Des menaces inacceptables contre le film « Marche avec les loups »

Le 5 janvier 2020, le syndicat agricole FDSEA05 avait appelé via Facebook à manifester à Gap contre une avant-première du film Marche avec les loups. Un rassemblement en fin de compte annulé en raison du tollé des internautes. Au cours du tournage, le réalisateur Jean-Michel Bertrand a reçu à trois reprises des menaces de mort et les élus du département des Hautes Alpes et de la Région Sud (ex Paca) ont refusé de soutenir le film. Des faits inquiétants qui ont inspiré ce texte à un JNE engagé de longue date dans la défense de la nature sauvage.

par Gabriel Ullmann

Le loup !…La bête du Gévaudan n’était rien à comparer de la violence meurtrière qui anime certains non seulement contre cet animal…mais aussi contre des humains. Contre ceux qui osent, simplement, réaliser ou présenter un film sur le loup et son contexte, de façon certes engagée (et alors ?), mais aussi empreinte de poésie et d’empathie pour l’ensemble des protagonistes.

Ces appels à l’assassinat, ces menaces de morts abjectes reflètent une société profondément malade et témoignent de l’impunité constante en faveur de certaines catégories professionnelles, qui permet toutes les dérives.

Oui, le loup est une épreuve pour le pastoralisme ovin, pour les bergers et pour les éleveurs. Oui, cela génère des tracas, des surcroîts de travail, des stress et, pour certains, un calvaire. D’une part, cela ne peut en aucun cas justifier l’injustifiable et l’abject. D’autre part, le pastoralisme vit à 80 % des aides publiques. Peut-on alors considérer, sans se faire trucider, que la cohabitation avec les grands prédateurs, patrimoine public, peut être un corollaire de cette activité, qui doit saisir l’opportunité de se rénover et de réinventer l’occupation de l’espace commun ?

Cette opportunité a été saisie, mais partiellement, par certains, qui, grâce au retour du loup, ont vu leurs conditions de travail fortement améliorées (cabanes installées ou rénovées, aides-bergers financés, protections remboursées, indemnisations bien au-delà du prix de vente et des assurances, visibilité médiatique et sociétale du berger et de l’éleveur, etc.).

Il est urgent que les dogmatismes autour du loup, de tous côtés, s’effacent et que la sérénité et le respect mutuel l’emportent. Fasse que ces actes immondes, à l’occasion de la sortie du film Marche avec les loups, conduisent au contraire à une prise de conscience collective de cette urgence.

Ci-dessous, la bande-annonce de Marche avec les loups.

Dossier complet sur le film, à consulter ici.

 

Extrait d’un communiqué de Jean-Pierre Bailly, producteur de Marche avec les loups.
Aujourd’hui plus de 15.000 personnes ont vu le film entre les projections en avant-première et les festivals. La plupart du temps en présence du réalisateur. Les réactions sont excellentes et beaucoup de spectateurs soulignent sa démarche très mesurée et poétique tout en étant très engagée.
Le film sort sur 150 copies le 15 janvier, nous avons une très forte demande des salles de cinéma. Jean-Michel Bertrand est très sollicité.
Enfin, outre les deux prix du public déjà obtenus, le film a été sélectionné dans le cadre du festival Télérama junior en février.

ANNUAIRE 2020

CANARD SAUVAGE
Spécial 50 ans