Le retour au bois de chauffage, une menace pour les forêts algériennes

Les moyens de chauffage modernes sont non seulement chers, mais l’énergie qui les alimente, électricité ou gaz naturel, n’arrive pas partout. C’est le cas des endroits où il fait le plus froid, dans les montagnes de Kabylie, par exemple.

 .

par M’hamed Rebah

.

Alors, la population se tourne à nouveau vers le moyen traditionnel directement offert par la nature : le bois de chauffage. Le gros inconvénient est que les coupes sauvages sont une des principales menaces sur les forêts en Algérie. La pratique du chauffage au bois comporte, à terme, le risque de destruction de la forêt. C’est ce qui se passe actuellement à Illilten dans le Djurdjura, où les villageois sont contraints de couper le bois des arbres de la forêt pour se chauffer. Le plus grave est dans les glissements de terrain provoqués par l’érosion rendue possible, dans les périodes de fortes pluies, par le déboisement.
.

Le raccordement au gaz naturel constitue la seule vraie solution selon les responsables locaux. En l’absence de gaz, y compris en bouteilles, la majorité des villageois et des habitants des douars éloignés des centres urbains n’a pas d’autre choix que l’utilisation du charbon et du bois. A la fin des années soixante, la préservation de la couverture forestière avait été une des motivations de la politique énergétique algérienne en milieu rural visant à encourager l’utilisation du gaz par les ménages et les artisans. La production de bois de chauffage et de charbon de bois avait alors fortement diminué et le délit du colportage de bois de feu avait connu un net recul. A l’époque, une politique volontariste avait été engagée par les pouvoirs publics pour alimenter en gaz naturel toutes les régions accessibles. Le gouvernement avait même consenti une réduction de 50 % aux abonnés-gaz.

.

A la fin des années 70, l’objectif était encore plus ambitieux : achèvement et ramification des canalisations de distribution de gaz naturel et, mieux encore, électrification domestique totale avant la fin de la décennie quatre-vingts. Le renversement de tendance, pour diverses raisons, a conduit à la situation actuelle, où les forestiers passent leur temps à reboiser les espaces déboisés par les riverains des forêts et les habitants des montagnes qui ont recours au bois pour se chauffer et préparer les repas. Et pas n’importe quel bois ! Du cèdre, du chêne, de l’olivier…

.

En Grèce, confrontée presqu’à la même situation, le gouvernement a demandé à ce que les ménages les plus modestes bénéficient d’une électricité gratuite pour se chauffer. Il veut freiner les coupes sauvages dans les forêts grecques, mais aussi lutter, et surtout, contre la pollution atmosphérique provoquée par le chauffage au bois. Les niveaux dangereux atteints par la pollution de l’air, particulièrement à Athènes, ont préoccupé le ministre grec de l’Environnement, Yannis Maniatis, qui a donc demandé la gratuité de l’électricité (pas seulement une subvention) pour les ménages affiliés au tarif social de l’électricité, les jours où la concentration des particules atmosphériques atteint 150 mg/m3. La crise économique qui ravage ce pays depuis quelques années a appauvri la population au point où de nombreux foyers grecs ne peuvent pas se payer les moyens de chauffage électrique. D’où ce recours au chauffage au bois qui a comme impact à la fois le déboisement et une brume de pollution qui menace la santé (problèmes cardiaques et respiratoires) des catégories les plus vulnérables.

.

Cet article est paru dans Reporters (quotidien algérien).

.

situs togel terpercaya