La nature sauvage au coeur des réflexions des JNE… et de la société

 

 

par Laurent Samuel

 

« Que reste-t-il de la nature sauvage, en France et dans le monde ? » Telle est la thématique-phare que les JNE ont décidé de porter au cours de l’année 2021, avant de se pencher en 2022 sur la construction d’une société sobre (on y reviendra). Bonne pioche puisque le thème de la nature sauvage a émergé du cercle des naturalistes passionnés pour se retrouver en bonne position dans de nombreux médias généralistes. Exemple tout récent : dans la foulée de l’annonce du décès de Pierre Rabhi, lui-même grand défenseur de la nature sauvage, le journal de 13 heures de TF1 du 5 décembre 2021 a diffusé un long sujet sur une expérience de « réensauvagement » sur les contreforts du Vercors.

Parmi les intervenants de ce reportage, figuraient Gilbert Cochet et Béatrice Kremer-Cochet, auteurs de nombreux livres dont l’Europe réensauvagée, paru aux éditions Actes-Sud, que les JNE avaient justement convié pour un webinaire le 8 avril dernier autour de la notion de ré-ensauvagement. En 2021, notre association a également invité le philosophe canadien Alain Deneault à propos de son essai L’économie de la nature paru en 2019 aux éditions Lux, Jean-Claude Génot, rédacteur en chef du bulletin Naturalité et membre des JNE, sur le thème de l’état de la nature sauvage en France, et Valérie Chansigaud, historienne des sciences et de l’environnement, chercheuse associée au laboratoire SPHère (Paris Diderot-CNRS), autour de la question des relations homme-nature. Les JNE ont aussi organisé avec le WWF-France (dans le cadre du projet EuroLargeCarnivores) trois visio-conférences sur la cohabitation avec les carnivores sauvages : le lynx, l’ours et le loup.

Forêt en libre évolution, vallée de l’Orgère, PNR de la Vanoise © Danièle Boone

En septembre dernier, le Congrès mondial de la nature, organisé par l’UICN à Marseille, a donné l’occasion aux télés, aux radios et à la presse écrite de présenter de nombreux sujets, notamment sur le Parc national des Calanques tout proche de la cité phocéenne. Le projet lancé par le botaniste Francis Hallé de création d’une forêt primaire en Europe de l’Ouest a été l’objet d’une importante attention médiatique. Le thème de la nature sauvage est également abordé dans plusieurs films sortis cet automne, comme Animal de Cyril Dion et La Panthère des neiges, de Marie Amiguet et Vincent Munier (membre des JNE). Parallèlement, des philosophes et des anthropologues (Baptiste Morizot, Philippe Descola, Bruno Latour, Estelle Zhong Mengual…) , auxquels le Monde a consacré une passionnante série d’été, en ont fait l’un de leurs grands axes de réflexions. Bref, hier marginale et cantonnée à quelques passionnés, cette thématique est aujourd’hui devenue « mainstream ». Les JNE sont fiers d’avoir contribué à sa popularisation au fil de l’année 2021.

En 2022, les JNE ont décidé, selon le vote majoritaire de leurs adhérents, d’adopter comme thématique un autre sujet qui se trouve lui aussi au cœur des préoccupations actuelles : Comment construire une société sobre ? On vous donne rendez-vous en janvier pour vous en parler plus longuement. D’ici là, l’équipe des JNE vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année.

Une pensée pour le psycho-sociologue Serge Moscovici, qui fut l’un des tous premiers à porter le thème de l’ensauvagement dès les années 1970.
.

En haut : loup – photo DR

situs togel terpercaya