MEDIAS

L’oiseau Mag n° 101


C’est toujours un plaisir de recevoir cette revue bien imprimée. Le dossier de ce numéro hivernal signé par Yves Thonnerieux (JNE) est consacré à l’univers sensoriel des oiseaux. Il passe en revue les cinq sens des oiseaux. Comme pour nous, la vue est primordiale mais tous ne sont pas logés à la même enseigne. Question d’évolution, ainsi les nocturnes ne s’embarrassent pas de la vision des couleurs qui ne leur servirait à rien. Deuxième sens par ordre d’importance : l’ouïe. Par contre au niveau du goût, pas terrible. La langue de la plupart des espèces est rudimentaire et coriace, à l’exception de quelques familles comme les perroquets. Yves Thonnerieux analyse ensuite l’odorat et le toucher citant par exemple cet urubu à tête rouge engagé dans la police allemande pour détecter grâce à son nez les cadavres de personnes disparues en pleine nature, ce pour quoi les chiens policiers ne sont pas doués. Enfin, il évoque la possibilité d’un mystérieux sixième sens. Comment font les coucous, demande-t-il, élevé par un couple de passereaux bien de chez nous, pour trouver son chemin migratoire vers l’Afrique. Une question qui titille d’ailleurs tous les scientifiques. En plus de ce dossier passionnant, à noter un joli sujet sur la Camargue enneigée avec des photos d’Elisabeth Faivre-Thévenet et un voyage au Pantanal de Laurent Cocherel.
(Danièle Boone)

Sur abonnement : www.lpo.fr/oismag/index.shtml

Les cahiers de Global Chance n° 28


La nouvelle livraison des cahiers de Global Chance (deux par an en moyenne) est entièrement consacrée au compte-rendu du colloque organisé le 20 novembre par le magazine Politis, l’association international de techniciens experts et chercheurs (AITEC), l’association Sciences citoyenne et bien sûr l’association Global Chance. Le thème : la science face à la démocratie. Il a été question de vulgarisation, des lanceurs d’alerte, de l’embarras du citoyen face à des informations souvent contradictoires, du travail de sappe des climatosceptiques, Claude Allègre en tête. La publication des  textes des deux appels de 1992, celui d’Heidelberg et l’appel à la raison pour une solidarité planétaire, est un rappel fort utile. Le premier était lancé par des scientifiques qui s’attaquait à une idéologie irrationnelle qui s’oppose au progrès scientifique et, le second, en réponse, appelait à refuser tout autant l’irrationalité écologique que l’intégrisme scientifique. Presque vingt ans plus tard, force est de constater qu’il existe un certain autisme dans la diffusion de la science notamment dans les grands médias d’informations appartenant trop souvent à des puissances économiques. Toutes les voix plus véridiques, plus libres sont donc salutaires. L’émergence de nombreuses initiatives de désobéissance civile ou de boycott, des lanceurs d’alerte et l’explosion d’Internet ont permis de porter sur les scènes médiatiques et juridique des causes restées jusque là confidentielles. Les principaux points des débats qui ont suivis les interventions sont également publiés.
(Danièle Boone)

Sur abonnement, 25 € par an. www.global-chance.org
Association Global Chance, 17 ter rue du Val 92190 Meudon – globalchance@wanadoo.fr

Espaces naturels n° 33



Indicateurs de biodiversité. Pour quoi faire ? Comment faire ? Tel est le thème de l’intéressant dossier qui ne se gargarise pas de grands mots. Fourre-tout ou panacée ? Le concept d’indicateur n’est pas consensuel. C’est un objet hybride issu d’un contrat de confiance entre l’exigence scientifique et les contraintes de l’action. Il existe une liste européenne de 26 indicateurs de biodiversité et une liste de 47 indicateurs nationaux. Un dossier qui devraient éclairer (un peu) les professionnels  de la nature en charge de les utiliser.
(Danièle Boone)

Abonnement 1 an, 35,50 € (particuliers) et 48,50 € (professionnel)
www.espaces-naturels.fr

Rustica Pratique : J’organise mon potager sur l’année


Le potager idéal, c’est celui que l’on a plaisir à faire. Grand ou de poche, nourricier ou saisonnier, décoratif ou pratique, à chacun de choisir celui qui lui convient. Ce numéro est bourré de conseils pour l’organisation annuelle du potager.  Très pratique, la liste des légumes et des fruits avec les dates de semis, de plantations et de récolte ainsi que les conseils d’entretien. Pour bien gérer son potager toute l’année, mieux vaut être bien organisé d’où un calendrier des bons gestes au bon moment. Sympa aussi le carré de médicinales et la bordure de plantes aromatiques. A noter encore un petit guide d’identification de 16 oiseaux du jardin à voir en hiver. Pour terminer un cahier  de recettes à base de légumes et plantes sauvages à cuisiner au fil des saisons.
(Danièle Boone)

Rustica pratique, 5,90 € – www.rustica.fr
Contact presse : Carole Bazo. Tél. : 01 53 26 32 25
c.bazo@rustica .fr

Terre sauvage n° 267


Le photographe Georges Steinmetz vient de publier African Air, une grande traversée de l’Afrique réalisée en parapente à moteur. L’idée lui est venue lors de son premier voyage africain en autostop en 1979. Il lui aura fallu vingt ans pour réaliser son rêve. Cela valait bien la une de ce numéro et un dossier de 16 pages. Côté terres lointaines, à noter encore un reportage d’Emmanuelle Grundmann (JNE) sur la piste du jaguar au Brésil avec des photos de Bruno Pambour. Jean Robert (JNE) nous invite en Ecosse pour découvrir les Hébrides à la voile. Côté France, un bel article sur les réserves naturelles de Bretagne et de la randonnée à raquettes dans le Haut-Jura. Antoine Nochy, le grand témoin, est décrit comme philosophe et spécialiste indépendant du loup. Dans l’interview, il se dit ne pas être fasciné par l’animal  mais seulement intéressé par lui au même titre que par tous les autres prédateurs qui représentent symboliquement le sauvage pour les humains. Il tente de décrypter à partir de cela les relations complexes de l’homme à la nature mais on reste  sur sa faim.
(Danièle Boone)

Terre Sauvage, 5,50 € – www.terre-sauvage.com

Le Sauvage reparaît sur Internet


Le Sauvage, titre phare de la presse écologiste des années 70 est de retour… sur le Net.


Le site du
Sauvage est animé par le fondateur du magazine (et des Amis de la Terre France), Alain Hervé, membre des JNE.

L’oiseau Mag Junior n° 1


La LPO lance un petit frère à L’oiseau Mag (sa revue phare) destiné aux 7-12 ans. Le premier numéro vient de paraître. Les enfants y apprendront plein de choses sur les oiseaux bien sûr et leur comportement. Pour ce numéro d’hiver, le dossier est consacré au froid. Le zoom sur l’espèce (mésange bleue) est assortie d’un bricolage pour construire sa mésange bleue en papier proposé par Marc Giraud (JNE). Le numéro est bourré de jeux en tout genre qui permet de faire des messages très sérieux tout en s’amusant. A noter aussi un agenda de la nature, histoire d’avoir les sens en éveil au bon moment. On attend déjà avec impatience le prochain numéro.
(Danièle Boone)

Sur abonnement, 1 an, quatre numéro, 24,00 € – www.lpo.fr

Salamandre N° 201


Le dernier numéro de la revue des curieux de nature raconte les aventures d’une noctambule, à savoir la chouette hulotte. Le dossier réalisé par Fleur Daugey (JNE) avec des illustrations de Jean Chevallier est passionnant. La journaliste restitue avec bonheur ses impressions de terrain. Six pages sont consacrées aux autres nocturnes,  la belle dame blanche, les petites chevêches enamourées, la tengmalm, la chevêchette, le hibou des marais, le grand-duc d’Europe… Le miniguide est consacré aux chouettes et hiboux. Quant à la petite salamandre, elle décline comme d’habitude le même sujet pour les enfants. A noter aussi dans ce numéro un dossier photos qui montrent les étonnantes images de céphalopodes, holothuries et autres  scyphozoaires en… cristal. Ces créatures sont nées à la fin du XIXème siècle dans les ateliers des Blaschka, célèbres verriers allemands. A noter aussi une escapade le long de la Drôme à la rencontre notamment des castors.
(Danièle Boone)

6 € sur commande uniquement. Tél.: 03 81 39 24 24 – www.salamandre.net
Contact Presse : Camille Carlier. Tél. : 06 60 67 52 76 – camille.carlier@questiondegout.net

« Vu du Ciel », à voir le 5 janvier sur France 3

Le mercredi 5 janvier 2011 à 20 h 35, France 3 diffuse un passionnant numéro de Vu du Ciel, le magazine de Yann Arthus-Bertrand, centré sur l’environnement au Canada.

.

par Laurent Samuel

.

Une succession bien rythmée de reportages nous fait découvrir notamment les dégâts causés par les industries miinières, les baleines du Saint-Laurent contaminés par la pollution chimique du fleuve, les migrations des saumons sauvages ou une île peuplée par les fous de Bassan.

.

Une séquence étonnera à coup sûr les écologistes français : l’interview de Louis-Gilles Francoeur, journaliste à la fois naturaliste et… chasseur. A l’en croire, les chasseurs canadiens seraient des protecteurs de l’environnement exemplaires. A vérifier…


.
Entre les sujets consacrés au Canada, Yann Arthus-Bertrand nous fait rencontrer le prince Charles dans sa ferme bio, Michael Reynolds, un architecte américain déjanté adepte de la récup’, et l’étonnante autiste Temple Grandin, qui se bat pour imposer des conditions d’élevage et d’abattage moins barbares pour les animaux de ferme américains.
.

A coup sûr, ce magazine n’est pas à conseiller à ceux qui seraient allergiques à « YAB », car ce dernier y est omniprésent. Mais pour les autres, ce numéro de Vu du Ciel promet une soirée à la fois informative et divertissante, même si les images ne sont pas aussi éblouissantes que celles d’Ushuaia de Nicolas Hulot sur TF1, diffusées en haute définition.
.
Bravo en tout cas à « YAB » et son équipe pour ce programme de qualité, et à France 3 pour la diffusion d’un magazine d’environnement en prime time.

France 2 diffuse « Les orphelins du paradis », une série documentaire d’Olivia Mokiejewski sur les animaux en voie de disparition

Olivia Mokiejewski, nouvelle adhérente des JNE, nous adresse le message suivant à l’occasion de la diffusion de sa série documentaire sur les animaux en voie de disparition, Les orphelins du paradis, à partir du 14 novembre 2010 sur France 2.


.

« Le premier épisode de ma série documentaire sur les animaux en voie de disparition « Les orphelins du paradis » sera diffusée le 14 novembre prochain à 16 h 20 sur France 2. Ce numéro sera consacré au guépard.

.

A travers ces épisodes, nous faisons un appel aux dons pour les ONG qui se battent pour sauver les derniers animaux de notre planète, plus on parlera de ce programme, mieux ce sera. »
.

Pour venir en aide aux guépards, participer aux actions de sauvetage, parrainer un orphelin, s’inscrire comme éco volontaire ou envoyer des dons :
N/A’ANKUSE : http://www.naankuse.com
CHEETAH CONSERVATION FUND : http://www.cheetah.org

.

« Le monde de demain passe par les actions d’aujourd’hui. Chaque fois, qu’un animal souffre, bien souvent les hommes souffrent aussi. Des communautés entières sont victimes de la déforestation, de la disparition des animaux et des derniers grands espaces. Il ne s’agit pas de choisir entre les hommes et les animaux mais de trouver un équilibre où tout le monde s’y retrouve», explique encore Olivia Mokiejewski, qui a choisi de se mettre en scène dans cette série de reportages.

.

.

Ci-dessous, un extrait de la présentation de la série dans le dossier de presse de France 2 :

Avec Les Orphelins du Paradis, Olivia Mokiejewski nous entraîne au cœur des derniers grands sanctuaires de la nature, à la rencontre de jeunes animaux sauvages en détresse et de ceux qui se battent pour leur venir en aide. Ces périples vont nous apprendre comment, nous aussi, pouvons participer au sauvetage de ces espèces menacées.
.

A Bornéo, Olivia s’occupe de Sindy, un bébé Orang-outang, dont la mère a été tuée par les gardiens d’une plantation d’huile de palme. Au Kenya, elle rencontre  Kitirua, Syria et Sities, des éléphanteaux orphelins victimes du trafic d’ivoire.  De l’autre côté de l’océan, au Pérou, Olivia suit l’apprentissage de Tota, jeune singe laineux qui ne sait pas qu’elle est un singe. Arrachée à l’Amazonie, elle a passé sa vie en captivité chez une famille qui en avait fait son animal de compagnie. En Namibie, Olivia participe au  sauvetage de Claudio et son frère guépard capturés par un fermier qui s’apprêtait à les abattre.

.

A travers toutes ces histoires, nous ressentirons la tension, le stress, les doutes et les inquiétudes qui accompagnent chacune des phases d’un sauvetage. Nous suivrons aux côtés des soigneurs, des vétérinaires ou des volontaires les délicates étapes du processus de réhabilitation de leurs protégés. Nous partagerons aussi, avec eux, l’émotion, la joie et la satisfaction de voir ces orphelins retrouver leur paradis.

.

.
Olivia a 33 ans. Elle est membre des Journalistes Nature Ecologie (JNE). Elle a commencé à travailler à l’AFP New York il y a 10 ans avant d’être journaliste pour LCI, puis JRI, pour France 2 (« Ils font bouger la France » et « Un autre Monde »), pour Canal + (« Nous ne sommes pas des anges »),  pour M6 (« Capital » et « Capital Terre ») avant d’occuper le poste de rédactrice en chef adjointe de « Vu du ciel » pour France 2. .

.

 

« Les Orphelins du Paradis »
Une série de 4 documentaires avec Olivia Mokiejewski
A partir du 14 novembre 2010 à 16 h 25 dans Grandeurs Nature sur France 2

ANNUAIRE 2019
Spécial 50 ans


Ils nous soutiennent
pour nos 50 ans