LIVRES

Cuisiner la Terre par Gaël Orieux avec Julien Bouré.

110 produits et 80 recettes uniquement de fruits et légumes frais cultivés en France et, surtout, de saison. Gaël Orieux,  auteur de la Cuisine de la Mer, chez le même éditeur, s’est laissé guidé par ce que chaque période de l’année mettait à sa disposition partant du principe que les produits qui poussent en même temps sont probablement faits pour bien s’entendre. Ils sont probablement également en phase avec les besoins momentanés de l’organisme.

Les légumes et fruits, sans oublier les herbes aromatiques, ont droit à une présentation détaillée : saison, caractéristiques, marché, garde-manger et cuisine. Classés par catégorie : feuilles, jeunes gousses, champignons, fruit à noyaux, fruits à peler, etc. ils précèdent les recettes, salé et sucré, répertoriées par saison et concoctées par Gaël Orieux, chef étoilé, partisan d’une cuisine responsable qu’il met en œuvre dans son restaurant du VIIème arrondissement, Auguste.

Ce livre s’adresse aux amateurs de bons produits, variétés anciennes et/ou oubliées,  locavores de préférence qui s’approvisionnent auprès des petits producteurs vertueux. Les très belles photographies de Jean-Claude Amiel contribuent à rendre l’ouvrage particulièrement appétissant. Un très beau cadeau pour les fêtes !


Éditions de La Martinière, 408 pages, 45 € – www.editionsdelamartiniere.fr
Contact presse: Julia Bocquin. Tél.: 01 70 96 87 81 – jbocquin@lamartiniere.fr

(Danièle Boone)

Chers jardins – quand la passion mène à la ruine par Patrick Masure

Comment se ruiner au jardin ? Le thème de ce livre est assurément original et tout à fait passionnant. Patrick Masure prétend que le souvenir du jardin du paradis s’est subrepticement dissimulées dans la mémoire inconsciente des descendants de Adam et Eve dont certains, au cours des siècles, ont voulu recréé cet eden perdu. Mais parmi ces passionnés de jardin que l’auteur nomme « parcomanes », plusieurs « furent comme frappés d’une malédiction séculaire. » Asservis à leur passion, ils y consumèrent leurs forces et leurs richesses. Il faut dire que nombre de ces propriétaires de morceaux de nature ont voulu l’embellir pour en faire en quelque sorte un paysage parfait. Le goût du pittoresque par exemple, avec ses ruines, cascades, rochers, ponts peut nécessiter de grands travaux : creuser, terrasser, transporter de lourds rochers, amener l’eau en haut d’une colline. Et tout cela a forcément un coût qui peut devenir rapidement exorbitant !

Patrick Masure a étudié les excès de certains de ses prédécesseurs comme Le cardinal Hippolyte à la Villa d’Este, Charles Hamilton en Angleterre, Hermann von Pückler en Allemagne car cette passion des parcomanes n’a pas de frontière ! Il y a d’autres manières que l’architecture pour se ruiner. Les collectionneurs de plantes le savent. La tulipania qui sévit au XVIIème siècle en est un bel exemple. L’auteur termine avec un chapitre intitulé « Le XXIème siècle, de nouvelles perspectives. » Lui même, créateur d’un jardin remarquable dans le Parc du Manoir de la Javelière dans le Loiret, doit bien savoir ce dont il parle. « Dire que la passion des parcs ou du jardin procure le bonheur n’est pas une certitude, mais quel remède contre l’ennui !», termine Patrick Masure.


Éditions Delachaux et Niestlé, 208 pages, 32 € – www.delachauxetniestle.com
Contact presse: Julia Bocquin. Tél.: 01 70 96 87 81 – jbocquin@lamartiniere.fr

(Danièle Boone)

Petit guide de l’observation du paysage par J.-P. Deffontaines, J. Ritter, B. Deffontaines, D. Michaud

Voilà un petit guide à glisser dans son sac pour apprendre à lire un paysage. En effet, bien souvent, face à beau panorama, il est difficile pour le néophyte de dépasser l’émotion esthétique pour décrypter et comprendre ce qui s’étend là, devant lui. D’abord, il faut se poser des question, celles du géologue, du botaniste, de l’agronome-géographe ou même de l’usager au quotidien, un éleveur par exemple ou un maire. Et bien sûr, il faut prendre du temps pour observer.

Des cartes avec un système de calques permettent de mieux comprendre la démarche à suivre. Les auteurs, un géologue, un botaniste, un agronome et un enseignant agriculteur recommandent également de croiser les regards comme ils ont croisé leurs savoirs et associé leur compétence pour la rédaction de ce guide. La vision est, en effet, à la fois individuelle, unique et source d’échange.


Éditions Quae, 36 pages, 17 € – www.quae.com
Contact presse : Mégane Piredda. Tél.: 01 84 25 42 00 – megane.piredda@dscommunication.fr
(Danièle Boone)

Les 12 sagesses des animaux par Yolaine de la Bigne

Regardons vivre les animaux. Non seulement c’est un plaisir de les observer, mais en plus, ils nous apprennent beaucoup. A les voir vivre au jour le jour, s’égayer dans les bons moments, rebondir après la perte de leurs petits, faire de leur existence un hymne permanent à la vie, ils sont sans aucun doute des maîtres de sagesse. Yolaine de la Bigne précède les critiques notamment celle d’être taxée d’anthropomorphisme. « L’anthropomorphisme – cette tendance à tout interpréter selon la sensibilité humaine – est un formidable outil de traduction entre l’humain et l’animal, explique-t-elle. Il est très critiqué avec raison quand il nie les caractéristiques de l’autre, qu’il soit poisson rouge ou berger allemand. Mais il devient nécessaire quand il nous aide à comprendre la réaction du poisson rouge et du berger allemand. D’ailleurs, nous n’avons pas d’autres moyens. »

L’autrice nous guide pour mieux connaître les animaux, leur pragmatisme, leur aptitude au changement, leurs forces pour s’en inspirer. Elle s’inspire des dernières avancées scientifiques notamment celles de l’éthologie, cette science du comportement qui, en quelques dizaines d’années, a révolutionné nos connaissances et a fortiori nos idées reçues sur les animaux.

L’ouvrage propose trois grandes parties : 4 sagesses pour se recentrer, 4 sagesses pour s’ouvrir aux autres, 4 sagesses pour être en cohérence avec le monde. Dans chaque chapitre dédié chacun à une sagesse, Yolaine de la Bigne donne de nombreux exemples du monde animal. Un cahier central propose « des photos inspirantes pour s’imprégner de la sagesse des animaux. » Un livre vraiment inspirant qui trouvera sa place aisément dans la hotte du Père Noël.


Éditions Leduc.s, 40 pages, 17 € – 
www.editionsleduc.com
Contact presse : Hélène Lorillard. Tél. : 01 40 52 35 33 / 06 62 91 88 81 – helene@editionsleduc.com
(Danièle Boone)

Paris Sauvage par Claude-Marie Vadrot (JNE)

C’est à une balade naturaliste que nous convie Claude-Marie Vadrot. Au fil de ses pérégrinations, on y croise un renard place de la République, un rouge-gorge sur sa fenêtre, de vénérables robiniers faux-acacias… Des observations qui sont enrichies par des évocations historiques. On revit la création du Jardin des Plantes, l’industrialisation le long des berges de la Seine devenues des voies rapides avant d’être rendues par la suite aux promeneurs… Fort de son expérience de grand reporter, Claude-Maris Vadrot n’hésite pas à mêler d’autres visions à cette évocation du Paris d’aujourd’hui telles que l’agriculture urbaine née à New York et Montréal ou encore la vitalité de la végétation dans la région de Tchernobyl. Le tout constitue un récit très vivant et accessible à tous.


Éditions Balland, 142 pages, 14 € – editions-balland.com
Contact presse : Sabine Larivé. Tél.: 06 32 76 69 31 – slarive@icloud.com
(Carine Mayo)

Agenda Herbier 2020 – carnet poétique et militant par Adeline Gadenne (JNE)

Placé sous le signe du coquelicot, cet agenda herbier est plein de délicatesse. « Que nous dit-il ce coquelicot, demande Adeline Gadenne. Il nous dit qu’il est beau, comme un matin, un petit chagrin. Rouge et c’est tout. Fragile aussi. A bien le regarder, c’est tout le règne végétal qui se révèle. Liberté, beauté, naturalité. » Ensuite s’égrènent les saisons : hiver, printemps, été, automne et chaque mois s’ouvre avec un bouquet. Et chaque fois, l’auteure raconte la cueillette sauvage, les jardins qui nous cultivent, la forêt sous marine. Chaque semaine a sa fleur. Certaines belles, l’églantine,  le millepertuis ou encore l’arnica ont droit, de plus, a un portrait sur une double page.

En effeuillant ce délicieux agenda, on apprend, on découvre. On s’émerveille aussi de ses magnifiques dessins comme autant de planches botaniques à la fois jolies et précises. L’agenda qui suit le rythme des plantes s’enrichit, à la fin, de calendriers des spectacles végétaux, des simples à récolter, des fleurs comestibles, du savoir-faire du bouturage, des tisanes, d’adresses et bien d’autres infos. Il nous invite aussi à rejoindre le mouvement des coquelicots pour l’interdiction immédiate de tous les pesticides. Cet agenda est en effet réalisé en partenariat avec l’association des Coquelicots.

Tana éditions, 14,90 €
Contact presse : Pierre-Olivier Prenassi.
Tél.: 01 44 16 09 52 / 06 19 26 60 74 – poprenassi@efirst.com
(Danièle Boone)

Ecocooning par Élise Rousseau (JNE)


Une maison écolo, c’est confortable annonce le sous-titre de cette bande dessinée pleine d’humour où l’on retrouve Cocotte, la petite poule fétiche d’Élise Rousseau. Suite à une allergie, la narratrice flanquée de la poule qui ne veut pas la quitter va découvrir qu’écologie et simplicité sont sources de bien-être. Cocotte commente et pose les bonnes questions : « tu es prête à t’endetter pour du paraître social, mais pas pour ton confort quotidien » ou encore «C’est quoi l’important dans la vie ? Prendre soin de sa santé et se faire plaisir en mangeant bien, vivre dans un lieu confortable et sain, c’est essentiel, non ? » Comme quoi un gallinacé, ça ne pense pas si mal !

Comme dans son précédent livre, « Mais pourquoi j’ai acheté tout ça » récompensé par le prix de la BD d’économie 2018, les séquences dessinées alternent avec des pages intitulées « le cahier pratique de cocotte » qui invitent à se poser les bonnes questions dans la maison, au jardin, à l’intérieur de soi, dans sa relation aux autres… afin de nous remettre en question avec bonne humeur et de goûter enfin à la joie de l’écocooning.


Éditions Delachaux et Niestlé, – www.delachauxetniestle.com
Contact presse: Julia Bocquin. Tél.: 01 70 96 88 20 – jbocquin@lamartiniere.fr
(Danièle Boone)

Chimpanzés, mes frères de la forêt par Sabrina Krief – préface Nathalie Baye

Sabrina Krief, spécialiste des chimpanzés, est enseignante-chercheuse au Muséum national d’histoire naturelle : tout un engagement. Elle travaille dans le parc national de Sebitola en Ouganda « avec des chimpanzés mais aussi une ribambelle d’humains, des humains qui ont accepté de se faire petits, discrets, aimables. Mais parfois aussi à proximité d’humains pollueurs, chasseurs, envahisseurs…»

Spécialiste de l’automédication des grands singes, Sabrina Krief, raconte ses attentes, ses joies, ses doutes dans ce livre émouvant et extraordinairement vivant grâce aux extraits de ses carnets de terrain. Elliott, Kitaka, Aikiki, Aragon, des individus chimpanzés, qu’elle sait reconnaître au premier coup d’œil, vivent à travers ses mots. On les devine, on s’émeut, on espère qu’ils vont pouvoir survivre. Leur territoire se rétrécit. Sabrina Krief nous montre comment les chimpanzés parviennent à s’adapter à la présence croissante des humains sur leur territoire et combien les hommes pourraient, à leur tour, gagner à faire une place auprès d’eux à leurs frères de la forêt.


Éditions Actes Sud, 176 pages, 20 € – www.actes-sud.fr
Contact presse : Émanuèle Gaulier. Tél.: 01 55 42 63 24 – e.gaulier@actes-sud.fr
(Danièle Boone)

Tourisme durable par Jean-Pierre Lamic (JNE)

Fondateur de l’association des Voyageurs et Voyagistes Eco-responsables, Jean-Pierre Lamic a accompagné de nombreux voyageurs à travers le monde. Cet acteur de terrain, qui vit lui-même dans le Parc de la Vanoise, dénonce dans ce livre, les ravages causés par le tourisme de masse (activités non respectueuses des populations, de la faune et de la flore…) Il nous invite à avoir une attitude responsable tout en évitant de faire appel à des agences qui pratiquent le green-washing. Son livre très étayé nous donne des clés pour comprendre les enjeux d’un tourisme durable : modes de transport, compensation carbone, effets sociaux et économiques… Un ouvrage éclairant sur une question trop peu connue.

A découvrir sur le même thème, le média du voyage durable, créé également par Jean-Pierre Lamic: www.levoyagedurable.media


Éditions Kalo Taxidi, 440 pages, 22,90 €,  – www.jean-pierre-lamic.com
Contact presse : 06 81 54 68 55 – kalo.taxidi.fr@gmail.com
(Carine Mayo)

Salamandres, Tritons et Cie par Françoise Serre Collet – préface de Nicolas Hulot

Ce beau livre doté d’une iconographie exceptionnelle nous ouvre les portes du monde peu connu des urodèles, parmi la classe des batraciens, aujourd’hui menacés de disparition pour la plupart. Les salamandres et les tritons qui composent le groupe des urodèles – des amphibiens conservant leur queue – recèlent bien des sources d’étonnement. Ce merveilleux ouvrage nous livre de nombreuses données sur leur biologie. Contrairement aux autres amphibiens, les urodèles ont ainsi la capacité de régénérer certains de leurs organes et membres abîmés ou amputés. En période prénuptiale, le corps de certains tritons mâles se pare d’éperons et de crêtes dont ils jouent dans des parades sexuelles très codifiées. Autre exemple : des individus, dits pédomorphes, conservent une apparence larvaire tout en devenant des adultes aptes à la reproduction.

Infatigable photographe, Françoise Serre Collet a collecté des images rares, spectaculaires ou intrigantes qui illustrent la biologie, les mœurs et les modes de reproduction complexes de ces animaux. De plus, des fiches présentent les caractéristiques et la répartition des treize espèces vivant en France métropolitaine. Des espèces que l’on pourrait qualifier d’endémiques sur notre territoire (et parfois partagées avec un pays limitrophe) sont également présentées et illustrées, tels les Spélerpès de Strinati, Calotriton des Pyrénées, Euprocte de Corse, Triton bourreau, Salamandre corse et la Salamandre de Lanza.

Comme les serpents, les grenouilles et les lézards des précédents ouvrages de la même auteure, les urodèles participent à la diversité animale de notre territoire et sont exposés à une forte pression environnementale. Ils représentent le groupe d’animaux vertébrés le plus menacé au monde, dans une urgence de sauvegarde extrême.


Éditions Quæ, 2019, 148 pages, 26 € – www.quae.com
Contact presse : Megane Piredda. Tél.: 01.84.25.42.00 – megane.piredda@dscommunication.fr
(Gabriel Ullmann)

CANARD SAUVAGE
Spécial 50 ans

ANNUAIRE 2019


Ils nous soutiennent
pour nos 50 ans