Je m’appelle Nemonte

Il est  soudain un visage et quelques mots qui disent l’histoire d’une douleur et d’une lutte, celle de l’Amazonie. Un visage qui est à lui seul tout un peuple dit indigène dit autochtone dit premier… En vérité, un « peuple » qu’on ne sait même pas qualifier tant on a de vanité à se croire les uniques civilisés !

par Jane Hervé

Nemonte Nenquimo – photo DR

Ainsi en est-il de Nemonte cette femme qui, après la forêt en feu de Salgado, nous plonge autrement dans l’enfer amazonien : « Je m’appelle Nemonte Nenquimo, précise-t-elle. Je suis une femme Huaorani, une mère et une cheffe pour mon peuple. La forêt amazonienne est ma maison ». « Nemo » est la gardienne de la mangrove, des rios et de ses habitants. Eduquée dans une école de missionnaires, elle comprend qu’on la pousse à abandonner son héritage culturel. Elle refuse. Elle veut préserver sa propre culture car elle a une vraie culture.

Pour lire la suite de ce texte, cliquez ici afin de vous connecter sur le blog le Gué de l’Ange de Jane Hervé.

ANNUAIRE 2020

CANARD SAUVAGE
Spécial 50 ans