Devant l’effondrement – essai de collapsologie par Yves Cochet

Dans ce livre, l’ancien leader des Verts et ex-ministre de l’Écologie Yves Cochet nous livre ce qui constitue à ses yeux le scénario le plus probable du futur qui nous attend d’ici à 2050. Entre 2020 et 2030, nous devrions ainsi vivre « la fin du monde tel que nous le connaissons », autrement dit «.l’acmé et la fin de la civilisation industrielle.», « possible dès 2020, probable en 2025, certain vers 2030 ». Entre 2030 et 2040, viendra le temps de l’ « intervalle de survie », étape « la plus pénible », marquée par un « brusque abaissement de la population mondiale (à cause des épidémies, des famines, des guerres) », la « déplétion des ressources énergétiques et alimentaires » et « la faillite des gouvernements ». Enfin, nous devrions connaître entre 2040 et 2050 le « début d’une renaissance ». Lors de cette phase, « les groupes humains les plus résilients (…) retrouveront à la fois les techniques initiales de sustentation de la vie et de nouvelles formes de gouvernance interne et de politique extérieure susceptibles de garantir une assez longue stabilité structurelle, indispensable à tout processus de civilisation ».

Bref, et c’est un euphémisme, l’actuel président de l’Institut Momentum (groupe de réflexion sur l’imminence de l’effondrement de la civilisation industrielle et les moyens à mettre en œuvre pour tenter de réduire son ampleur) ne nous promet pas des « lendemains qui chantent ». Pour autant, Yves Cochet se défend de nous imposer une « prophétie radicale ». Il fonde son analyse sur un certain nombre d’éléments factuels, à commencer par l’impossible (d’après lui) « découplage » entre croissance de la consommation d’énergie et croissance du PIB. A défaut de convaincre les sceptiques (dont l’auteur de cette recension avoue bien humblement faire partie), cet ouvrage a l’immense mérite de nous faire réfléchir sur le terrain du rationnel à la possibilité et aux conséquences d’un effondrement de la société industrielle. « Attention : l’idée de l’effondrement est une drogue dure à accoutumance rapide. La plupart des lecteurs de ce livre n’en sortiront peut-être pas complètement convaincus, mais certainement pas indemnes non plus », avertit Yves Cochet sur la 4e de couverture.

Comment évaluer ce livre, paru en septembre 2019, à la lumière de la crise du Covid-19 ? Selon l’humble avis de l’auteur de ces lignes, les États, loin de marquer des signes d’effondrement comme le prévoyait Yves Cochet, ont paru se renforcer, au point de nous imposer en France des attestations et autres réglementations souvent vécues comme arbitraires. Par ailleurs, le « tissu » des autorités communales, départementales et régionales (guère évoquées dans le livre) s’est imposé comme un contrepoids face au pouvoir central et souvent comme une aide pour les populations qui, de leur côté, ont fait preuve d’une étonnante résilience, notamment en fabriquant ces masques dont l’impréparation des autorités nous avait un temps privés. En d’autres termes, la démocratie n’a pas semblé en voie de s’effondrer, pas plus d’ailleurs que les réseaux électriques et informatiques. Mais à coup sûr, Yves Cochet nous répondra que le choc du confinement (et maintenant celui du déconfinement) n’est que peu de chose par rapport aux bouleversements majeurs qui nous attendent dans les prochaines années. Seul l’avenir nous dira si son scénario se vérifie ou pas. En tout cas, cet ouvrage est une contribution majeure à la réflexion sur l’avenir de notre société.


Éditions les Liens qui Libèrent, 256 pages, 18.50 € – www.editionslesliensquiliberent.fr
Contact presse: Arnaud Labory. Tél.: 6.22.53.05.98 – arnaud@anneetarnaud.com
(Laurent Samuel)

ANNUAIRE 2020

CANARD SAUVAGE
Spécial 50 ans