Get Adobe Flash player

Articles avec le tag ‘nucléaire solaire Algérie’


Production d’électricité en Algérie : nucléaire et solaire en parallèle

Voici un article écrit par M’hamed Rebah pour la Nouvelle République (Algérie), et publié le 31 mars 2011.

.

par M’hamed Rebah

.

Comme pour couper court à toute spéculation sur les intentions des autorités dans le domaine de l’énergie nucléaire à la suite de l’accident de Fukushima (Japon), le ministre de l’Énergie et des Mines, Youcef Yousfi, a clairement affirmé que l’Algérie ne renonce pas au nucléaire civil. On ne peut pas y échapper. Pour produire de l’électricité, à long terme, argumente-t-il, le recours à l’énergie nucléaire est inévitable.

.

La première centrale électrique fonctionnant à l’énergie nucléaire devrait, donc, voir le jour vers 2020, conformément aux prévisions annoncées avant l’accident de Fukushima. Mais le site qui convient, c’est-à-dire celui qui présente le moins de dangers, n’est pas encore identifié. Un groupe de travail a commencé à étudier la question en excluant le nord du pays pour cause de forte sismicité et en privilégiant les Hauts-Plateaux ou le Sud, avec une préférence pour les endroits qui ont suffisamment de ressources en eau pour le refroidissement. Le texte sur le nucléaire civil appelé à devenir loi a été préparé par le même groupe de travail et attend de prendre le chemin des procédures qui le conduiront à l’Assemblée populaire nationale pour son adoption.

.

Dans tous les cas, la construction des centrales nucléaires devra se faire dans les conditions de sécurité maximale. Un membre du groupe de travail, Arezki Amokrane, qui est professeur en physique nucléaire en post-graduation, insiste sur la sécurité, indispensable au nucléaire, même si le risque zéro n’existe pas, dit-il. Toute son importance est donnée à la formation des équipes capables de gérer et d’entretenir des centrales nucléaires civiles.

.

Pour le moment, le problème du risque nucléaire ne se pose pas, souligne le ministre de l’Energie. Il n’y a rien de comparable entre le réacteur de recherche d’Aïn Oussara de 15 mégawatts et les centrales nucléaires japonaises. Quant à l’impact sur l’Algérie de nuages radioactifs partis de Fukushima, le ministre et les spécialistes interrogés par la radio et la télévision algériennes, se veulent rassurants. Un groupe d’experts a été installé pour suivre les conséquences de cette catastrophe nucléaire. Le Commissariat à l’énergie atomique a une division de radioprotection qui dispose de l’équipement pour faire les mesures nécessaires. Arezki Amokrane estime qu’il n’y a pas d’inquiétude à se faire pour le moment et le ministre, Youcef Yousfi, le confirme : « l’Algérie n’est pas touchée par le nuage radioactif en provenance du Japon ».

.

Ceci dit, Arezki Amokrane, qui a été pour le nucléaire « jusqu’à la catastrophe de Fukushima », ne peut s’empêcher d’admettre que « la filière solaire est meilleure, servie par 3 000 heures d’ensoleillement par an ». Cette filière solaire a failli porter le nom de Desertec, tellement les promoteurs de ce projet, en majorité allemands, ont été entreprenants pour le vendre à l’Algérie. Mais, depuis que Desertec a surgi dans le paysage solaire de notre pays, les autorités ont conservé la même position que M. Yousfi vient de rappeler : l’Algérie est prête à travailler en partenariat avec toutes les entreprises qui veulent investir dans des opérations d’exportation de l’énergie électrique. Et la même condition aussi, réitérée, toujours, par M. Yousfi : ces entreprises sont les bienvenues si elles acceptent de produire en Algérie les équipements nécessaires à l’industrie du solaire. Ces propos, le ministre de l’Energie et des Mines les confirmera, sans doute, aux responsables du projet Desertec qui viendront, dans quelques semaines, à Alger pour le rencontrer

.

L’Algérie n’est pas dépourvue d’idées dans ce domaine. Elle a son propre programme national de développement des énergies renouvelables avec pour objectif de porter, sur 20 ans, à 40 % la part du solaire et de l’éolien dans la production d’électricité. Ce ne sont pas aussi les projets qui manquent : 65 seront mis en œuvre dans le cadre de ce programme.

.