Mille Traces

Voyage JNE dans le Vercors

Rendez-vous était pris de longue date pour ce week-end dans le Parc naturel régional du Vercors. Malgré les grèves à la SNCF, malgré une météo annoncée déplorable, ce fut un franc succès. Trois belles journées et une soirée festive mémorable. Merci Véronique !

par Danièle Boone

Emilie

« Green is my religion », une image symbole qui résume notre voyage © Anne-Claire Poirier

Les étoiles ont été avec nous pendant tout le séjour. Le TGV en provenance de Paris était affiché à l’heure et il est arrivé sans retard. Fleur Daugey a vu son TER annulé mais elle a co-voituré. Et nous voilà tous réunis à la Maison de l’Aventure, chaleureusement accueillis par Gil Borel, le responsable. Les végétariens y ont été particulièrement chouchoutés. Merci encore à l’inventivité de Lucie Valentin, la cuisinière. Gil, également correspondant pour Drôme Hebdo, n’a pas manqué de faire un article sur notre venue  à lire ⇒ ici

Pour rejoindre la plate-forme bois de Vassieux-en-Vercors, notre première visite, nous avons traversé la fameuse plaine de Vassieux, haut lieu de la Résistance. Le 21 juillet 1944, les maquisards, trahis, ont été tirés comme des lapins. Dans la nécropole, 192 tombes surmontées d’une croix chrétienne ou d’un croissant musulman rappellent qu’ici, des hommes et des femmes ont refusé de se plier aux ordres des politiques (Pétain). Hier insoumis et hors la loi, aujourd’hui, résistants et héros. Petit préambule historique et symbolique, pour souligner, qu’ici, aujourd’hui, dans un endroit de France où la densité des habitants par km2 est l’une des plus basse, des hommes et des femmes ont choisi de s’installer pour vivre différemment, dire non à la société consumériste et défendre leurs valeurs. Plus encore, leur vie est la preuve qu’il existe d’autres possibles. Nous en avons rencontré quelques-uns et cela met du baume au cœur..

A l'écoute de Éric Rousset © Danièle Boone

Lecture de carte avec Éric Rousset © Danièle Boone

Après un pique-nique convivial, Éric Rousset nous a présenté la plate-forme de production de bois énergie de Vassieux-en-Vercors qui produit actuellement 550 000 tonnes de plaquettes et représente  80 à 85 % de l’approvisionnement dans un rayon de 30 km. Elle appartient à ONF Énergie, une filiale de l’ONF. Ce type d’activité permet de valoriser des bois qu’on ne valorisait pas auparavant. Dans le Vercors, les forêts sont réparties à 50/50 entre l’ONF et le privé.

Tout cela semble parfait, pourtant, il faut assurer les contrats passés notamment avec les collectivités locales. C’est un peu compliqué à résumer en deux lignes, mais l’angoisse du manque pointe et il se pourrait qu’il faille un jour s’approvisionner en matière première plus loin pour pouvoir répondre aux contrats engagés à moins qu’une solution soit trouvée à ce paradoxe.

Nous avons poursuivi au col du Rousset, une station gérée par le département où nous a parlé de la gestion des déchets et notamment de la pratique de l’épandage des déchets verts sur les pistes de ski expérimentée avec succès.

..
Un potager vagabond

_16A2063

À l’écoute de Séverine Tallon © Danièle Boone

Nous terminons cette demie journée déjà bien remplie par la visite du Potager vagabond de Séverine Tallon et Chistophe Coussat. Ils ont réalisé leur rêve de maraîchage bio à la montagne. Le plus difficile, sans doute, a été de trouver des terres. La première année, on leur a prêté une parcelle, l’année suivante une autre, et l’année suivante encore une autre, d’où le nom de « potager vagabond » même si depuis 3 ans, ils ont 4500 mètres carrés en bail agricole (9 ans) auxquels sont venus s’adjoindre cette année 6000 mètres carrés.

Séverine a fait une formation agricole en bio à Die puis plusieurs stages chez des agriculteurs bio. La difficulté en montagne, c’est surtout la saison relativement courte alors pour l’allonger, ils font des plans de légumes et de fleurs parfaitement adaptés à la région. C’est un franc succès. Ils écoulent toute leur production de plans et de légumes en vente directe sur les marchés, en paniers à la carte ainsi qu’à certains restaurants. De fait, ils n’arrivent pas à répondre à la demande car le potentiel est énorme. Il faut dire qu’à Saint-Martin-en-Vercors, le seul agriculteur traditionnel vient de se convertir au bio aussi la plupart des gens d’ici sont très attentifs à leur nourriture. Cela fait rêver, non ?

Séverine et Christophe, originaire de la région lyonnaise, sont tous les deux convaincus que la relocalisation de la production résoudrait beaucoup de problèmes. En tout cas, ils prouvent que le marché est là.


Réserve biologique intégrale

Le lendemain, grand beau. La météo avait annoncé une journée catastrophique, preuve que nous sommes bénis des dieux!

Située sur les communes de Saint-Andéol-en-Vercors (Isère) et de Saint-Agnan-en-Vercors (Drôme), cette Réserve biologique intégrale (RBI) de plus de 2160 hectares fait partie des trois plus grandes de France. Sans aucune intervention de l’homme (exploitation forestière, chasse, etc.), les RBI sont des espaces idéaux pour l’observation de la faune sauvage. Plusieurs inventaires et/ou suivis ont été effectués ou sont en cours de réalisation : avifaune, insectes, ongulés, chiroptères. Le département de la Drôme est particulièrement riche avec ces derniers puisqu’il recense 25 espèces de chauve-souris sur les 27 espèces répertoriées en France métropolitaine.

Chevêchette d’Europe © Danièle Boone

Chevêchette d’Europe © Danièle Boone

Jacques L’Huillier, technicien de terrain et responsable de la RBI, nous a guidés jusqu’à la Chevêchette d’Europe, notre plus petite chouette. Il est le responsable du suivi de l’espèce sur les départements de la Drôme et de l’Isère. De fait, l’activité de cette petite chouette est plutôt diurne contrairement aux autres chouettes et hiboux. Elle affectionne tout particulièrement les vieux boisements en altitude de conifères mêlés de feuillus. Jacques nous avait prévenus : « vous ne la verrez peut-être pas ou seulement quelques secondes ». L’oiseau était absent de son nid, mais il est arrivé une minute après nous, et il est resté jusqu’à notre départ, bien en vue, dans une jolie lumière. Nous avons eu tout le loisir de l’observer et même les moins naturalistes d’entre nous ont été émerveillés. De toute évidence, peu habituée à rencontrer l’homme, elle n’en a pas peur et se montre même curieuse. Peut-être n’en reverrons nous jamais dans notre vie. Ce fut là un cadeau précieux.

Pendant le pique-nique dans une jolie clairière, Véronique nous a fait une démonstration d’encres végétales tandis qu’un pipit des arbres nous faisait des démonstrations de chutes libres accompagnées de longs crescendos sonores.


Balade naturaliste

C'est vertigineux mais tellement beau © Diana Semanska

C’est vertigineux mais tellement beau © Diana Semaska

L’après-midi, sur le plateau de Font d’Urle nous croisons des marmottes, des chocards à bec jaune et même quelques individus de craves à bec rouges, oiseaux habituellement absents ici, signe incontestable du réchauffement climatique.

Les prairies sont toutes en fleurs, une aubaine pour les botanistes à profiter avant l’arrivée des troupeaux prévue pour le week-end suivant. La grande gentiane jaune déploie ses feuilles vigoureuses. Les trolles d’Europe écrivent une symphonie lumineuse où les narcisses leur servent de faire-valoir tandis que les gentianes bleues ponctuent l’ensemble comme des percussions pleines d’énergie. Véronique, experte en la matière, nous présente et nous fait goûter quelques plantes comestibles, notamment la grande Berce, absolument délicieuse, à ne pas confondre avec la Berce du Caucase.


Et le loup dans tout ça ?

Le loup ? Et bien nous l’avons rencontré au travers d’un bel étron ! Pour un naturaliste assurément, c’est déjà une rencontre, le signe certain de sa présence, une belle crotte de canidé, mais bien différente de celle d’un chien, avec plein de poils dedans et des petits morceaux d’os.

Jean-Marie Ouary © Myriam Goldminc

Jean-Marie Ouary © Myriam Goldminc

Jean-Marie Ouary, notre référent sur le sujet, est inépuisable. Il y a là, deux meutes bien installées, l’une de 7 loups, l’autre de 5. Entre les deux, un no man’s land parfaitement respecté. Dans la nuit précédente, les patous, ces chiens de protection des troupeaux ont beaucoup aboyé, signe qu’un prédateur rodait par là, sans doute le loup. C’est ainsi que Jean-Marie, en notre compagnie, a repéré cette crotte de loup!

Mille traces, l’association fondée par Véronique Thiery, se bat, avec Jean-Marie en première ligne, pour faire changer les regards. Oui, une meute de loups peut cohabiter avec un troupeau si toutes les mesures de protection sont respectées. Oui, mais… c’est tellement plus simple de lâcher les ovins et de les laisser vivre leur vie – voire leur mort quand une mise bas se passe mal et qu’aucun berger n’est là pour assister la brebis – et de faire porter sur le loup la responsabilité de tous les accidents. Rappelons que les chiens errants sont également responsables de nombreuses attaques sur les troupeaux.

Jean-Marie nous parle d’un éleveur qui cohabite avec les loups depuis 22 ans et nous montre ses bêtes qui pâturent sous la surveillance d’un patou mais cet éleveur ne veut pas témoigner eu égard à ses confrères ! L’omerta d’un côté, la mauvaise foi de l’autre, comment dépasser tout cela ?


Et maintenant, dansons

Soirée festive © Diana Semaska

Soirée festive © Diana Semaska

Une soirée festive nous attend après cette journée déjà très riche. Christophe Morini, maire de Saint-Agnan-en-Vercors, nous accueille avec plaisir. Après un dîner participatif absolument délicieux, place à la danse au rythme des Faucon Folk. Aucun d’entre nous ne renâcle et nous voilà tous en piste ! Envahis par une saine fatigue et éblouis par les splendides paysages, nous nous endormirons sans sourciller.


Transition énergétique

La matinée du lendemain, nous découvrons quelques unes des solutions choisies par certains élus locaux dans le domaine de la transition énergétique.

Julie Faivre, élue à Saint-Martin, et Gilles Chazot, adjoint au maire de Saint-Julien-en-Vercors en charge de l’éclairage public, nous expliquent pourquoi et comment leurs communes ont décidé de réduire leur éclairage nocturne. Les économies réalisées sont réinvesties pour l’amélioration de l’équipement.

Ensuite, nous rencontrons Jean-Éric de Rango et Alexandre Michel de « Vercors Soleil » qui nous expliquent comment est née la centrale villageoise citoyenne. Des habitants et des bâtiments publics de Saint-Martin-en-Vercors, Saint-Julien-en-Vercors et Vassieux-en-Vercors prêtent leurs toits pour installer des panneaux photovoltaïques. Le projet concerne environ 80 actionnaires, le but étant une certaine autonomie énergétique. En effet, même si l’électricité produite repasse dans le réseau, elle est majoritairement consommée sur place, ce qui évite les pertes.


Bouclette et compagnie

Dernier pique-nique © Danièle Boone

Dernier pique-nique © Danièle Boone

Notre ultime visite est pour Laure et Igor Marconnet (Bouclette et Cie), un couple d’éleveurs qui exploite une petite ferme à Saint-Martin-en-Vercors. Leurs 60 brebis laitières de race Lacaune leur permettent de vivre avec leurs trois enfants. Ils ont même accueilli Moubarak, un réfugié soudanais et nous ont demandé si par hasard nous pourrions intervenir pour qu’il puisse faire venir sa fille de 7 ans. Elle vit actuellement avec sa grand mère car sa mère a été assassinée. On connaît le sort des jeunes filles là-bas, du coup, la demande est parfaitement légitime.

D’une très grande exigence et d’un très grand bon sens, ils bichonnent leur troupeau avec amour et ont refusé le puçage électronique de leurs moutons. « On a payé l’amende mais on est libres », résume Igor. Laure nous montre le cahier où tout est noté, naissance, départ, etc. Alors question traçabilité – l’argument pour le puçage – ils sont imparables. Ils vivent principalement de la vente directe de leurs fromages qui sont absolument divins. En les quittant, on se dit que s’ils n’existaient pas, il faudrait les inventer. C’est sûr en tout cas, que tous ceux que nous avons croisé au court de ce séjour nous ont redonné plein d’énergie et la foi en tous les possibles.

Pour aller plus loin :
Mille traces
La Maison de l’aventure
Le site du PNR du Vercors
Centrale villageoise citoyenne


.

.


.