Aurélien Brulé

A La Flèche, une rencontre avec Chanee, grand défenseur des gibbons

Chanee, grand défenseur des gibbons, se trouvait récemment en France. Il a été notamment reçu à Paris par les JNE, mais aussi à La Flèche (Sarthe) à l’invitation de l’association Fous de Nature. Voici le compte-rendu de cette conférence.

 

par Roger Cans

 

ban_fous_nature_1000x150aPascal Fournié, président de la nouvelle association Fous de Nature, a invité le public au ravissant Théâtre de la Halle au blé de La Flèche (Sarthe) le 12 octobre 2014, afin d’assister à une conférence avec projection sur un singe bien connu des visiteurs du zoo de La Flèche : le gibbon.

 

Il se trouve en effet que le zoo de La Flèche est partenaire de l’association Kalaweit (gibbon en langue dayak), créée en 1998 par le jeune Français Aurélien Brulé, alias Chanee (gibbon en langue thaï) pour sauver les singes victimes de la déforestation à Bornéo et Sumatra (Indonésie). Ainsi, lorsque les jeunes visiteurs du zoo de La Flèche mettent deux euros dans l’urne pour nourrir les girafes, ces deux euros sont reversés à Kalaweit. Autrement dit, les girafes de La Flèche participent à la sauvegarde des gibbons d’Indonésie !

 

Un parcours fulgurant

 

L’aventure de Chanee, 35 ans aujourd’hui, mérite d’être contée. A dix ans, déjà, Aurélien Brulé se passionne pour les singes. Ne doutant de rien, il écrit au primatologue Jean-Yves Collet, qu’il rencontre dans les Alpes deux ans plus tard. Il découvre le gibbon en 1992 au zoo de Fréjus.

 

Dès lors, il va les retrouver tous les mercredis après-midi, afin de les observer et de noter leur comportement. Il constate que les gibbons se choisissent pour former des couples et restent fidèles à leur partenaire. En cage, les gibbons sont plus agités que dans la nature, ce qui est compréhensible.

 

Fort de ses observations, Aurélien Brulé écrit à seize ans un livre qui est publié en 1996 sous le titre Les gibbons à mains blanches. L’ouvrage suscite un article dans le magazine VSD qui, à son tour, attire l’attention de l’humoriste Muriel Robin. Elle lui téléphone et le garçon, croyant à une blague, réalise que c’est bien Muriel Robin. Elle lui propose de lui payer le voyage pour découvrir les gibbons in situ. A l’été 1997, après son bac, il va donc passer trois mois en Thaïlande, d’abord à la frontière birmane puis à la frontière cambodgienne. C’est là qu’il choisit de se faire appeler Chanee. A cette occasion, il constate de l’avion où il voyage que le ciel est noir des fumées d’incendies en provenance d’Indonésie. C’est sans doute là-bas que le gibbon est le plus menacé.

 

Il rencontre Muriel Robin à son retour, et elle l’encourage à poursuivre sa mission en Indonésie en lui finançant un deuxième voyage. Il débarque là-bas au plus mauvais moment, car le président Suharto est renversé en mai 1998. Il ne s’attarde donc pas à Java, mais s’installe à Bornéo, où les associations de protection de la nature ne s’intéressent qu’à l’orang-outan, primate prestigieux lui aussi très menacé par la déforestation. Il découvre que le gibbon est également mis en péril par l’habitude locale d’élever le singe en cage. Car pour élever un bébé gibbon, il faut d’abord tuer la mère. En Indonésie, il y a ainsi des milliers de gibbons en cage, comme animal de compagnie. La déforestation est aujourd’hui le fait des planteurs de palmiers à huile, qui investissent toutes les plaines accessibles et brûlent la tourbe du sol. Chanee préfère les sociétés d’exploitation forestière qui, elles, maintiennent la forêt dans leurs concessions.

 

Première réserve à Bornéo

 

Chanee se lance donc dans la sauvegarde des bébés gibbons orphelins. Son objectif : « Sauver ce qui peut l’être lorsqu’il est encore temps ». Sa méthode : « Agir dans l’urgence ». Pour financer son projet de réserve, il fonde l’association Kalaweit en 1998. Mais, n’étant pas citoyen indonésien, il ne peut pas acheter de terres.

 

30980_165678443555912_1149541584_nEn 1999, cependant, il obtient l’autorisation officielle du gouvernement pour créer sa première réserve. Il l’installe au centre de Bornéo, dans les montagnes où subsiste la forêt primaire, inaccessibles aux engins de terrassement ou de débardage. Il installe des « volières », ces très hautes et vastes cages où il accueille des gibbons malades, blessés ou abandonnés. La réserve compte aussi une trentaine de gibbons sauvages.

 

En 2002, Chanee déménage sa réserve dans une île, plus accessible. Il ne sauve pas « les » gibbons, mais « des » gibbons, tient-il à souligner. En 2004, il crée un deuxième centre dans l’île de Sumatra, où la déforestation va bon train aussi. Il embauche du personnel : soigneurs, cuisiniers, vétérinaire. En 2012, changement d’échelle : il acquiert la nationalité indonésienne. Dès lors, il peut acheter 211 hectares de forêt, qu’il surveille lui-même avec un parapente à moteur, qui vole lentement à 300 m d’altitude. L’objectif est d’installer des volières isolées dans la forêt, car les gibbons sont territoriaux et n’aiment pas la concurrence. Il a actuellement 254 gibbons en pension, avec une clinique vétérinaire, 31 soigneurs, 4 vétérinaires et deux représentants du ministère indonésien des forêts.

 

Pour la réintroduction dans la nature, qui est le but ultime de Kalaweit, des volières d’acclimatation sont installées à proximité des lieux de lâcher final. Le gibbon y passe trois mois, seul ou en couple, nourri par un monte-charge manuel qui apporte les fruits à 6 m de haut. Les soigneurs ne doivent plus approcher à moins de 20 m de la volière, pour désaccoutumer le singe de l’homme. Les quelques gibbons relâchés sont suivis pendant un an.

 

Une arche de Noé improvisée

 

Bien entendu, comme dans tous les centres d’accueil pour animaux blessés ou abandonnés, toutes sortes d’animaux sont apportés à Kalaweit : macaques, nasiques (5.000 singes de ce type à Bornéo), orang-outan, pythons, cobras, ours, panthères, crocodiles, tortues, civettes, varans, loris (petits mammifères aux canines venimeuses) et même des hirondelles !

 

Les orang-outans sont confiés aux associations spécialisées. Les ours sont parqués dans des enclos électrifiés. Les crocodiles sont relâchés, surtout le faux gavial qui est rare. Un crocodile marin d’une tonne est conservé : il se contente de trois poulets par semaine. L’objectif est de donner une deuxième chance à l’animal, sans suivi, et de sauver un peu « de la » forêt. La réserve de Sumatra est surveillée par des patrouilles équestres, qui s’efforcent de dissuader les braconniers, surtout ceux qui capturent les oiseaux avec appelants et glu.

 

Depuis 2013, Kalaweit participe à la commission des petits primates de l’UICN. En 2014, Chanee a effectué une mission en Chine, où existe une espèce rare de gibbon (on en compte cinq espèces différentes en Asie). L’espèce chinoise ne compte plus que 23 spécimens dans une île. Kalaweit participe à l’action d’une association australienne qui protège les gibbons à Java. Il existe une réserve d’Etat à Bornéo : Pararawen (5.800 hectares).

 

Kalaweit est aujourd’hui bien connue en Indonésie grâce à une radio qui diffuse 24 h sur 24, en insérant des messages sur l’association au milieu de la musique et des blagues. Depuis le 15 août dernier, la grande chaîne de télévision nationale diffuse une émission hebdomadaire sur Kalaweit. Tous les Indonésiens ont entendu parler de l’action en faveur des gibbons. Ce qui n’empêche pas les citadins de continuer à élever le singe en cage, hélas.

 

Chanee est donc aujourd’hui bien installé avec sa famille en Indonésie, où il vit depuis 16 ans. Son association compte 54 salariés et gère un chiffre d’affaire de 450.000 euros par an. Lui aussi est contre l’écologie punitive. Il préfère séduire plutôt que dénoncer, même les planteurs d’huile de palme ou les exploitants de charbon qui détruisent la forêt pour vendre leur production à la Chine. Il préfère expliquer, comme par exemple le cas du crocodile marin qui devient mangeur d’hommes faute de poissons, tués par les rejets miniers toxiques. Lors de son bref passage à La Flèche, il a remercié le vétérinaire du zoo à l’origine du partenariat avec Kalaweit, dont la marraine reste Muriel Robin.

 

Contacts :
kalaweit.france@yahoo.fr
07 86 01 18 87

kalaweit.belgique@yahoo.fr
0470 089 575.

 

Le sourire fendu ou l’histoire de Gibbon

Sourire-fendu
C’est l’histoire vraie d’une rencontre avec Wa-Wa, un enfant au sourire fendu (bec de lièvre). Son prénom veut dire « Gibbon ». Quelle irrésistible coïncidence pour Aurélien Brûlé qui a choisi de s’appeler « Chanee » qui veut dire aussi « Gibbon » dans une autre langue indonésienne. Le petit garçon différent va être auréolé par son « amitié » avec « le français » qui va trouver un réseau pour qu’il soit opéré et retrouve un visage « normal». Ce livre est aussi un récit de la vie quotidienne de Chanee, devenu indonésien par amour des gibbons. Mais pour obtenir cette nationalité, il faut être musulman et être circoncis. Chanee nous livre cette part très intime avec beaucoup d’humour. Et bien sûr, il nous parle de ses protégés mais aussi de Sam, son chien et compagnon d’aventures.

Et puis, Chanee redit son combat, ses espoirs et ses désespoirs ainsi que ses réflexions sur la vie et sur les hommes. « L’écologie est une philosophie du respect, pas une contrainte. Elle respecte les hommes, les animaux, les végétaux, la Vie», affirme-t-il mais «qu’attendre du roi d’Espagne, Président d’honneur du WWF, lorsqu’il tue des éléphants ? » Il rend aussi un émouvant hommage au capitaine Watson sans le citer nommément mais tout le monde le reconnaît. « On comprend le capitaine frustré. Celui qui lance son bateau contre les baleiniers japonais. Celui qui a envoyé sur les roses les bureaucrates. Celui qui se réjouit de sauver des baleines, tout simplement, et qui au final est obligé de vivre dans la clandestinité. »

Editions Strapontin{s}, 192 pages, 14 €
Contact Kalaweit : Constance Cluset. Tél. : 07 86 01 18 87 – kalaweit.france@yahoo.fr
(Danièle Boone)

Images Doc n° 280


Le magazine de Bayard Presse dédié aux 8-12 ans propose à ses jeunes lecteurs un numéro « Spécial Terre » destiné à l’éveil des enfants à l’environnement. Le maxi doc est consacré aux quatre saisons, une manière de les ouvrir à ce qui les entoure et à apprendre à observer l’évolution de la nature. Notre consœur Nathalie Tordjman raconte la vocation d’Aurélien Brulé rebaptisé Chanee qui consacre sa vie à la sauvegarde des gibbons et aussi à celle de leur habitat, la forêt primaire de Sumatra.

Puis des images du satellite spot regroupées sous le titre « Etonnante planète » sont décryptées pour les enfants. La bédé du mois « Je vis dans un écoquartier » raconte l’histoire d’une gamine originaire de Malakoff qui découvre son nouvel environnement. La recherche de son chat qui s’est perdu est le prétexte à cette visite commentée par ses nouveaux copains. Elle est pleine de clins d’œil ainsi on passe par la place Cousteau et la rue René Dumont ! Aux parents à rebondir pour aller plus loin.

Enfin, bien sûr, approche ludique oblige, il y a plein de jeux et plein de questions dont certaines sont en lien avec les sujets précités pour compléter ce beau menu.
(Danièle Boone)

En kiosque, 5,50 € – blog.imagesdoc.com