Communiqués

Des étudiants vont pour la première fois en France se voir remettre un Diplôme Universitaire en Droit animalier !

La première session du Diplôme universitaire (DU) en droit animalier proposé par l’Université de  Limoges en partenariat avec la Fondation 30 Millions d’Amis va bientôt se terminer par la remise des premiers diplômes en droit animalier en France, avec la Promotion Suzanne Antoine.

Afin d’achever en beauté cette formation, un grand colloque organisé par L’Observatoire des mutations Institutionnelles et Juridiques (OMIJ EA 3177) qui traitera des « Droits de regard sur l’abattage des animaux d’élevage » va être organisé le vendredi 7 avril 2017 sur le Campus Universitaire de Brive la Gaillarde en présence de plusieurs personnalités du monde universitaire, juridique et associatif, ainsi que de Mme Reha Hutin Présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis.

Ce colloque s’achèvera par une cérémonie de remise des diplômes du DU Droit animalier et par la remise du premier prix Jules Michelet venant récompenser la meilleure proposition de réforme législative portant sur un aspect du droit animalier.
.
A l’issue de la remise du prix, le lauréat présentera sa proposition de réforme, puis un cocktail festif viendra clore la cérémonie. Cet évènement sera l’occasion de réaliser un premier bilan avec les jeunes diplômés de ce que leur aura apporté cette formation et de la manière dont ils envisagent leurs activités futures avec ce nouveau diplôme en poche.
_____________________________________________________________________
Contact presse :
Lucille Boisseau- Sowinski, Maître de conférences à l’Université de Limoges
Email : lucille.boisseau-sowinski@unilim.fr
Tél : 06.29.71.16.33

Disparition de Monsieur Pierre Pfeffer, Vice-président de la Société nationale de protection de la nature (SNPN)

C’est avec beaucoup d’émotion et de tristesse que la Société nationale de protection de la nature (SNPN) a appris la disparition de Monsieur Pierre Pfeffer, secrétaire-général puis vice-président de l’association, décédé à 89 ans le 29 décembre 2016.

.

Avec la disparition de Pierre Pfeffer la communauté scientifique perd certes un remarquable et fort dynamique protecteur de la nature mais aussi un excellent zoologiste. Fréquentant le Muséum national d’Histoire naturelle depuis les années 1950, il s’y impliqua véritablement à partir de 1959 après son entrée au CNRS, d’abord affecté au laboratoire des Reptiles et Amphibiens puis, avec la nomination de Jean Dorst, au laboratoire des Mammifères et Oiseaux où il termina sa carrière en tant que Directeur de Recherche.

.
Il s’intéressa d’abord aux reptiles, ce qui l’amena à étudier le célèbre varan de Komodo auquel il consacra son mémoire de Diplôme d’Etudes Supérieures et qui l’amena également à publier ses fameux « Bivouacs à Bornéo ». Toutefois, tous les animaux et les plantes l’intéressaient. Il effectua ainsi un grand nombre de missions d’étude qui le conduisirent dans la plupart des régions du monde, avec un intérêt toutefois très marqué pour l’Asie et l’Afrique, notamment occidentale. De ces missions, il ramena des collections qui donnèrent lieu à des travaux de systématique et de biogéographie. Mais il revint surtout avec des notes de terrain originales sur la base desquelles il rédigea divers travaux d’écologie des peuplements et des écosystèmes, ainsi que d’importantes contributions à la biologie d’espèces mal connues (comme les emblématiques bovidés asiatiques que sont le Gaur, le Banting et le Kouprey). Remarquable polyglotte, il avait acquis une profonde connaissance de la littérature scientifique relative aux sujets qu’il abordait, ce qui donnait un grand poids à ses conclusions et assertions. Parallèlement à ces recherches et se basant sur ce dont il était le témoin durant ses innombrables voyages d’étude, Pierre Pfeffer s’est très vite investi dans la protection des espèces et des habitats menacés.

.
Durant un demi-siècle il fut un acteur majeur de la conservation de la nature, aux niveaux national et international. Cette action, il la mena en particulier au sein de la SNPN. Ami personnel de Jean-Pierre et Christiane Guerlain, il fut à l’origine de la création de la réserve nationale du lac de Grand Lieu et suivait de près la gestion par la SNPN de ce joyau naturel. Pierre Pfeffer personnifia la Campagne Amnistie pour les éléphants menée par la SNPN. Pendant des années il se battit avec acharnement pour obtenir le classement de l’éléphant d’Afrique en annexe 1 de la CITES. Cette campagne rencontra un succès considérable auprès du grand public.

.
Pierre Pfeffer s’impliqua dans bien d’autres associations naturalistes ou de conservation de la nature : l’Union internationale pour la conservation de la nature, dont il fut consultant ; le WWF France qu’il présida de 1976 à 1983 ; la Société française pour la protection des mammifères dont il fut le président ; il écrivait avec talent, hérité de sa mère journaliste, et il était membre des JNE.

.
Pierre Pfeffer eut des responsabilités dans de nombreuses instances officielles. Il fut le secrétaire du Comité permanent du Conseil national de protection de la nature. Il présida durant 20 ans le conseil scientifique du Parc national du Mercantour et fut vice-président du conseil d’administration. Il fut membre des comités « ours » et loups » du ministère de l’Ecologie. Son action en Afrique occidentale lui valut de devenir Président du Réseau des Aires Protégées d’Afrique Centrale.

.
Pierre Pfeffer défendit les causes chères à la SNPN en véritable combattant, comme il avait su l’être durant la seconde guerre mondiale en s’engageant dans la Résistance alors qu’il n’avait que 16 ans. Avec lui disparaît l’un des derniers mousquetaires de la protection de la nature.
Le président, Jean Untermaier, les membres du Conseil d’administration, les permanents et les membres de la SNPN saluent la mémoire de Pierre Pfeffer et présentent à sa fille, son épouse et son beau-fils, ainsi qu’à l’ensemble de sa famille leurs amicales condoléances.

.

Contact :
Société nationale de protection de la nature
9, rue Cels, 75014 Paris, tél. 01 43 20 15 39
www.snpn.com – snpn@wanadoo.fr

.

.


.

Contre le GCO (Grand Contournement Ouest), une manifestation le 15 octobre 2016 à Strasbourg

Voici un communiqué du collectif GCO non merci.
161015-affiche-manif-gco-pour-diffusion

Le concessionnaire VINCI/ARCOS n’a pas encore fini ses études environnementales, mais annonce déjà l’arrivée d’engins de forage géotechnique courant septembre et le début des travaux pour fin 2017… Peut-être avant ! Ne laissons pas ce projet aberrant, inutile et climaticide se faire !

Ce projet d’un autre âge ne règle pas les problèmes d’accessibilité de Strasbourg. C’est même écrit dans le rapport final de la commission d’enquête : « le désengorgement n’est ni l’enjeu ni l’objectif du GCO ».

Nous demandons l’abandon de ce projet et la mise en place de mesures alternatives durables pour les transports dans l’Eurométropole et la plaine du Rhin supérieur.

Le Contournement Ouest de Strasbourg (autoroute à péage), ce serait :

Le gaspillage de 300 hectares de terres agricoles ;
L’atteinte à 50 hectares de forêts autour de Vendenheim et Kolbsheim ;
Le massacre de paysages exceptionnels dans le Kochersberg et le Ried de la Bruche;
La destruction d’espèces remarquables : Grand Hamster d’Alsace, Crapaud vert, … ;
Plus de bruit (impact sur les habitants de 24 communes);
Une augmentation de la pollution et donc une baisse de la qualité de l’air, ainsi qu’une aggravation du dérèglement climatique….
Nous ne baissons pas les bras, la lutte continue !

Plusieurs recours n’ont pas encore été jugés par les tribunaux et l’enquête publique relative aux impacts liés à la loi sur l’eau n’a pas encore eu lieu. Le dossier n’est donc pas encore ficelé et son financement nébuleux non plus !
NOUS DEVONS AGIR MAINTENANT !!
VENEZ NOMBREUX !!

 

Les premiers signataires de cet appel :
Le collectif GCO NON MERCI et
l’ACIPA (principale association regroupant les opposants à l’aéroport de Notre Dame des Landes) ;
l’ADEVIE (association pour la Défense de l’Environnement et de la Qualité de Vie, Dingsheim, Griesheim et Pfulgriesheim) ;
l’ADQV (association Défense de la Qualité de Vie) Duttlenheim
AGIRR FNAUT Lorraine
Alsace Nature
Alter Alsace Energies
Alternatiba67
les Amis de la Confédération Paysanne – Alsace
les Amis de la Confédération Paysanne
Animalsace
APE (Agir pour l’Environnement)
ARBRES (association Ried Bruche pour le Respect de l’Environnement près de Strasbourg)
ASTUS (association des usagers des Transports Urbains de l’agglomération Strasbourgeoise)
BUFO (association pour l’étude et la protection des Amphibiens et Reptiles d’Alsace)
le CADE (collectif des Associations de Défense de l’Environnement Pays Basque et Sud des Landes)
CADR67 (comité d’Action Deux Roues)
COB21 (collectif de citoyens opposés à l’A35bis)
Collectif de soutien NDDL – Alsace
Commune de Breuschwickersheim
Commune de Dingsheim
Commune de Eckwersheim
Commune de Griesheim/Souffel
Commune de Holtzheim
Commune de Kolbsheim
Commune de Pfettisheim
Commune de Stutzheim/Offenheim
Commune de Vendenheim
la Confédération Paysanne
Convergence des Luttes en Alsace et ailleurs
la Coordination Rurale
Greenpeace Strasbourg
CSFR (comité pour la Sauvegarde de Fessenheim et de la plaine du Rhin)
la FNAUT (Fédération des Associations d’Usagers des Transports) – Alsace
Les Fédinois contre le GCO
France Nature Environnement
le GEPMA (Groupe d’Etude et la Protection des Mammifères d’Alsace)
la FSU 67 (fédération syndicale de fonctionnaires)
les Jeunes Écologistes Alsace
la LPO Alsace – Ligue pour la protection des Oiseaux
Ligne Verte Eckwersheim
MVPV (Molsheim Ville à pied et à vélo)
Nature et Vie
Nature Ried
NOVISSEN
Occupy France
Osmonde 21 – Saverne et environs
RES Alsace (Réseau Environnement Santé Alsace)
Réserve du Bishnoï
Schilick Ecologie
Sea Shepherd – Strasbourg
TESAT (Territoire de Saverne en Transition)
Ils/Elles appellent aussi à rejoindre la manifestation :
José BOVE, député européen
Sébastien SCHMITT, agriculteur à Kienheim
Thibaut DIEMER, agriculteur-maraîcher à Kolbsheim
les HOPLA GUY’, artistes, groupe de musique
Roland ENGEL, artiste, Chanteur alsacien
Anne-Christine HILBOLD-CROISET, Pasteure de l’Union des Églises Protestantes d’Alsace et de Lorraine
Anne-Sophie HAHN-GUERRIER, Pasteure de la paroisse de Pfulgriesheim
Caroline INGRAND-HOFFET, Pasteure de la paroisse protestante de Kolbsheim Hangenbieten
Des déplacements s’organisent / Organisez-vous !
en bus…
en covoiturage
pensez aussi tarifs de groupes pour le train !

Des déplacements en bus sont en train de s’organiser.

au départ de Griesheim/Souffel, à 13 h 45 au centre socio culturel de Dingsheim et Griesheim, avec un arrêt à Pfulgriesheim avant de nous rendre Place Adrien Zeller à Strasbourg Wacken. Bus affrété par l’ ADEVIE – gratuit pour les habitants des 3 communes. Infos en mairies.
au départ de Ernolsheim/Bruche et Kolbsheim
– infos et réservation : reservedubishnoi@gmail.com
au départ de Duttlenheim
– infos et réservation : adqv.duttlenheim@yahoo.fr / ou tel : 03 88 18 91 53 (message répondeur)
au départ de Vendenheim. Départ devant la mairie à 13h30.
– Contact mairie : 03 88 69 40 20

La France ne veut pas interdire les armes nucléaires

Voici un communiqué de l’association ICAN (campagne internationale pour abolir les armes nucléaires), qu’il nous a semblé opportun de partager sur le site des JNE car ce sujet capital est largement absent dans la presse nationale et les débats politiques.

Le 26 septembre a été consacré par l’ONU comme Journée internationale pour l’élimination totale des armes nucléaires. « La France ne soutient pas cette démarche et poursuit la modernisation de son arsenal— tout comme les autres puissances nucléaires — sous prétexte que le contexte stratégique ne le permettrait pas » s’indigne Jean-Marie Collin, membre du comité de pilotage de ICAN France, la campagne internationale pour abolir les armes nucléaires.
Les armes nucléaires sont les seules armes de destruction massive à ne pas être interdites. N’est-ce pas contraire à toutes les évolutions du droit international ?

Pourrait-on imaginer encore 100 ans après l’utilisation massive de gaz dans les plaines du nord de la France et de Belgique que ces armes chimiques soient légales ? Certainement pas.

Pour obtenir l’interdiction définitive de ces armes, plus de la moitié des États de la planète veulent créer un traité d’interdiction des armes nucléaires. L’Autriche va ainsi soumettre à l’Assemblée générale de l’ONU, qui vient d’ouvrir ses travaux, une résolution. Ce traité serait la première étape avant la mise en œuvre d’un processus complet d’élimination des bombes atomiques.

La France prétend se ranger parmi le camp des puissances nucléaires responsables, mais s’oppose fermement à ces négociations qui devraient avoir lieu en 2017. Pourquoi cette absence de « bonne foi » d’aller vers un monde sans armes nucléaires ? De la fierté de faire « la course en tête pour les technologies de dissuasion » (Premier ministre en 2014), aux annonces du doublement du budget de la bombe (6 milliards d’euros) pendant des décennies, sont quelques exemples du non respect de ces engagements.

La France est une nation responsable quand elle adresse à l’ONU un « Ça suffit » aux dirigeants du monde à propos de la guerre en Syrie, quand elle promeut la Déclaration des Droits de l‘Humanité, quand elle obtient une avancée majeure avec la COP 21. La France en votant et en appelant (par des pressions ?) à voter contre ce projet d’interdire les armes nucléaires, adopte une attitude dangereuse favorisant l’insécurité de la planète et de ses habitants.

En octobre, les États voteront à l’Assemblée générale de l’ONU pour commencer des négociation d’un traité d’interdiction en 2017. C’est une opportunité historique, il est nécessaire que tous les gouvernements votent oui.

.


.

 

L’avenir de Fukushima au prisme de Tchernobyl

Samossioly (les revenants de la zone interdite)

download

Photos et conférences par Shinzo Kimura (Docteur en biosciences)

Exposition de photographies
du lundi 10 au mercredi 12 octobre de 10 h à 20 h (lundi du 12 h à 20 h)
Vernissage lundi 18 h-20 h

Conférences
par Shinzo Kimura (spécialiste de radioprotection dans les domaines de l’hygiène et de la santé publique)

mardi 11 octobre à 18 h (avec la traduction en français)
mercredi 12 octobre à 15h15 (uniquement en japonais)

Lieu
Association Franco-Japonaise de Tenri
Espace Culturel Bertin Poirée
8-12, rue Bertin Poirée 75001 Paris
01 44 76 06 06

Organisées par Ganbalo et Yosomo Net France

.


.

Rencontre avec le calmar géant

Conférences + images (tous publics)

Casino de Capbreton, 18 septembre, 17h-19h (gratuit) Réservation conseillée *

.

Calamar_Geant_lrDans le cadre de l’Action-Gouf menée par la ville de Capbreton et l’écrivain Hugo Verlomme (JNE), nous avons le plaisir de vous inviter à découvrir l’un des habitants mythiques des canyons sous-marins, une créature qui fait trembler petits et grands : le Kraken, l’Architeuthis ou calmar géant, emblème vivant du Gouf.

Quatre scientifiques, parmi les plus grands spécialistes, viennent nous présenter le calmar géant dans tous ses états : sa vie, ses légendes, ses prouesses, ses proies, ses batailles, ses migrations, sa protection, ses amours étranges…

Les intervenants

.
Michel Ségonzac, expert en écologie de la faune abyssale, a dirigé pendant plus de trente ans le Centre de tri d’océanographie biologique à l’Ifremer Brest. Il a participé à de nombreuses missions de plongées profondes et collaboré à des dizaines d’articles sur la faune hydrothermale. Actuellement attaché honoraire au Muséum d’Histoire Naturelle de Paris, sa découverte d’un animal inconnu (un crustacé baptisé la Galathée Yéti), lui a valu une renommée internationale. Il est également coauteur d’un livre sur le calmar géant avec Angel Guerra.

Angel Guerra, docteur en biologie à l’Université de Barcelone, est maître de recherches au Conseil National des Recherches Scientifiques (CSIC, Espagne). Sa passion, l’étude biologique et écologique des céphalopodes, a fait de lui l’un des plus grands experts sur ce sujet ; il est auteur de plus de 200 articles scientifiques et de 15 livres.

Alexandre Dewez, expert scientifique, fondateur du GEFMA (Groupe d’Étude de la Faune Marine Atlantique), spécialiste des grands plongeurs (cachalots, Ziphius, mésoplodons, kogias), a participé à de nombreuses publications scientifiques avec des institutions nationales et internationales (Ifremer, Muséum National d’Histoire Naturelle, universités). Il mène des recherches de biosurveillance sanitaire des espèces marines (cétacés, requins, céphalopodes) du Gouf de Capbreton.

Luis Laria, président de la Coordination pour l’Étude et la Protection des Espèces Marines (CEPESMA), directeur du Parque de la Vida de Luerca, présentant, entre autres, plusieurs spécimens de calmars géants capturés en Espagne.

Un stand de livres reliés au sujet sera présenté sur place par la librairie Le Vent Délire, de Capbreton, en présence des auteurs.

.

* Réservations : Le nombre de places étant limité, il est nécessaire de s’inscrire en téléphonant à l’un des numéros suivants :
Office du Tourisme : 05 58 72 12 11 / MOP : 05 58 72 96 05 / Pôle Culture : 05 58 72 70 74

Contact presse : hugo@hugoverlomme.com

.

.


.

Power & Care, un dialogue à Bruxelles avec le Dalaï Lama

Power & Care
Un dialogue Mind & Life Europe
Avec Sa Sainteté le Dalaï Lama
Vers un équilibre pour notre avenir collectif –
Un dialogue entre science, société, et spiritualité

Du 9 au 11 septembre 2016
Bozar Palais des Beaux-Arts, Bruxelles, Belgique

.
P&C web visual FR (1)Power & Care (www.powerandcare.org) est un dialogue Mind & Life d’éminents experts avec Sa Sainteté le Dalaï Lama, organisé par Mind & Life Europe (www.mindandlife-europe.org). Ce dialogue se déroulera sur deux jours et demi du 9 au 11 septembre 2016 au BOZAR Palais des Beaux-Arts à Bruxelles (Belgique).

De quelle manière les deux forces primaires du pouvoir et de la considération pour autrui, ou « care », peuvent-elles être consciencieusement et fructueusement alliées et ainsi engendrer des projets et des actions pour promouvoir la prospérité des êtres vivants et de notre environnement ?

Le programme comprend les points de vue des sciences naturelles, de l’anthropologie, de la psychologie, de la politique, de l’économie, et des traditions contemplatives du monde. Une sélection d’ateliers permettra aux participants de travailler sur les dynamiques du pouvoir et de la considération pour autrui à l’intérieur d’eux-mêmes.

Une première session matinale débutera le 9 septembre avec :
éthologie, anthropologie, et écologie : regards La pulsion de dominer, et l’envie de créer et maintenir des liens avec autrui, sont les deux forces fondamentales qui prévalent dans les relations humaines et non-humaines. Cette session présentera la vision globale des interactions complexes de pouvoir et de bienveillance chez les animaux, les primates en particulier, et chez l’homme, des premières époques de son histoire jusqu’à l’impact qu’ont aujourd’hui ces deux forces sur l’état de la planète et sur l’avenir des générations futures.
Une représentation et un concert seront proposés pour cette première soirée.

Parmi les intervenants des 5 sessions : DBE.; Prof. Sir Paul Collier; Dr Vandana Shiva; Matthieu Ricard, Ph.D.; Prof. Dr Tania Singer; Prof. Frans B. M. de Waal, Ph.D.; Olafur Eliasson; Roshi Joan Halifax; Frédéric Laloux; Alaa Murabit, MD.; Dr Uwe Jean Heuser; et Prof. Dennis James Snower, Ph.D., parmi d’autres.

Mind & Life Europe espère que cette conférence sera un catalyseur significatif pour la formulation de nouveaux axes de recherche et pour la conception de structures sociétales et gouvernementales qui contribueront à la construction d’un monde meilleur.

La langue de travail de Power & Care sera l’anglais.
Billets / Info: www.powerandcare.org

Les conférences pourront se voir en webstreaming en cliquant sur le lien ci-dessous les jours des sessions :

http://mindandlife-europe.us4.list-manage2.com/track/click?u=a7476e84ab47bb8abd0abb079&id=62555627be&e=25e6feb5d7

ou

https://livestream.com/DalaiLamaEnglish/mindlife-brussels

Mind & Life Europe vous convie également à « Engagement individuel et responsabilité collective », une Conférence publique qui sera donnée par Sa Sainteté le Dalaï Lama le dimanche 11 septembre 2016, à Palais 12, Bruxelles Expo (Belgique). La Conférence publique sera en anglais et une traduction en français et en néerlandais sera proposée. Billets et informations : www.dalailama2016.be

À propos de Mind & Life Europe
Mind and Life Europe (MLE) est une organisation à but non lucratif qui soutient des voies à la connaissance ayant pour but de promouvoir le bien-être humain, la responsabilité éthique et la compassion, afin de faire face plus efficacement aux problèmes collectifs. MLE s’attache à créer des ponts entre la sagesse et les pratiques contemplatives, et l’érudition occidentale dans les arts, les sciences, et les capacités de recherche modernes, afin de générer, disséminer, et traduire ces connaissances, en mettant l’accent sur la manière dont l’esprit peut provoquer ou soulager la souffrance.

Contact Presse: Missing Link Communication, Barbara Van Lombeek +32 486 54 64 80 & Maud Nicolas + 32 476 92 03 72; press@mindandlife-europe.org

.

.


.

Communiqué : la liberté d’informer en question

 

Le site d’information Bastamag, son ancien directeur de publication et trois journalistes de la rédaction (Nadia Djabali, Ivan du Roy et Agnès Rousseaux), font l’objet d’une procédure en diffamation de la part du groupe Bolloré. Cette procédure vise un article de synthèse sur l’accaparement des terres, publié en octobre 2012. S’appuyant sur des rapports des Nations unies et d’organisations internationales, cet article dressait un état des lieux du mouvement d’accaparement de terres en Afrique, en Amérique latine et en Asie, et des grandes entreprises françaises qui y sont impliquées. Cette plainte en diffamation vise également le site Rue 89 et son directeur de publication, Pierre Haski, pour avoir cité l’article dans sa revue de presse ainsi que Dominique Martin Ferrari et son site scoop it Options Futurs pour avoir signalé l’article. Elle n’est pas l’auteur de l’article, ne l’a pas publié, mais a seulement posté un lien. La 17e Chambre (presse) du tribunal de grande instance du Palais de Justice de Paris se prononcera le 11 février prochain dans l’après midi. Outre défendre le droit d’informer, elle aura à se prononcer sur le caractère diffamatoire des questions posées par la partie civile.

.

L’Association des journalistes de l’environnement (AJE) et l’Association des journalistes pour la Nature et l’Ecologie (JNE)  apportent leur soutien à leurs consoeurs et confrères et défendent la liberté d’informer.

.
Rappel : la présence des journalistes à l’audience permet la reprise des échanges dans leur totalité. Parmi les témoins cités par Bastamag : Noël Mamère et Olivier de Schutter. Avocats de la défense : Maître Combe et Corinne Lepage.

.

.


.

Monsieur le président, la forêt et la COP 21 vous regardent

Monsieur le président de la République, la forêt française et la COP 21 vous regardent. Agissez !

La COP21 constitue un enjeu crucial tant pour les peuples du monde que pour l’environnement.
Le collectif SOS Forêt France veut aujourd’hui vous interpeller sur le rôle fondamental que pourraient jouer les écosystèmes forestiers et leur gestion parmi les solutions à trouver pour faire face aux bouleversements climatiques et écologiques.
En 2015, alors que Paris s’apprête à accueillir la COP 21, le bois cache littéralement la forêt.
Les arbres et les sols forestiers fixant le CO2 de manière très efficace, les forêts sont de plus en plus perçues comme instruments d’équilibrage de la charge atmosphérique en gaz à effet de serre. Or, des équations simplistes sont en train d’entraîner des dérives dramatiques. Elles sont véhiculées à seule fin de couper plus de bois et de légitimer toutes les méthodes visant à augmenter la pression d’exploitation sur les forêts.
Nous demandons que la recherche de solutions forêt-bois aux changements climatiques fasse l’objet d’un réel débat, assis sur des bases scientifiques.
Nos seules et uniques possibilités connues de stockage du carbone atmosphérique se trouvent en forêt et dans le bois d’œuvre. Pourtant, les politiques forestières actuelles, qui visent à alimenter la filière mondiale en quantité plus qu’en qualité,  et les subventions « vertes » accordées aux grosses industries du bois biomasse, conduisent à anéantir ces opportunités vitales. Alors que la combustion du bois est censée avoir un bilan neutre en carbone, -ce qu’elle n’a pas, tous les scientifiques le savent-, la politique actuelle du rajeunissement des forêts et du bois-énergie à tous prix contribue de fait à piller les forêts et aggraver la crise écologique : celle du climat et celle, tout aussi dramatique, de la biodiversité.

L’intérêt de la production de bois vis-à-vis des changements climatiques ne peut s’évaluer qu’au regard de la sylviculture et de l’usage des bois.
En dépit d’un mensonge devenu hélas institutionnel, les forêts anciennes et diversifiées sont plus résistantes aux aléas climatiques que les plantations aussi « sélectionnées » soient-elles. La meilleure garantie de durabilité de la production –car nous avons besoin du bois pour ses usages nobles et à haute valeur ajoutée- est la protection de son moteur biologique, fondé sur la fertilité des sols et la régulation naturelle des parasites et ravageurs.

Aux Assises nationales de la forêt de Gardanne, les 16-17-18 octobre dernier, – labellisées COP21- le Collectif SOS Forêt France a réuni près de 300 personnes autour d’intervenants nationaux et internationaux, professionnels de la forêt, artistes, associations en lutte ou de promotion d’expériences alternatives,… autant de porte-parole très divers de la société civile.

Parce que la forêt est notre patrimoine commun et que ce patrimoine est bradé et en péril, le Collectif SOS Forêt France interpelle aujourd’hui le président François Hollande dans une lettre ouverte, accompagnée de propositions concrètes.

Sur le site internet du Collectif SOS Forêt France : http://www.sosforet.org/
 
Contact presse :
Philippe Berger – 06 84 17 07 97 – pberger.snupfen@orange.fr
Frédéric Bedel – 06 16 30 74 67 – frederic.bedel09@orange.fr

Ménigoute 2015. Retour sur la 31e édition

Sous un soleil radieux, la 31e édition du FIFO s’est achevée dimanche après-midi avec la projection des films primés.

bandeau2015Retour sur les palmarès et les grands temps forts de ce festival, dont bien sûr la fameuse conférence de Paul Watson de la Sea Shepherd Society.

Le Palmarès des films

On retrouve au palmarès 5 films étrangers et 4 films français, parmi lesquels le magnifique « Régalec, premiers contacts avec le poisson roi ». Voici les commentaires de la présidente du Jury, Martine Todisco, sur le Lirou d’or, attribué au film autrichien de Phil Chapman « Wild Canada, the Heartland » : « Le Jury a apprécié la qualité de la réalisation dans son ensemble car elle sert la nature grandiose du Canada, notamment l’immensité des paysages. Le Jury a aussi apprécié la captation de scènes animalières remarquables et l’intégration réussie de la reconstitution historique de l’arrivée des européens dans ces régions et des séquences en images d’animation. »

Palmarès complet

Le Lirou d’or – Grand Prix de Ménigoute (4 000 €)
Offert par la Communauté de Communes de Parthenay-Gâtine, il récompense le meilleur film.
Le trophée est offert par le Groupe Ornithologique des Deux-Sèvres.
1 – Wild Canada – The Heartland
Réalisateurs : Phil Chapman – Production : Terra Mater Factual Studios – Autriche – 52 mn – 2014
2 – Le Clan des Renards – Réalisateurs : Anne et Erik Lapied – France – 68 mn – 2015
3 – Der Grosse Kaukasus – Russlands Dach der Welt – Réal : Henry M. Mix – Prod: NDR Naturfilm / DocLights GmbH – Allemand – 44 mn – 2014

Prix Paul Géroudet (2 000 €)
Offert par la société Nos Oiseaux, en partenariat avec Asters – Conservatoire des Espaces Naturels de Haute-Savoie, l’association Vautours en Baronnies et la Société Zoologique de Genève, ce prix récompense le meilleur film ornithologique.
1 – Sentinelle – Le destin du Faucon Pèlerin
Réalisateur : Vincent Chabloz – Production : Association Clap-Nature et Nivalis Film – Suisse – 52 mn – 2015
2 – Australien – Im Dschungel der Riesenvögel – Réals : Thoralf Grospitz et Jens Westphalen – Prod : Doclights GmbH et NDR Naturfilm – Allemagne – 48 mn – 2014
3 – La Vie aux sommets – Réalisateur : Roger Leblanc – Production : Bellefeuille Production – Canada – 50 mn – 2015

Prix Poitou-Charentes de la créativité (2000 €)
Offert par la Région Poitou-Charentes, il récompense le meilleur traitement filmique, choisi pour son originalité, ses aspects innovants et créatifs.
1 – Régalec, premiers contacts avec le poisson roi
Réalisateur : Bertrand Loyer – Production : Saint Thomas Production – France – 52 mn – 2014
2 – Le Voyage de l’eau – Réalisateur : Frank Neveu – Production : Vision primordiale – France – 33 mn – 2015
3 – Mistigri des toits et la faune urbaine – Réalisateur : Patrick Glotin – Production : Saison 5 – France – 52 mn – 2014

Prix de Protection de la Nature (1 830 €)
Offert par la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO), France Nature Environnement (FNE) et Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme (FNH)
1 – Deosai – The last Sanctuary
Réalisateur : Nisar Malik – Production : Walkabout Films – Pakistan – 34 mn – 2014
2 – Unter Störchen – Ein Dorf im Vögelfieber – Réalisateur : Herbert Ostwald – Production : Marco Polo Film – Allemagne – 43 mn – 2014
3 – Ex Aequo Les Hyènes de Harar – Réalisateur : Maurice Dubroca – Production : Les Films en Vrac – France – 43 mn – 2015
et Imprint – Memories of the Black-faced Spoonbill – Réalisateurs : Shin Dong-man et Lee Jeong Soo – Production : KBS – Corée – 50 mn – 2014

Prix du Parc Naturel Régional du Marais Poitevin (1 525 €)
Il récompense le film mettant le mieux en valeur les ressources naturelles des zones humides.
1 – The Everglades – A watery wilderness
Réalisateur : Zoltán Török – Production : Doclights GmbH et NDR Naturfilm – Allemagne – 52 mn – 2015
2 – Le Voyage de l’eau – Réalisateur : Frank Neveu – Production : Vision primordiale – France – 33 mn – 2015
3 – Wildes Baltikum – Wälder und Moore – Réal : Christoph Hauschild – Prod: Doclights GmbH et NDR Naturfilm – Allemagne – 44 mn – 2014

Prix des Clubs Connaître et Protéger la Nature (1 000 €)
Il récompense le meilleur documentaire à vocation pédagogique.
1 – Le Voyage de l’eau
Réalisateur : Frank Neveu – Production : Vision primordiale – France – 33 mn – 2015
2- Ex Aequo
Mistigri des toits et la faune urbaine – Réalisateur : Patrick Glotin – Production : Saison Cinq – France – 52 mn – 2014 et Les Hyènes de Harar – Réalisateur : Maurice Dubroca – Production : Les Films en Vrac – France – 43 mn – 2015

Prix Paysages (1 525 €)
Offert par le Conservatoire d’Espaces Naturels de Poitou-Charentes, il récompense le film traitant le mieux la dimension et les rôles esthétique, culturel et écologique du paysage.
1- Der Grosse Kaukasus – Russlands Dach der Welt
Réalisateur : Henry M. Mix – Production : NDR Naturfilm / DocLights GmbH – Allemand – 44 mn – 2014
2 – Le Clan des Renards – Réalisateurs : Anne et Erik Lapied – France – 68 mn – 2015
3 – Wildes Baltikum – Wälder und Moore – Réal : Christoph Hauschild – Prod: Doclights GmbH et NDR Naturfilm – Allemagne – 44 mn – 2014

Prix du Jury, accompagné du Trophée Leica (1 525 €)
Offert par les commerçants et artisans du canton de Ménigoute.
1- Le Clan des Renards
Réalisateurs : Anne et Erik Lapied – France – 68 mn – 2015
2 – Le Lièvre Blanc, histoire de photographe animalier – Réalisateur : Guillaume Collombet – France – 60 mn – 2015
3 – Mistigri des toits et la faune urbaine – Réalisateur : Patrick Glotin – Production : Saison Cinq – France – 52 mn – 2014

Prix Jeunes Regards (1 525 €)
Offert par le Crédit Agricole, il récompense le meilleur film selon le jury jeunesse composé d’étudiants de l’IFFCAM (Institut Francophone de Formation au Cinéma Animalier de Ménigoute).
Ex Aequo
Régalec, premiers contacts avec le poisson roi
Réalisateur : Bertrand Loyer – Production : Saint Thomas Production – France – 52 mn – 2014
Les Hyènes de Harar
Réalisateur : Maurice Dubroca – Production : Les Films en Vrac – France – 43 mn – 2015
2 – Le Lièvre Blanc, histoire de photographe animalier
Réalisateur : Guillaume Collombet – France – 60 mn – 2015

Les trophées Région Poitou-Charentes “L’Art pour la nature “
Samedi soir avait lieu la cérémonie de remise des prix des Trophées « L’art pour la nature ». Une sculptrice, une dessinatrice et un photographe du Salon d’art animalier ont été récompensés par Benoît Biteau, Vice Président de la Région Poitou-Charentes.
Palmarès des trophées sur : http://www.menigoute-festival.org

Le Concours photo
En partenariat avec le Courrier de l’Ouest, le 7e concours photo avait comme thème cette année la montagne. Une jeune photographe, Vanessa Rossier a gagné le grand prix avec une magnifique photo en noir et blanc de jeune Bouquetin.

Les Conférences
Des rendez-vous attendus par l’ensemble des acteurs de la protection de la nature se sont déroulés tout au long de la semaine. Nous retiendrons entre autres la conférence proposée par le Conseil Départemental des Deux-Sèvres sur le Vison d’Europe et le centre d’élevage construit à Zoodyssée. L’Ouest, plus particulièrement le Poitou-Charentes et l’Aquitaine ont en effet une grande responsabilité quant au maintien de cet animal classé sur la liste rouge des espèces menacées.

Les temps forts
On se souviendra longtemps de la venue de Paul Watson, de la Sea Shepherd Society ce samedi 31 octobre. Plus de 1000 personnes venues de la France entière étaient au rendez-vous pour écouter le message de ce fameux «Pirate de l’environnement ».

Mainate TV, la web-tv du festival a retransmis la conférence en direct, avec une conférence de presse de P. Watson sur son plateau.

Un peu plus tôt durant l’après midi, Allain Bougrain-Dubourg a planté “l’Arbre du climat“ sur un terrain de la commune. Cette opération menée par la Ligue de la Protection pour les Oiseaux (LPO) a une portée symbolique, en écho à la très prochaine COP 21.

Les activités nature
Chaque année renouvelées, les animations et les sorties ont affché complet ! Il y en avait pour tous les goûts ! Des adultes au plus petits, tout le monde pouvait découvrir et profter des sorties, animations et ateliers. Parmi les animations junior, l’activité d’accrobranche proposée par les Grimpereaux de l’Hermitain a remporté un franc succès. La tente du CPIE accueillait les juniors pour le Défi 1000 nichoirs. Les sorties naturalistes proposaient de découvrir la région comme les petits coins de bocage autour de Ménigoute. Enfn, on pouvait retrouver sous le forum de 3000 m2, les stands d’associations de protection de la nature, les artisans et producteurs locaux… sans oublier le magnifique salon d’art animalier.

Et pour l’avenir ?
L’annonce de la volonté de créer le Parc naturel régional de Gâtine Poitevine a été lancée lors de la cérémonie d’ouverture, mardi 27 octobre. Cette volonté tripartite invoquée par Gilbert Favreau, Président du Conseil Départemental des Deux-Sèvres, Jean-François Macaire, Président de la Région Poitou-Charentes et Delphine Batho, Députée de la Circonscription marque le début d’une belle aventure pour le territoire. Voilà cette 31e édition marquée d’un sceau hautement symbolique !

Merci à tous les journaux de presse écrite, aux radios et aux chaînes de télévision qui nous ont accompagné durant cette édition.

Nous restons à votre disposition pour toute information complémentaire, et vous donnons rendez-vous l’année prochaine pour le 32e Festival de Ménigoute !

Cordialement,

Marie DANIEL / Melissa BRONSART
06 30 55 67 36 / 06 77 11 63 58
31e Festival de Ménigoute
Presse et communication secretariat.festivalmenigoute@gmail.com www.menigoute-festival.fr