Presse écrite

Les 4 saisons du Jardin Bio – Hors série n° 13 – Le retour à la terre

On assiste aujourd’hui à une explosion des microfermes, exploitations agricoles caractérisées par leur petite taille. Les journalistes des quatre saisons sont allé à la rencontre de ces pionniers qui démontrent qu’une autre agriculture est possible. Ce mouvement compte beaucoup de néo-ruraux. La première difficulté est l’acquisition de terre. Victime de la pression du marché immobilier et de la spéculation, le pris des terres agricoles est aujourd’hui déconnecté de leur valeur réelle. Sans compter que, souvent, la préférence est donnée à l’agrandissement des exploitations et non à la création de petites structures autonomes. Plusieurs solutions existent néanmoins parmi lesquelles on trouve l’achat en commun ou le recours à Terre de liens.

« De la Normandie aux Alpes, de la Touraine à l’Alsace en passant par les toits de la capitale, des avant-gardiste, des jeunes exploitants, des rêveurs pragmatiques racontent la sueur, les satisfactions, les difficultés, l’indépendance, le respect… la vérité de leur travail, de leur vie dans et avec la terre, » annonce dans son édito Véronique Buthod, rédactrice en chef déléguée. De fait, la plupart de ces « aventuriers » de la terre faisaient un autre métier avant. Ils viennent à la terre par idéal, par choix de vie. D’emblée, ils acceptent de petits salaires compensés selon eux à une qualité de vie. Carine Mayo (JNE) nous emmène à la rencontre de l’agriculture urbaine. Une utopie, demande-t-elle ? S’il est impossible pour ces micro fermes urbaines de subvenir aux besoins alimentaires de la population d’une grande ville, elle peut cependant y participer. La ville de Paris, notamment, devraient aider à leur installation plus d’une trentaine de micro-agriculteurs.

Tous les micro-fermiers rencontrés donnent leurs conseils, reflets de leurs expériences. En effet, dans tous ces reportages où il est beaucoup question de permaculture, l’échange et le partage sont la base de cette agriculture de demain. Ce hors série comme incitateur d’ouverture, de créativité et d’expérimentation est vraiment passionnant.
Danièle Boone


Éditions Terre vivante, 7,70 € – www.terrevivante.org

Contact presse : Christine Corbet. Tél. : 04 76 34 80 87 – christine.corbet@terrevivante.org

Salamandre n° 239 – avril mai 2017 : le chevreuil sort du bois

Il était une fois un herbivore forestier. Aujourd’hui, le chevreuil habite aussi les champs. Voilà qui justifie le titre accroche de ce numéro de printemps. Le dossier est donc consacré à ce mammifère relativement facile à observer. L’homme et le chevreuil cohabitent depuis des millénaires mais la liaison est souvent dangereuse surtout pour l’animal. Chaque année, 2,5 millions de chevreuils sont abattus en Europe. Régulation indispensable ou massacre gratuit ? les points de vue de Charlotte Chandosné, directrice de la fédération de chasseurs de Haute-marne et de Marc Giraud (JNE) et porte-parole de l’ASPAS s’affrontent. A noter dans ce dossier très complet, l’étonnant article sur « le digesteur magique ». Le chevreuil possède quatre estomacs et une machinerie digestive digne de l’imagination de Léonard de Vinci.
Danièle Boone

7 € sur commande uniquement – 
www.salamandre.net

L’Écologiste N° 47 – décembre 2016 – février 2017

Que ton aliment soit ton seul médicament disait le médecin grec Hippocrate. Qu’est que l’alimentation préventive ? Comment nourrir notre microbiote ? Le bio est-il meilleur pour la santé ? Quels qont les aliments anticancer ? La viande, la santé et le climat. Qu’est qu’un bon pain ? Autant de questions auxquelles posée dans le dossier consacré à l’alimentation santé.
Au sommaire également, la nature oubliée, un intéressant article de Philippe Jacques Dubois (JNE) où il explique comment dans notre société d’immédiateté et de court-terme, la mémoire se défile alors que nous devrions au contraire nous servir à plein de notre passé pour assurer notre futur. A noter également un article hommage sur Bill Mollison, le fondateur de la permaculture.
Danièle Boone

En kiosque, 6,00 € – www.ecologiste.org

Contact: Thierry Jaccaud. Tél. : 04 70 66 13 43 – thierry.jaccaud@orange.fr

Présence n° 3 – Choisis la Vie ! Approche spirituelle de l’écologie

PresenceCe gros numéro de 144 pages est une invitation à la réflexion sur notre place ici-bas, notre relation à la nature, notre évolution et celle de la planète Terre. La crise écologique est, de toute évidence, aussi une crise de sens, une crise spirituelle. « Il ne s’agit plus seulement d’accumuler un certain nombre d’outils pour mieux respecter la nature, la terre qui nous porte et nous nourrit et les êtres vivants qui l’habitent, mais de développer, en parallèle à ces gestes indispensables, une posture intérieure qui pourra les fortifier et leur donner du sens » écrit Jean-Côme Renaudin, directeur du Forum104 qui publie la revue.

L’ensemble des textes est ordonné selon sept catégories : chercher l’équilibre vital, contempler – regards chrétiens sur l’écologie , rencontrer – regards croisés des traditions sur l’écologie, se relier à la nature et au vivant, communier à la chair du monde, incarner notre corps, cette terre sacrée et ouvrir de nouveaux chemins. La parole est donnée à toutes les religions.

Au cœur de cette « crise », certains ont osé rêver un monde plus durable et plus harmonieux, se lever et retrousser leurs manches. On retrouve Pierre Rabhi (L’écologie est spirituelle), Mathieu Ricard (Plaidoyer pour les animaux), Jean-Marie Pelt (Le principe d’associativité, principe de vie), Nicolas Hulot (Terre promise) mais aussi le patriarche Bartholomée 1er (Pour une spiritualité écologique), le rabin Marc Raphaël Guedj (Prier et devenir le bruissement du monde). Dominique Lang (Le temps d’une écologie entière), Bernard Boisson (Se relier au vivant immémorial de la terre),Roland de Miller (Plaiodyer pour les arbres), trois membres des JNE, ont collaboré à ce numéro très riche réalisé sous la houlette de Christine Kristof-Lardet, rédactrice en chef.

Danièle Boone

Présence, Les cahiers du Forum104, 15 €
Contact : Christine Kristof-Lardet, rédactrice en chef – kriska@club-internet.fr

 

 

L’Écologiste N° 47 – Juin-août 2016

EcologisteComment vivre avec la nature ? demande l’Écologiste à la une de son nouveau numéro. « La préservation de la diversité biologique est une clause essentielle du pacte que nous avons conclu les uns avec les autres et avec notre planète nourricière », disait Ban Ki-moon, le Secrétaire général de l’ONU le 22 mai 2016 à l’occasion de la journée mondiale de la biodiversité. Une évidence que tout le monde partage mais, peu de gens (même s’ils sont de plus en plus nombreux) agissent. Thierry Jaccaud (JNE), rédacteur en chef, fait le point sur la faune et la flore. Puis viennent des articles qui invitent à la réflexion : « Nature: l’invention du local », « Shakespeare et la nature », « Bocages : redécouvrir et diffuser une culture de l’arbre ». Tout cela est passionnant.

A noter encore au sommaire de ce numéro, les articles sur la maladie de Lyme, l’appel de Beauchastel contre l’école numérique, les compteurs Linky, la loi sur la biodiversité, etc.

Danièle Boone


En kiosque, 6,00 € – www.ecologiste.org
Contact: Thierry Jaccaud. Tél. : 04 70 66 13 43 – thierry.jaccaud@orange.fr

Goupil n° 126 – juillet 2016

GoupilLe magazine de l’Aspas publie un intéressant dossier intitulé « Quand écologie rime avec économie« . On découvre que l’on parle gros sous, ce que les naturalistes ne savent pas forcément faire, l’émotion est plus fructueuse que la destruction. Avec de nombreux exemples à l’appui, ce dossier est un plaidoyer pour un tourisme de la contemplation. Que ce soit en Finlande, en Roumanie, ou en Écosse, l’observation des animaux peut rapporter gros même plus gros que la pêche et la chasse qui rapporte déjà pas mal. La rentabilité de la nature est d’ores et déjà calculée ainsi, dans les Pyrénées, en 2012, les 832 couples de vautours fauves ont générés 366 000 euros d’économie grâce à leur rôle de charognards et, dans les Causse, cette économie s’élève à 440 000 euros. Mais tout cela nécessite un changement de mentalité qui, en France, a encore du chemin à faire. Au lieu de voir la nature sauvage comme l’ennemi à combattre, il vaudrait mieux la saisir comme une belle opportunité et prendre modèle sur certains pays voisins, l’Italie, par exemple qui a fait du loup dans les Abruzzes, un argument touristique.

Danièle Boone

www.aspas-nature.org – les 4 numéros annuels de Goupil sont envoyés gratuitement aux adhérents et aux journalistes sur demande
Contact presse : Madline Reynaud. Tél.: 04 75 25 10 00 – animaux@aspas-nature.org

 

Animaux Bonheur n°9 – juillet/septembre 2016

ANIMAUX-BONHEURQuel joli titre ! Désormais en kiosque, ce numéro d’été d’Animaux Bonheur fait la part belle à l’éthique, notamment avec des recettes véganes : ici on aime les animaux vivants. Beaucoup de conseils pratiques de spécialistes sur des soins vétérinaires alternatifs, un guide des  geste à suivre en cas d’intoxication, des méthodes d’éducation douce ou encore l’équi-thérapie, ou cheval-thérapie. Les animaux sauvages ne sont pas oubliés, avec un article sur le statut de « nuisible” dont souffrent certains animaux, un dossier sur le renard et sur l’ASPAS, ou encore sur l’antispecisme, vu par le journaliste Aymeric Caron. Ce magazine, qui entend garder son indépendance, a besoin de soutien et d’un peu de pub, n’hésitez pas…
Marc Giraud


En kiosque, 6,90 € l’exemplaire.
Abonnements sur le site www.animauxbonheur.com ou par courrier, chèque de 19 €/an ou 38 €/2 ans à l’ordre d’Animaux Bonheur – 15 rue Groix – 35310 Chavagne.
Contact : Sylvie Attar. Tél.: 02 99 64 28 85 – animauxbonheurs@gmail.com

Goupil n° 125 – Avril 2016

Goupil125Le dossier de ce nouveau numéro de Goupil, le magazine de l’Aspas est consacré à la loi de 1976. 40 ans de protection ou de sabotage demande Chantal et Roger Cans (JNE), les auteurs. Cette loi votée à l’unanimité par le Parlement français et promulguée le 10 juillet a été considérée à juste titre comme une véritable révolution en matière de protection de la nature. Mais quarante ans plus tard, force est de constater que la révolution a été entravée par l’absence de volonté politique et par des textes rétrogrades. On continue à chasser, piéger et capturer sans vergogne. On bâcle les études d’impact. On laisse les réserves naturelle à leur sort et l’on se moque des associations agréées pour la protection de l’environnement. Ma loi de 1976 s’est fondue dans d’autres textes, souvent plus exigeant, mais pas davantage appliquée à la lettre. Quand au projet de loi « biodiversité », il propose de détricoter les derniers vestiges de ce qui fut une bien belle loi. Un dossier lucide et passionnant.
Danièle Boone

www.aspas-nature.org – les 4 numéros annuels de Goupil sont envoyés gratuitement aux adhérents et aux journalistes sur demande
Contact presse : Madline Reynaud. Tél.: 04 75 25 10 00 – animaux@aspas-nature.org

60 Millions de consommateurs – Hors série : entretenir sa maison au naturel (et à moindre prix)

60MillionsCe numéro hors-série s’ouvre sur un inventaire des produits à éviter dans nos cuisines et salles de bains. En exclusivité, la revue de l’Institut national de la consommation (INC) nous propose un « Mémo des toxiques » qui recense désinfectants agressifs, acides corrosifs, molécules allergisantes, conservateurs irritants, polluants… A découper et à ne pas oublier lors de vos visites au supermarché

Mais « 60 Millions » nous donne surtout des recettes d’utilisation de produits dits « naturels » (bicarbonate de soude, vinaigre blanc, savons noirs, cristaux et percarbonate de soude, terre de Sommières, huiles essentielles…). Ceux-ci peuvent se révéler tout aussi efficaces que leurs équivalents  « chimiques  » sans présenter de dangers pour la santé. Exemple : « Pour nettoyer la cuisinière ou le four, oubliez les bombes décapantes ! Mélangez ¼ de verre de gros sel et ¼ de verre de vinaigre blanc, frottez et laissez agir 15 minutes. Rincez. »

Pour chaque catégorie de produit (du bicarbonate de soude au vinaigre blanc sans oublier les chiffons en microfibres ou les éponges), « 60 Millions » passe aussi en revue les différentes marques commercialisées tant dans les circuits « bio » que classiques, en nous indiquant dans chaque cas les bons et les mauvais choix. Enfin, ce précieux hors-série nous livre des recettes pour fabriquer soi-même son liquide vaisselle, son produit à vitres ou son huile pour entretenir le parquet.
Un numéro à garder précieusement !
Laurent Samuel

En kiosque, 590 € – www.60millions-mag.com
Contacts presse : Anne-Juliette Reissier. Tél.:  01 45 66 20 35 – aj.reissier@inc60.fr
Corinne Longuet. Tél.: 06 87 07 02 78 – corinne.longuet@sfr.fr

L’Écologiste n° 46 – janvier-mars 2016

EcologisteQuelques semaines après la tenue  de la COP21 et plus de quarante ans après la première conférence des Nations unies sur « l’environnement humain » en juin 1972 à Stockholm, où en est l’état de la planète, demande l’Écologiste. Les limites de la planète par Thierry Jaccaud, l’extractivisme de l’industrie minière pr Alain Gras, l’idéologie du développement  par Silvia Pérez-Vitoria, le commerce par Yash Tandon et la visite du nouveau Musée de l’homme qui a ouvert ses portes en octobre 2015. Thierry Sallantin qui l’a visité en est resté pantois : l’ancien paradis de l’ethnologie est devenu le musée de la mondialisation! Deux autres articles, intitulée « L’Afrique au seuil de la dévastation » et « La Chine locomotive des pesticides » complètent ce riche dossier.
Au sommaire également : l’Accord de Paris, l’ubérisation de la société, le tout numérique à l’école, l’avenir du loup en France…
Danièle Boone

En kiosque, 6,00 € – www.ecologiste.org
Contact: Thierry Jaccaud. Tél. : 04 70 66 13 43 – thierry.jaccaud@orange.fr