Radio & Télévision

Komodo TV, la chaîne web des défenseurs du vivant

Initiée par Aymeric Caron et Stéphane Simon, le producteur de Thierry Ardisson, cette chaîne témoigne du virage numérique de certains médias. On peut la rapprocher d’un autre support indépendant, l’excellent Reporterre de notre confrère Hervé Kempf, mais Komodo TV reste plus axée sur la connaissance et le respect des animaux. 

par Marc Giraud

Pourquoi ce nom « Komodo » ? Parce que le gouvernement indonésien vient d’avoir le courage d’interdire le tourisme afin de protéger ses varans endémiques, les plus grands lézards du monde encore vivants : les dragons de Komodo. Lancée le 3 juin dernier comme « la première chaîne antispéciste », Komodo TV est ce qu’on appelle un média de niche. Ces médias permettent une pleine liberté de ton et de choix des sujets abordés, bien mieux développés que dans les médias classiques, comme ici le droit de l’animal ou les actions des associations citoyennes. Cependant, Komodo n’est pas un refuge sectaire de véganes extrémistes, comme certains pourraient être tentés de le croire, car elle s’intéresse aussi à l’écologie au sens large, et aborde des questions de société, de sciences ou de philosophie. 

Une interview de plus d’une heure sur les droits de la nature avec Valérie Cabanes (« Notre affaire à tous »), ça nous cadre bien sur les enjeux actuels de la défense du vivant. Cet entretien fait partie des nombreuses rencontres proposées régulièrement par Aymeric Caron sur Komodo TV, où l’on côtoie des personnalités diverses (Gaspard d’Allens sur les forêts, Jeanne Mas, Bruno Solo…). Le journaliste pose également des questions éthiques (« Les opérations de vandalisme contre les boucheries servent-elles votre cause ? », ou – ça peut faire rire mais c’est une vraie question – « Quelle est l’attitude d’un antispéciste face aux punaises de lit ? », etc.). Si l’auteur de « No steak » et de « Vivant » expose ses analyses personnelles sur la politique et sur bien d’autres sujets, il n’en est pas moins accompagné d’une équipe animant des chroniques variées et complémentaires, qui alimentent un flux régulier de nouveautés, et d’infos qu’on ne trouve pas ailleurs.

Au programme, la chaîne propose des actus de l’écologie avec le rédac’chef Olivier de Vellis, des reportages (sur les éléphants du Zimbabwe, le phoque You (!), le calvaire des lapins angoras…), les combats des associations de protection de la nature (avec Lamya Essemlali de Sea Shepheard, Madline Rubin de l’ASPAS, Christophe Marie de la FBB…), des conseils pratiques pour cuisiner sans produit animal avec Paloma, éviter les déchets avec Julie Bernier, ou encore des balades naturalistes avec moi-même. Bref, des thèmes animaliers, d’éthique ou d’écologie de plus en plus pris en compte par la société, voire de plus en plus brûlants, mais encore trop peu présents dans la plupart des médias dominants (avec heureusement de belles exceptions parmi les JNE, bien évidemment…)

Komodo ne nous inflige aucune publicité. Elle ne subit donc aucune pression commerciale, mais l’indépendance éditoriale a un prix. Contrairement à Reporterre, qui mise sur les dons des particuliers, Komodo est une chaîne payante. Néanmoins elle n’est pas chère : 5 € par mois ou 50 € l’année, et c’est moitié prix pour les moins de 25 ans. Reste à savoir si ce jeune public, habitué à la gratuité, va changer ses habitudes. Un beau pari à tenir !



La présentation : https://komodo.tv/p/Author_list
Pour consulter le sommaire et s’abonner : https://komodo.tv
Facebook https://www.facebook.com/Komodowebtv/
Twitter @Komodo_tv

Sur le virage numérique des médias, l’interview du producteur Stéphane Simon : www.laruchemedia.com

La loutre après l’eden


Ne ratez pas ce documentaire sur la loutre d’Europe réalisé par Marie-Hélène Baconnet et Philippe Garguil. Il sera diffusé ce mercredi 19 décembre à 16h30 sur France 5.

par Danièle Boone

Loutre d’Europe, image extraite du film – D.R.

Sa frimousse est craquante mais cette jolie naïade  a bien failli disparaître. Il lui était reproché de dévorer trop de poissons. Et il ne fait pas bon pour animal sauvage d’être catalogué ennemi de l’homme. Heureusement sa chasse a été interdite en 1972 la sauvant de justesse de l’extermination mais il a fallu attendre 1976 pour qu’elle soit protégée. Depuis, elle a progressivement reconquis une grande partie de ses anciens territoires. 

Extrêmement discrète, elle est très difficile à observer. Marie-Hélène Baconnet et Philippe Garguil ont donc fait appel à des animaux imprégnés c’est à dire habitués à l’homme pour certaines scènes. Ils n’en ont pas moins passé un an pour réaliser ce film dans le marais Poitevin. C’est aussi l’occasion d’admirer l’environnement des loutres poitevines. Canaux bordés d’arbres têtards, prairies à vaches maraichines et à chevaux de trait poitevin, les races locales. On voit aussi, entre autres, le ragondin, l’hermine, le martin pêcheur, le tarier pâtre, le héron, la cigogne blanche, le renard et le cormoran, un autre pêcheur concurrent direct de dame loutre. Si la loutre mange entre 800 g et 1 kg de poissons par jour, elle met très souvent à son menu, des écrevisses de Louisiane. Parler de ces envahisseurs est le prétexte pour montrer une très jolie scène de combat de ces crustacés extrêmement néfastes pour l’environnement.

Loutre d’Europe, image extraite du film – D.R.

Et bien sûr, nous apprenons tout sur la loutre, comment elle mange, ses amours, la naissance et l’éducation de ses petits. A noter les superbes séquences sous l’eau de cette nageuse hors pair. On découvre aussi, image à l’appui, comment le réchauffement climatique avec ses extrêmes mène la vie dure à notre mammifère. Trop d’eau d’un coup qui envahit leur catiche (terrier de la loutre) suivi de longue sécheresse qui transforme les rivières en filet d’eau condamnant les poissons dont se nourrit la loutre. Les réalisateurs se sont rendu en Espagne à la rencontre de René Rosoux qui étudie comment les loutres espagnoles se sont adaptées à la sécheresse notamment grâce à des bassins de retenues d’eau mis en place par leurs protecteurs, des idées pour aider nos loutres si la situation continue à se détériorer. Bref, tout cela est passionnant et fort bien conté par Macha Méril.

France 5, mercredi 19 décembre, 16h30

Contact presse : Marie-Hélène Bacconet – contact@ecomediaproduction.fr

Les animaux de Marc Giraud passent la frontière

Après des chroniques animalières cet été avec l’animatrice Bérénice Bourgueil, notre confrère JNE Marc Giraud assure en sa compagnie une intervention quotidienne sur Bel RTL. Il reste également sur RTL chaque mercredi aux côtés de Stéphane Bern.

par Danièle Boone

Visiblement la mayonnaise a pris entre Marc et Bérénice. La pétillante animatrice belge convie notre confrère JNE dans son émission matinale quotidienne appelée « On pousse le bouchon sur Bel RTL ». En effet, entre 8 et 9 heures beaucoup d’auditeurs sont au volant, coincés dans des bouchons. 

La station renouvelle son logo et ses grilles, avec une femme aux commandes de la matinale. Bérénice Bourgueil anime d’abord une émission d’information entre 7h et 8h, puis – après des nouvelles pas toujours riantes – détend l’atmosphère dans « On pousse le bouchon sur Bel RTL » avec des rendez-vous décalés, des humoristes et… Marc Giraud, qui nous racontera avec sa patte habituelle la sexualité des escargots, les perruches de Bruxelles ou la vie intime des baleines. Nul doute que la défense des crapauds ou des renards sera assurée au passage, la légèreté n’empêchant pas l’éthique. Tous les animaux seront abordés, exotiques ou familiers, domestiques ou sauvages, énormes ou tout petits. Le nom de la chronique ? « Les animaux poussent le bouchon ».

Désormais bien intégré au sein de l’équipe de RTL, Marc Giraud est également reconduit dans sa chronique du mercredi dans « À la bonne heure » aux côtés de Stéphane Bern, Patrice Carmouze et Éric Dussart, et il intervient régulièrement dans les émissions « La Curiosité est un vilain défaut » (Sidonie Bonnec et Thomas Hughes) et « On est fait pour s’entendre » (Flavie Flament). Bon courage pour les emplois du temps !

Des cris de bêtes tout l’été sur RTL

À partir du lundi 16 juillet et pour 30 émissions, l’émission RTL Petit matin accueille « Les animaux ont la parole », une chronique tonique du JNE Marc Giraud basée sur des cris de bêtes.

.

par Danièle Boone

.

Accompagnée de Maître David (David Buron), la pétillante animatrice belge Bérénice Bourgueil assure les matinales de RTL pendant la semaine pour tout l’été 2018. Parmi les infos culinaires et les témoignages d’auditeurs, des cris sauvages font irruption sous forme de quizz : il s’agit de deviner les auteurs de sons bizarres, familiers ou inattendus, joyeux prétextes pour raconter la vie des animaux qui nous entourent et aborder leur protection. Avec des oiseaux au programme, bien sûr, mais aussi des mammifères, grenouilles, serpents, insectes, araignées et même des poissons ! Belle visibilité pour un thème trop rare dans les médias : la faune sauvage de France. Pour une fois « Les animaux ont la parole », et ils permettent à tous d’apprendre en s’amusant !

À la rentrée, nous retrouvons notre confrère naturaliste dans sa chronique « Les animaux de Marc Giraud » chaque mercredi dans « À la bonne heure » aux côtés de Stéphane Bern et Patrice Carmouze. Des infos sur la vie sauvage dans des émissions de grande écoute, voilà de belles occasions pour le public de s’intéresser à son patrimoine naturel, et de se le réapproprier…


RTL Petit matin, tout l’été de 5h à 9h30, chronique animalière chaque jour de la semaine vers 6h20.
Direct et podcast : www.rtl.fr

Contact Presse : Gersende Facchini. Tél.: 01 40 70 42 91 – 06 21 61 48 52  gersende.facchini@rtl.fr

.

.


.

Des JNE à la radio


Si certains JNE sont des habitués d’une radio attitrée depuis des années, d’autres changent de station ou interviennent dans des émissions ou des chroniques nouvelles.


En dehors de « piliers » comme Virginie Garin (RTL), Nathalie Fontrel, Frédéric Denhez ou Denis Cheissoux (France Inter) et quelques autres *, certains JNE connaissent le changement.

• Allain Bougrain Dubourg est passé de France Inter à Europe 1, où il officie également le week-end. Chaque samedi à 7h45, Allain évoque les dangers environnementaux qui guettent les animaux ou notre planète. En replay on n’a pas les pubs.

http://www.europe1.fr/emissions/entre-chien-et-loup/dici-20-ans-il-ne-restera-que-10000-lions-3450503


Les chroniques animalières de Marc Giraud sur RTL passent du vendredi au mercredi (dans « A la bonne heure », vers 11h20). Si le ton est humoristique, Marc passe régulièrement des messages de protection aux côtés de Stéphane Bern dans cette émission grand public. Chroniques de 4 minutes environ.

http://www.rtl.fr/culture/medias-people/audrey-lamy-et-fabrice-eboue-dans-a-la-bonne-heure-7790314325

..
De son côté, notre collègue Danièle Boone participe à « Planète Nièvre », une émission mensuelle de 30 minutes dédiée à l’environnement diffusée sur RCF Nièvre. Derniers sujets : « Protection de la nature : gérer ou ne pas gérer ? », « La Baratte : l’agriculture urbaine à Nevers ». Le sujet diffusé le 13 novembre sera consacré à la Centrale de Belleville sur Loire. Danièle Boone y assure également une chronique nature.

https://rcf.fr/actualite/environnement/planete-nievre

Enfin, Myriam Goldminc nous signale sa participation régulière à RCF Aube Haute-Marne dans « Terre à terre », une émission mensuelle généraliste sur l’écologie et l’environnement, le quatrième mardi du mois à 11h30 et le samedi qui suit à 10h30. Durée émission : 25 min, avec des reportages en Champagne mais aussi ailleurs. Thèmes abordés : pesticides non merci, le réchauffement climatique,  la chasse, le bien-être animal ou la ville en transition.

https://rcf.fr/actualite/environnement/terre-terre

..

* Cette liste est non exhaustive, désolés pour les intervenants réguliers que nous aurions oubliés. S’ils sont animateurs ou chroniqueurs, qu’ils se fassent connaître et oui complèteront cet article.

Un documentaire sur la démographie avec Daniel Cohn-Bendit sur France 5

En mai 2014, les JNE avaient tenu à la mairie du IIe arrondissement de Paris une conférence-débat sur le thème Démographie et Ecologie, le sujet tabou, organisée par Michel Sourrouille. Trois ans après, une grande chaîne de télévision aborde enfin le sujet dans un documentaire animé par Daniel Cohn-Bendit.

 

Voici le communiqué de France 5 sur ce film.

.

Démographie ? Depuis les 30 glorieuses le bilan est sévère : triplement de la population mondiale, dévastation des espaces naturels, surconsommation, pollution etc. Sommes-nous trop nombreux sur la planète ? Trop consommateurs ? Pour en avoir le cœur net, Daniel Cohn-Bendit part en Inde, le pays bientôt le plus peuplé du monde. Un voyage durant lequel il s’entretient avec des scientifiques et philosophes indiens de renom, dont l’approche jointe à celle de démographes occidentaux, aide à comprendre les grands enjeux planétaires de la croissance démographique. Le pire n’est peut-être pas à craindre mais le meilleur reste à espérer…
.

Ce film sera diffusé le dimanche 10 septembre à 17 h 15 et présenté par Karim Rissouli.

70′ inédit – incarné par Daniel Cohn-Bendit – réalisation Daniel Serre – produit par Flair Production, Kaos Films et RTBF, avec la participation de France Télévisions et du CNC, avec le concours de Saint-Gobain et de Géo PLC – Année 2017
.

.


.

A la rencontre des peuples sur France Inter

Tous les dimanches à 14 h, France Inter consacre une émission aux peuples d’origine des territoires.

.

par Dominique Martin Ferrari

.

Alors que Rodolphe Alexandre, président de la CTG, vient de décider d’une journée consacrée aux peuples autochtones guyanais, allons à la découverte de ces fractures entre modernité et traditions. En 2010, nous avions produit une série « Portraits d’outremer» diffusée sur France ô, portraits de ceux que nous avions rencontré à ces frontières. Je ne sais si comme le titre Libé « ils ne savent plus qui ils sont », mais il est évident que leurs difficultés existentielles ne sont pas toujours prises en compte.

.

Retrouvez ci-dessous l’un de ces documentaires : La vie d’un indien Arawak de Guyane.

 

Au moment où les peuples premiers revendiquent leurs droits à échelle onusienne, nous avons choisi de vous faire entrer dans la culture des peuples premiers de la République française (Amérindiens, Kanaks, Wallisiens…), avec ce portrait d’Henri, un Arawak du village de Sainte Rose. Il aidera peut-être à comprendre le malaise de ces peuples qui, comme dans d’autres contrées, souffrent de leur vie partagée entre deux cultures.

.

Voyage en Terre d’Outre-mer, tous les dimanches à 14 heures sur France Inter et sur le site Voyages de Libération.

.

A lire aussi

Nous venons tous de quelque part

Libération : voyage en terre d’outremer

Clarifier la reconnaissance des peuples amérindiens

Guyane, mourir de trop de France

.

.


.

Préserver la vie du sol

par Carine Mayo

Christophe Barge, Danièle Boone, Geneviève Omessa et Pierre Kaluzny, les animateurs de Planète Nièvre © Bénédicte Rollin

Quels sont les êtres vivants qui vivent dans le sol ? Comment jardiner sans détruire l’activité biologique ? En ce printemps, l’émission Planète Nièvre, proposée par RCF Nièvre, nous invite à découvrir le monde souterrain et nous fait découvrir des expérimentations intéressantes dans la Nièvre et dans l’Allier : semis sous couvert dans des champs de céréales, enseignement du jardinage sur sol vivant dans un jardin refuge…

Une façon d’ouvrir des horizons et de montrer aux jardiniers amateurs que l’on peut très bien se passer de motoculteur. A découvrir également la chronique nature pleine de poésie de notre consœur Danièle Boone consacrée au martinet.

➨ écouter l’émission Planète Nièvre consacrée au sol vivant sur RCF

Des chroniques bestiales cette année sur RTL

Après avoir sévi cet été sur les ondes, notre confrère JNE Marc Giraud récidive aux côtés de Stéphane Bern et Patrice Carmouze tous les vendredis dans A la bonne heure.

.

RTL-A-la-Bonne-heureLe principe de cette chronique hebdomadaire : révéler au grand public, juste avant le week-end, ce qui se passe dans la nature de proximité : les migrations, l’hibernation, les comportements divers, et bien sûr les amours des animaux.
.

Une bonne occasion d’ouvrir les yeux sur la vie qui nous entoure, de nous réapproprier notre patrimoine naturel. Il est bien rare qu’un authentique naturaliste de terrain bénéficie d’une tribune régulière dans un grand média pour évoquer la vie sauvage, saluons donc cette initiative de « la première radio de France ».

.

À la bonne heure, entre 11 h et 12 h 30 sur RTL, chronique animalière le vendredi.
http://www.rtl.fr/emission/a-la-bonne-heure

.
Contact Gersende Facchini
gersende.facchini@rtl.fr
Attachée de presse des programmes de divertissement

01 40 70 42 91 – 06 21 61 48 52

.

.


.

Planète Nièvre, une émission sur l’environnement sur RCF Nièvre, avec Danièle Boone des JNE

Danièle Boone (JNE) participe à une émission sur l’environnement diffusée sur RCF Nièvre.

Elle y tient une chronique nature. La première est consacrée au Vulcain, un papillon migrateur que l’on peut voir sur les fruits tombées sur le sol pendant tout l’automne. Il se saoule de leur jus fermenté!

La première émission est écoutable ⇒ ici

Pour plus d’infos, Danièle a écrit un papier sur son blog où elle explique tout.

.

.


.

CANARD SAUVAGE
Spécial 50 ans

ANNUAIRE 2019


Ils nous soutiennent
pour nos 50 ans