturelles en totalité ou en partie. Certains parfums associent même jusqu’à 80 essences différentes : issues de fleurs, de fruits ou d’écorces, elles sont cultivées, récoltées et distillées selon des techniques parfois artisanales.

Depuis trente ans, Dominique Roques approvisionne la palette des parfumeurs en extraits de plus de 150 matières premières, venues de près de 50 pays. Passionné, dans son livre, il nous entraîne dans un tour du monde à la recherche des essences les plus rares, de l’Andalousie au Somaliland en passant par la Bulgarie, le Laos, le Salvador, l’Indonésie ou encore l’Égypte…  Chaque chapitre raconte l’histoire d’une essence, met en lumière les cueilleurs au savoir-faire ancestral et les parfumeurs venus observer la beauté des plantations et comprendre les processus d’extraction. Nous rencontrons par exemple les exploitants du Bangladesh, plantant des clous dans les arbres à parfum pour accélérer la formation du mystérieux bois de oud, ou les récolteurs du baume Pérou, suspendus aux branches dans le vide, une torche en feu à la main.

Et aussi mille autres anecdotes qui tissent l’extraordinaire kaléidoscope des senteurs du monde. Les voies d’amélioration pour de plus équitables revenus et de meilleures conditions de travail des producteurs et récolteurs ne sont pas oubliées. Les menaces non plus au regard de la destruction des milieux. Ce livre à l’écriture vive et subtile nous fait vivre au plus près la fascinante et magnifique aventure du parfum.


Éditions Grasset, 300 pages, 20,90 € – www.grasset.fr
Contact presse : Corinne Toullec. Tél.:  01 44 39 22 08 – ctoullec@grasset.fr
(Gabriel Ullmann)

Quand le loup y est… par Diana Semaska (JNE) , illustrations Hélène Georges

Le loup revient doucement en France, et avec lui une plus grande richesse de la biodiversité, là où il s’installe. Ce nouvel ouvrage sur le loup des éditions Actes Sud junior destiné aux jeunes à partir de 9 ans, expose les caractéristiques et habitudes du loup, les bénéfices de son retour dans les zones naturelles où les herbivores sans prédateurs diminuent le développement des espèces végétales.

Diana Semaska aborde aussi la difficile cohabitation du loup avec les éleveurs d’ovins, alors qu’il existe des solutions efficaces pour cohabiter en paix. À une époque où les humains ne sont plus des proies pour les loups, peut-on les accepter et profiter de leur présence ? Cet ouvrage donne des pistes pour y parvenir.


Édition Actes Sud junior, 72 pages, 16,50 € – www.actes-sud-junior.fr
Contact presse : Nathalie Giquel. Tél. : 01 55 42 63 05 – n.giquel@actes-sud.fr
(Christine Virbel)

La croissance verte contre la nature par Hélène Tordjman

Économiste, maîtresse de conférences à l’Université Sorbonne Paris-Nord, Hélène Tordjman décortique les ressorts idéologiques, techniques et économiques de ce qu’on qualifie trop rapidement de « croissance verte ». L’ouvrage, très documenté, dénonce l’illusion de ce modèle prétendument vertueux, du fait même que ces initiatives s’inscrivent en réalité dans la lignée du capitalisme financiarisé et approfondissent la crise qu’elles prétendent résoudre.

Fabriquer de toutes pièces des micro-organismes n’ayant jamais existé pour leur faire produire de l’essence, du plastique, ou absorber des marées noires ; donner un prix à la pollinisation, à la beauté d’un paysage ou à la séquestration du carbone par les forêts en espérant que les mécanismes de marché permettront de les protéger ; transformer l’information génétique de tous les êtres vivants en ressources productives et marchandes… Telles sont quelques-unes des « solutions » envisagées aujourd’hui sous la bannière de la transition écologique, du Pacte vert européen ou du Green New Deal pour répondre tout à la fois à la crise climatique, au déclin de la biodiversité et à la dégradation de la biosphère. Sont-elles vraiment en mesure de préserver la planète ?

Hélène Tordjman nous montre que ses promoteurs s’attachent plutôt à sauvegarder le modèle industriel qui est la cause de la catastrophe en cours. Alors que de nouvelles générations de carburants « biosourcés » intensifient une logique extractiviste et contreproductive et que l’élargissement progressif du droit de la propriété intellectuelle à toutes les sphères du vivant permet à quelques firmes de s’approprier l’ensemble de la chaîne alimentaire, l’attribution de prix aux « services écosystémiques », le développement de dispositifs de compensation écologique ou les illusions d’une finance prétendument verte stimulent bien plus un processus de marchandisation que de sauvegarde de la nature.

L’ouvrage s’achève sur de nombreuses pistes de solutions alternatives intéressantes et utiles. Un seul regret dans le contexte décrit : l’auteur ne traite pas, ou pas suffisamment, du principe même qui conditionne toute la marchandisation qu’elle dénonce. A savoir que nous privatisons les profits mais nous socialisons les impacts. Tant que cette réalité survivra, aucune solution ne sera pérenne ou efficiente réellement.


Éditions La découverte, 340 pages, 22 € – www.editionsladecouverte.fr
Contact presse : Carole Lozano. Tél.: 01 44 08 84 22 – carole.lozano@editionsladecouverte.com
(Gabriel Ullmann)

Manger du Faux pour du vrai – Les scandales de la fraude alimentaire par Ingrid Kragl

La fraude alimentaire est un business juteux. Et pour cause : vendre de la nourriture trafiquée, illégale, contrefaite, contaminée est bien moins risqué – et parfois plus rentable – que de s’adonner au trafic de drogue ou d’armement. Poulet gonflé à l’eau, thon avarié injecté d’additifs pour avoir l’air frais, faux miel, tomates espagnoles étiquetées françaises, et bien d’autres exemples hallucinants, parsèment l’enquête documentée de l’ONG Foodwatch France, dont Ingrid Kragl est la directrice, menée sur plusieurs années. L’ouvrage remonte les filières, dresse le portrait des fraudeurs et montre comment le crime organisé écoule de faux produits via les supermarchés, les restaurants ou sur Internet. Vous pensiez le scandale de la viande de cheval terminé ? Détrompez-vous. J’ajouterais les vrais-faux produits dont ne parle pas le livre : les labels rouge ou IGP dont le nom fait croire aux consommateurs que la viande provient de l’animal du lieu du label…alors qu’il provient de très loin. En toute légalité.

Entre les mafias qui infiltrent le marché des fruits et légumes, le faux bio, le faux made in France, la tricherie sur les grands vins ou l’huile d’olive sans olives, l’auteure a recueilli des témoignages, interrogé les instances, les industriels, décortiqué les chiffres de la Répression des fraudes. Le livre met au jour également le manque de moyens consacrés au contrôles, rappelant que 400 postes ont été perdus en 10 ans. Face à un péril qui prend de l’ampleur, les autorités sont débordées et procèdent de l’omerta. Des solutions, bienfaitrices mais restant encore en-deçà de l’ampleur du problème, achèvent l’ouvrage.


Éditions Robert Laffont, 394 pages, 21 € – www.laffont.fr
Contact presse : Nina Theron. Tél.: 01 53 67 14 00 – Nina.Theron@robert-laffont.com
(Gabriel Ullmann)

La vie du sol de nos jardins par Gabriel Primetens

Il s’agit à la fois d’un guide utile et rare (les ouvrages sur la vie des sols sont encore peu nombreux, alors que la faune endogée constitue la biomasse terrestre la plus importante) pour comprendre la vie du sol, le fonctionnement des organismes qui y contribuent, mais aussi pour améliorer sa fertilité dans nos jardins. Les bons jardiniers et les bons agriculteurs le savent bien : un sol fertile, c’est avant tout un sol vivant, c’est-à-dire un sol qui regorge de matière et de vie organique.

Gabriel Primetens présente d’abord la formation, la structure et composition d’un sol, puis tous les organismes qui constituent un sol vivant sous nos climats, du protiste unicellulaire à la taupe. Au moyen de 400 macrophotographies. Il est peu commun de découvrir la microfaune fascinante qui échappe généralement à nos regards mais constitue pourtant le fondement de la fertilité.

La classification de ces espèces n’est pas omise ni leur biologie. En fin d’ouvrage il est détaillé également toutes les techniques permettant de préserver et d’améliorer biologiquement cette fertilité. Ouvrage à la fois d’une très bonne vulgarisation scientifique et pratique. En plus l’auteur a un joli prénom…


Éditions Ulmer, 2021, 256 pages, 25 € – www.editions-ulmer.fr
Contact presse : Lise Jacob. Tél.:  01 48 05 03 03 – lise@editions-ulmer.fr
(Gabriel Ullmann)

 

Les portes de la perception animale par Benoît Grison (JNE), illustrations Arnaud Rafaelian

Comment voit une pieuvre ? Comment parle un éléphant ? Les dinosaures avaient-ils du nez ? L’humain est-il sensible aux phéromones ? Aussi passionnant que foisonnant, ce livre nous plonge dans les univers sensoriels déroutants des êtres vivants les plus divers, et répond à toutes ces questions. Docteur en sciences cognitives, enseignant chercheur à l’UFR sciences et techniques de l’université d’Orléans, Benoît Grison sait de quoi il parle. Il nous emmène à la découverte de drôles de sens, qui sont d’ailleurs bien plus que 5 (chimioréception, mécanoréception, proprioception, etc.), et nous fait mieux comprendre comment les autres espèces perçoivent le monde.

S’appuyant sur les études les plus récentes, son texte se situe dans le prolongement des intuitions géniales de Darwin, et dans la lignée du concept d’Umwelt cher à Jacob von Uexküll (chaque animal vit dans un monde particulier, suivant les perceptions qu’il en a). Et des mondes, il y en a ! Des petits rongeurs américains, les spermophiles, donnent dans le camouflage olfactif en s’imprégnant de l’odeur de mues de crotales ; les moutons savent sélectionner les plantes bonnes pour leur santé ; les mouches goûtent avec les pieds ; la grenouille de Gardiner entend avec la bouche ; les chauves-souris « voient » avec les oreilles ; les poissons palpent leurs voisins à distance ; l’épouillage des singes libère des endorphines…

On reconnaîtra au passage l’excellent illustrateur de la revue d’histoire naturelle « ESpèces » dirigée par notre consœur Cécile Breton : Arnaud Rafaelian connaît bien les animaux décrits (y compris l’auteur que l’on reconnaît en page 21), et les traite dans un style fouillé et réaliste, mais avec beaucoup d’humour. Une belle équipe !


Éditi
ons Delachaux et Niestlé, 22,90 € – www.delachauxetniestle.com
Contact presse: Julia Bocquin. Tél.: 01 70 96 88 20 / 07 61 74 35 45 – jbocquin@lamartiniere.fr
(Marc Giraud)

 

Mon grand voyage… à la découverte des écosystèmes par Marie Lescroart (JNE) et Emmanuelle Houssais

Les autrices invitent les enfants à découvrir les principaux écosystèmes de notre planète. Première escale : le bois derrière la maison et son univers familier composé de végétaux (chênes, fougères, houx, champignons, fleurs) et d’animaux (chouette, papillon, épervier, renard, lapin, troglodyte, mulot). L’écosystème forêt se caractérise aussi par son sol. De la rivière, on saute à la plage de sable blanc avec ses cocotiers et drôles de bêtes : tortue géante, crabe, oiseau marin. Puis plongeon sous l’eau à la découverte de la barrière de corail et ses poissons multicolores. De pages en pages, le voyage se poursuit dans la jungle, la savane, le désert, la banquise. Retour à la maison mais pour finir, un détour à l’intérieur de notre propre écosystème et microbiote. C’est un bien joli voyage mis en mots par Marie Lescroart sur les beaux dessins colorés de sa complice Emmanuelle Houssais. Ce livre de grand format est destiné aux enfants dès 4 ans.


Éditions du Ricochet, 16 € – www.editionsduricochet.com
Contact presse : Audrey Sauser. Tél.: 06 95 37 38 98 – ricochet.contact4@orange.fr
(Danièle Boone)