La Piste de l’eau. Itinéraire aquatique et spirituel par Hugo Verlomme (JNE)

Dans ce petit livre au style fluide et clair, Hugo Verlomme raconte de quelle façon l’océan et l’eau ont tissé le fil de son itinéraire de vie, depuis ses premiers barbotages tout bébé sur les plages alors désertes d’Hossegor jusqu’à ses activités présentes d’écrivain et de vulgarisateur scientifique sur les océans. « Lorsqu’on porte l’eau en soi comme philosophie et l’océan comme réponse, la vie devient plus fluide, plus compréhensible et donc facile à vivre », écrit-il dès les premières pages. « Nous venons de l’eau et nous y retournerons. Nous sommes composés d’eau. L’eau est l’origine de la vie : c’est peut-être la seule vérité fondamentale sur laquelle s’accordent toutes les religions, les sciences, les philosophies. »

Hugo Verlomme retrace ses va-et-vient d’enfance entre la côte landaise, la Suisse, l’Espagne et Paris, ville dont il nous rappelle qu’elle a été construite autour d’un fleuve, et dont la devise est « Fluctuat nec mergitur ». Devenu dès l’adolescence un grand voyageur, il nous fait partager sa passion pour le bateau et pour le surf, auquel il a consacré en 1976 le premier livre paru en France, « Cowabunga/Surf Saga ». La suite de son odyssée, riche en rencontres avec compagnes et amis, nous conduit dans une Bretagne polluée par la marée noire de l’Amoco Cadiz en 1978, aux Antilles et aussi en Colombie britannique, où (parenthèses entre ses aventures océaniques) cet écrivain-journaliste vécut plusieurs années dans une cabane en pleine forêt.

Ce « waterman », selon la formule des Hawaiiens, narre au passage la genèse et l’impact de son roman devenu culte sur une civilisation sous-marine, « Mermere », paru en 1978, et republié cette année dans une édition revue et corrigée chez S.F. Editions. Sa découverte des capacités, notamment intellectuelles, des cétacés, et ses combats pour les protéger figurent aussi au menu de ce livre au rythme enlevé, ainsi que ses recherches sur le Gouf de Capbreton, « extraordinaire canyon sous-marin aux proportions dignes du Colorado », long de plus de 300 km, au sujet duquel il organise depuis 2015 de passionnantes journées et conférences scientifiques. « L’eau est notre muse et maîtresse », écrit Hugo Verlomme en conclusion, « elle nous entraîne et nous inspire, nous élève et nous enveloppe, nous sommes l’eau et l’eau est nous. Elle est notre mère et nous sommes ses gardiens. Sans elle, rien n’est possible. Avec elle, tout le devient. »


Éditions Quai des Brunes, 128 pages, 16 € – https://www.editionsquaidesbrunes.fr/
Contact presse : Alexandre Hurel – alexandre@editionsquaidesbrunes.fr
(Laurent Samuel)