De l’autre côté du net par Michèle Mira Pons (JNE) – Illustrations : Walter Glassof

Ce petit livre a une grande ambition, une entreprise de David face à Goliath. Il veut faire comprendre les tenants et les aboutissants du monde du virtuel au jeunes, ados et plus, accros à leurs smartphones et à leurs diverses applications. Épaulée par les dessins saisissants de Walter Glassof, Michèle Mira Pons présente d’abord les conséquences écologiques, sociales et politiques désastreuses des milliards de messages envoyés chaque jour à travers le monde par mail, sur WhatsApp, Twitter, Facebook etc. – excellente synthèse de ce contre quoi de nombreuses associations écologistes se battent depuis de longues années. Ensuite elle explique comment le monde de Big Brother est créé à travers l’addiction aux outils du virtuel, addiction soigneusement conçue et fabriquée par une poignée de personnes qui comptent aujourd’hui parmi les plus riches du monde.

Avec son écriture claire et efficace Michèle tente de provoquer un déclic chez les jeunes et de les amener à contrôler le nombre de clics, la fréquence des achats de nouveaux smartphones et à choisir des serveurs et applications open source, qui n’exploitent pas les données de leur vie privée. À la fin des chapitres « La pollution par le net » et « Données personnelles, où est le problème ? », on trouve le très utile « Alors, on fait quoi ? », la liste des alternatives vers lesquelles les internautes peuvent se tourner pour diminuer leur empreinte écologique et pour échapper aux caméras orwelliennes (voir dessin p.44). De l’autre côté du net devrait être dans toutes les poches ; dommage qu’il soit deux fois plus cher que les livres de poche.


Éditions Actes Sud junior, 71 pages, 14,50 € – www.actes-sud-junior.fr
Contact presse : Nathalie Giquel. Tél. : 01 55 42 63 05 / 06 71 01 80 39 – n.giquel@actes-sud.fr
(Suzanne Körösi)

situs togel terpercaya