Get Adobe Flash player

Articles avec le tag ‘Florence Faucompré’

« La Pie Porteuse » : un triporteur écologique et social

Comme son nom ne l’indique pas forcément, « la Pie Porteuse » est un triporteur dédié à la promotion des chants d’oiseaux.

 

par Florence Faucompré

 

IMG_1694

Le triporteur de « la Pie Porteuse » – photo Florence Faucompré

Plusieurs animateurs de la Fédération régionale des Maisons de Jeunes et de la culture (ouf !) ont inventé un concept de pédagogie nomade avec des roulettes… celles du triporteur (mais doté d’une batterie électrique s’il vous plaît !). J’ai pu le voir à l’inauguration de la Fête de la Nature à Bercy. Les citadins auront l’attention dirigée vers leur environnement proche en écoutant des chants d’oiseaux :

- par des panneaux plantés dans le sol,

- par un microscope.

 

Tous trésors contenus dans le coffre roulant… Les animations sont très courtes, on peut parler de « microanimations ». Elles ont lieu au pied de l’immeuble par exemple, dans la rue, près de l’école, de l’entreprise… L’objectif : toucher les gens sur leur lieu de vie, leur apprendre à voir les choses sous un autre angle, à apprécier leur milieu, à le respecter….

 

Les deux triporteurs circulent dans Paris depuis mars 2014. L’un est à Montparnasse, l’autre dans le IVe, rue Simon Lefranc. Il y en aura deux autres bientôt : c’est le vœu de Claude Bourquard, le sympathique animateur de « La Pie Porteuse » !

 

Destruction de stocks d’ivoire : au royaume des symboles

Au milieu du Champ de Mars, une broyeuse gigantesque, des barrières autour des journalistes et des VIP … On va détruire solennellement deux tonnes d’ivoire saisies aux douanes de Roissy, en présence des ambassadeurs d’Allemagne et de Russie. La broyeuse est à la taille de la tâche auquelle vont s’atteler les trois pays : démanteler les réseaux de trafic d’ivoire.

.

par Florence Faucompré

.

IMG_1640

Photo Florence Faucompré

.

Un des douaniers présents de mon côté me présente celui qui a saisi les stocks à la douane (et n’avait même pas été invité à la cérémonie). Claude Batout, c’est son nom, me dit tout ce qu’il a sur le cœur : il estime que l’événement ne servira à rien, et qu’il est urgent en France de créer trois zones de quarantaine, l’une à Roissy, l’autre à Marseille, la troisième au Havre. Comme il n’en existe toujours pas, les animaux acheminés en France (la plupart du temps par Air France) faute de carnet de santé et sans zone de quarantaine disponibles, sont purement et simplement euthanasiés en bonne santé.

.

Triste réalité qu’il est urgent de dénoncer à la faveur de cet acte symbolique – nul si non suivi d’actes réels…

.

Et pleurez, pleurez, les éléphants, les grands absents…

.

Sur cet événement, à lire aussi l’article de Reporterre.

.

Caméra Réparcafé

Choses vues et vécues lors d’un « Réparcafé » dans le XVe arrondissement de Paris…

 

par Florence Faucompré

 

IMG_1451

« Réparcafé » dans le XVe arrondissement de Paris – photo Florence Faucompré

 

J’ai beaucoup appris en deux après-midi ! « Villes en transition » du XVe organisait un « Réparcafé » qui remporta un vif succès… Chacun pouvait apporter ,qui un petit appareil électroménager, qui un vêtement à rapiécer. Une table pour la couture, une table pour le bricolage. Une femme apporta une machine à coudre qu’elle avait trouvée jetée sur le trottoir… et qui fut réparée ! Une autre une lampe ancienne avec une ampoule à baïonnette, dont la douille était indévissable… Il fallut beaucoup de force, des pinces crocodile et du dégrippant pour en venir à bout !

 

Pour ma part, j’avais apporté un petit batteur à œufs Moulinex électrique qui oeuvra en pâtisserie durant 22 ans, et dont une tige ne tenait plus dans son habitacle.

 

Les bricoleurs sont bien outillés et trouvent un plaisir fou à devoir résoudre des difficultés. Acharnement, astuces et force musculaire font le reste. Parmi les outils, notons : les tournevis à claquets, les élastiques, les épingles à nourrice, les allumettes, les bouts de fils de fer, le fer à souder… et j’en passe ! Un inventaire à la Prévert !

 

IMG_1453

« Réparcafé » dans le XVe arrondissement de Paris – photo Florence Faucompré

Nous avons appris à nettoyer un séchoir électrique (voir photos, les élèves attentifs autour du maître !) à réparer un grille-pains (un jeu d’enfant), une radio, un sac à dos troué, une poche de pantalon itou… « Il faut graisser » : voilà une des clés de l’entretien des appareils électriques !

 

Sachez que nous sommes tous entrés dans l’ère du Machiavélique, les fabricants inventant des vis en forme d’étoiles ou de u, de façon à ce que nous ne personne ne puisse les tourner ; le must étant les capots hermétiques sans vis : ainsi, le consommateur n’a plus qu’à jeter et à racheter. La Terre n’a pas été consultée.

 

Ici, on ne déprime pas, on agit, on sauve, on récupère, on apprend ! Un jeune homme en train de coudre, c’est une vue réjouissante. On s’informe, on rit, on boit du thé bio. On coud joyeusement pour le voisin qui n’aime pas ça… On se sent vivants !

 

 

 

« Réparcafé » dans le XVe arrondissement de Paris - photo Florence Faucompré

« Réparcafé » dans le XVe arrondissement de Paris – photo Florence Faucompré

 

Je suis repartie aux anges avec mon batteur à œufs badigeonné de scotch bleu, et fermement décidée à renouveler l’expérience. Je vais guetter sur les trottoirs … les machines à coudre !

Chroniques Estivales 

Les vacances sous la tente ne sont plus ce qu’elles étaient. Un témoignage très subjectif…

 .

par Florence Faucompré

.

Depuis les quinze années de camping sauvage ou sage, ambulatoire, passées avec mes parents dans toute la France, l’eau a coulé sous les ponts ….  D’ailleurs à présent, on ne dit plus camping mais  : « résidence hôtelière de plein air » avec les tarifs correspondants aux hôtels. On laisse une dizaine d’emplacements gazonnés, avec ou sans électricité, pour les désargentés. A savoir : les ados, amenés en voiture par leurs grands-parents, les jeunes couples en voyage de noces, les sportifs randonneurs avec podomètres pour mesurer la performance, les jeunes désoeuvrés…

.

J’ai découvert cet été mes contemporains. A peine la tente plantée, les hommes sortent la cigarette, le ballon et la canette de bière. On joue aux cartes et on fume de gros pétards de haschich, les écouteurs sur les oreilles, toute la journée. Voilà pour les jeunes de quinze ans que les grands parents viennent rechercher à la fin de leur séjour avec tendresse, et inconscients.

.

D’autres adultes arrivent et derechef s’enferment sous la tente, mais pas assez vite pour que je voie comment ils allument au briquet un gros morceau de shit. Les canettes de bière vont de pair,bien sûr.  Un jeune arrive avec son copain («des ados exemplaires », dira quelqu’un qui ne les a pas vus de près) et dès la tente plantée, sort … son narguilé !  J’ai noté que les hommes se saôulent à la Kronenbourg en canette, les filles, c’est au vin rosé, sans doute de Lidl. Le jeune couple, c’est une bouteille de whisky et deux bouteilles de vins rouges en une journée.

.

Bref, de quoi faire une véritable étude sociologique de notre monde actuel. C’est sans doute le résultat des lois anti -tabac : le  « plein air » est devenu le dernier refuge des fumeurs, et synonyme de liberté. On se défoule aussi par le bruit : tondeuses à gazon, l’idole du monde moderne, tailleuse de haie, engins pour bondir sur l’eau, quads, « musique » techno à fond dans la voiture, sono du camping tous les soirs pour les loisirs organisés façon Club Med… Toutes les drogues sont bonnes ! Pourvu que l’électricité y participe.

.

Fuir le silence, s’abrutir, se défouler. Las ! Je n’ai pas trouvé une seule personne amoureuse de la nature ici. Pire, les malheureuses hirondelles rustiques qui nichent sous le toit des sanitaires ne sont pas vues d’un bon œil. « Ca fait des saletés » ! Malgré la loi qui les protège, elles courent un réel danger à revenir fidèlement dans les campings hostiles.  Las ! Mes joies, je les ai trouvées auprès des pinsons, des accenteurs mouchets, des merles qui venaient me voir chaque jour. Et de mes plants de tomates qui fleurissent généreusement grâce aux fées des fleurs. Même les radis ont fleuri et ont fait de la rébellion : pas de légumes !

.

Et côté poésie, j’ai eu mes petites bénédictions. Un soir, en revenant très tard dans le noir sur un chemin ancien, m’éclaira une lumière or et verte sur le bord, celle d’un ver luisant magique. Et juste après, alors que je déplorais le fait de ne pas voir vu d’étoiles filantes cette année au moment du passage des Perséides, j’ai eu la grâce de voir devant moi, telle une réponse immédiate, une étoile filante. Le temps de faire un vœu – que je garde secret bien sûr. Un été instructif – en tous les cas.

.

Autre moment de grâce, alors que j’allais acheter une portion de frites le soir pour me réchauffer les doigts, un client jovial lance au vendeur qui parle d’ouragan : - Eh bien ! il faut bien partir un jour ! Nous sommes tous des oiseaux migrateurs, comme les hirondelles, un jour on rentre à la maison ! Pas vrai, madame ? me dit-il. Et je ne peux qu’aquiescer …

.

Journée de l’eau : le steak en question

A l’occasion de la journée mondiale de l’eau, le jeudi 22 mars dernier, des militants associatifs ont mené une action spectaculaire pour montrer que notre surconsommation de viande entraîne un formidable gaspillage d’eau.

.

Par Florence Faucompré

.

Action au Trocadéro à l'occasion de la Journée mondiale de l'eau, 22/03/12 - Photo Florence Faucompré

 

A cette occasion, les associations L214 et Viande info ont réalisé à midi un dessin concret place du Trocadéro à Paris avec des bouteilles d’eau Celtic afin que nous ayons bien à l’esprit les 1500 litres d’eau nécessaires pour obtenir … un seul steak !

.
C’est suggestif !

.

 

 

 

 

 

Action au Trocadéro à l'occasion de la Journée mondiale de l'eau, 22/03/12 - Photo Florence Faucompré

 

Les enfants n’ont pas manqué de s’intéresser de près.

.

N’oublions pas qu’un Français consomme 1786 m3 d’eau par an, dont 36 % pour la viande …

.

Les militants ont distribué les dépliants du « lundi sans viande » avec recettes végétariennes alléchantes.

.

 

 

 

 

 

 

Une chaîne humaine pour sortir du nucléaire

Voici un compte-rendu de la conférence de presse organisée le 7 mars 2012 à Paris par le Réseau Sortir du Nucléaire, pour présenter l’opération « chaîne humaine» du 11 mars contre le nucléaire.

.

par Florence Faucompré

Chaîne humaine contre le nucléaire à Die - DR

.

Dimanche 11 mars sont attendues plus de 10 000 personnes et 135 cars à Lyon. De Lyon à Avignon, la chaîne humaine comprendra dix tronçons divisés en maillons de 5 km.

.

Des vélos iront d’un groupe à l’autre pour organiser la coordination . (Je suggère des pigeons voyageurs, imbattables quant au message transmis à temps ! et très utilisés au Japon par ailleurs… ).

.
Christine Hasse (Allemande), organisatrice de la chaîne, était présente, ainsi que des représentants de Greenpeace, d’Attac et de la SNCF Sud…

.

Les cheminots sont désormais conscients du danger de faire traverser 500 trains de déchets en France par an, dans les fameux wagons « castors » de 120 tonnes, surtout depuis l’accident survenu cette année à Valence.

.

Fut rappelé à nos mémoires le fait qu’en 1985 François Mitterrand avait réuni les penseurs les plus célèbres de France pour avoir leur avis sur l’avenir du nucléaire, qu’il a par ailleurs tous congédiés quand leur réponse fut unanime : les accidents étaient inévitables…

.

Les événements du Japon ont quelque peu secoué les maires de certaines villes de France comme le maire de La Hague, très impressionné par le paysage de Fukushima, très identique à la région de la Hague … Cela lui a fait prendre conscience du danger !

.

La Hague était justement le lieu de villégiature de Boris Vian, dont les chansons Le Déserteur et La java des bombes atomiques, publiée en 1955 dans le Canard Enchaîné vont être reprises durant la manifestation – et c’est également dans son cimetière que dort Jacques Prévert pour l’éternité …

.
A Montélimar, un arrêt particulier avec la chaîne contre le nucléaire militaire est prévu, avec une pièce de théâtre.

.

Chaîne humaine antinucléaire à Valence le 27 novembre 2011 - DR

.

Comme l’a dit le représentant d’ATTAC, pour expliquer la présence et le soutien de son organisation dans la chaîne : « le nucléaire implique un certain type de société, centralisée et policée, voire policière « …

.
Nos amis japonais * seront aussi présents dimanche 11 mars, ainsi que des personnalités comme Stéphane Hessel, lors de la conférence de presse de midi.

.

L’événement fédère ! Tous sont invités, piétons, handicapés, cyclistes !

.

* Des intellectuels se mobilisent au Japon comme l’écrivain Kenzaburo Oé, avec la pétition  » Action des 10 millions de citoyens pour dire adieu au nucléaire  » (déjà près de 4 millions de signatures !)

.

Un mardi au soleil avec Corinne Lepage

Les adhérents des JNE étaient conviés le 21 février dernier à un petit déjeuner avec Corinne Lepage organisé par l’AJE (Association des journalistes de l’environnement).

.

 

par Florence Faucompré

.

Corinne Lepage - photo Florence Faucompré

Une rencontre à l’hôtel Solar (à l’énergie solaire) rue Boulard dans le 14e arrondissement de Paris, un programme nommé Soleil (Solution Energie Investissement Long terme) et un sourire solaire, voilà de quoi nous ranimer !

.

Juriste (thèse sur la vie sociale), forte de trente cinq ans d’expérience sur le terrain, avocate, Corinne Lepage est réaliste et optimiste à la fois. Elle sait que les solutions existent, elle les a vues. Le problème consiste à leur donner vie, et le pouvoir en place ne l’entend pas de cette oreille.

.

Son programme : « Des énergies nouvelles pour la France » avec en sous-titre : « La solution, c’est vous »… élabore en soixante neuf points une stratégie de changement total bien pensé.

.
Comme le dit Corinne Lepage lors de notre entrevue : «  je suis mariée jusqu’à la mort avec l’environnement ! ». Elle ne parle pas de crise, mais d’adaptation à un monde nouveau. Il est donc nécessaire de trouver un modèle nouveau de développement économique.

.

Citons quelques points : les droits des clients des banques renforcé, les jeunes agriculteurs soutenus dans leur installation, le développement du télétravail, l’encouragement à l’innovation, etc.

.

La « troisième révolution industrielle » est en marche. Au milieu du livret, le titre : « L’humain d’abord »« L’humain d’abord », une bannière pour rallier tous les citoyens ? Non pas. J’eusse préféré un autre titre : « Le vivant d’abord », qui englobe, lui, la terre, les plantes, les animaux et les humains tous sur le même plan. L’humain est si proche de l’humus….

.

Mais le biocentrisme n’a pas la cote, c’est l’anthropocentrisme qui domine chez nos politiciens – ils semblent ignorer que des millions de Français se préoccupent du sort des animaux.

.

J’ai pu lui demander à part, sa position par rapport au projet de Revenu minimum universel, projet de loi de Christine Boutin, auquel Dominique de Villepin avait adhéré, et que plus de 100 000 Allemands sont en train de défendre actuellement. Elle m’a répondu : « intellectuellement je suis pour, mais je ne vois pas comment y parvenir … »

.

Le site de Corinne Lepage : www.corinnelepage.fr

.

Sur ce petit déjeuner avec Corinne Lepage, voir aussi l’article de Dominique Martin Ferrari.

Corinne Lepage, l’alouette démocratique

Devant l’Association des journalistes environnement (AJE), Corinne Lepage était ce matin 21 février « sur le gril » pendant deux heures, brillante, avec force propositions. Un programme sans doute trop complexe pour le temps accordé aux petits candidats.

.

par Dominique Martin Ferrari *

.

Corinne Lepage - photo Florence Faucompré

Toujours de bleu vêtue, la candidate est arrivée avec son fidèle Directeur de cabinet François Damerval.

.

Selon la règle rappelée par Valery Laramée, président de l’AJE, elle avait cinq minutes pour se présenter : « qui êtes-vous, d’où venez-vous, où allez-vous ? ». Ce à quoi elle a d’abord répondu par une boutade : « je suis chez moi, je viens de chez moi et je retourne chez moi ».
.

A suivi un long historique de son engagement et de ses actions, un bilan qui réaffirme résolument « son engagement dans l’environnement et contre la corruption ».

.

Quelle différence alors avec Eva Joly ? 

Son programme est novateur. Autant le programme égréné par Eva Joly suit pas à pas la bible verte des années passées, autant le programme de Corinne Lepage, très politique (même si certains regrettent qu’il ne soit pas plus environnemental), écrit des solutions pour le monde de demain : « Je suis pragmatique, la seule chose qui m’intéresse c’est l’efficacité. Nous avons eu raison trop tôt et nous n’avons pas su donner envie. Je partage cette responsabilité politique…. Nous sommes dans un changement de monde. Nous ne somme plus dans un monde à aménager, mais dans un monde nouveau. La question est : comment s’y adapter ? Qu’est ce qu’on propose pour que cela marche ? » Et reprenant à son compte le questionnement de Jeremy Rifkin « comment entrons-nous dans la 3e révolution industrielle ? Comment passons nous à la société post-pétrolière et post-nucléaire ? Comment on la finance ? Comment prévient-on les dégâts ? »
.

Quel programme ?

Il tient en 70 propositions. « Il y aurait pu y en avoir 90, mais il fallait faire des choix ». L’international par exemple a la part très maigre : « les Français s’en moquent » (ndlr : sauf quand les lois du FMI, de la Banque mondiale et des agences de notation leur tombent dessus !).

Voir ici les soixante dix propositions, en particulier le projet SOLEIL

avec un corrigendum

Le chiffrage est ici.

.

Ce programme n’est pas un inventaire à la Prévert, mais une suite de moyens pour arriver à changer les choses sans toucher à la justice sociale :

-  Comment imposer les énergies renouvelables ?

Comment s’attaquer à la dette en verdissant la comptabilité ?

- Comment s’obliger à repenser la loi plutôt que de faire du raccommodage de l’existant ? « Toute loi votée doit aller de pair avec deux lois supprimées ».

- Comment engager la responsabilité des ordonnateurs et pas seulement celle des comptables ?

- Comment diminuer les dépenses ?  « En analysant grâce au rapport de la cour des comptes le zéro efficacité, en supprimant les doublons (Etat, région, département). Mais pas selon la règle de la suppression d’un fonctionnaire sur deux, sur la base de l’inutilité et du renforcement des zones fragiles : éducation, santé, justice.. » 

– Comment faire les bons choix de recherche et développement, en y associant le tissus PME et en focalisant sur l’entreprenariat. Valoriser de plus en plus l’économie circulaire comme le suggère le plan REDUCE européen. En matière de santé, « mettre l’enfant au début du système ».

.
 Comment parvenir à ce beau programme ?

En changeant les rapports de force :

Renforcement du pouvoir associatif ; protection des lanceurs d’alerte ; renforcement du pouvoir économique pour les secteurs que nous voulons développer ; modification du droit des consommateurs avec mise en place de la class action ; changer le droit des clients par rapport aux banques. Mettre en place le Conseil des Générations Futures à la place du CESE et pour les grands dossiers passer par une série de referendums. « Ce sont des leviers qui existent sur le terrain, qu’il faut faire fonctionner. Il faut par exemple mieux utiliser la justice. Mon programme, c’est une succession de leviers. »
.

Avec qui ?

« J’apprécie le fonctionnement du PE (Parlement européen) au consensus. Dans mon groupe, au centre, je suis très libre. Bien sûr il y a le cheval libéral, mais je suis l’alouette démocratique et je vote avec les Verts ou les socialistes européens sans que personne ne s’en froisse. Une telle liberté n’existe pas au Parlement français ». Tout en reconnaissant également, que le système parlementaire européen est à consolider, « on vote sur les boutons de guêtre, on est en action de législation constante, sans prise sur le grand débat et sans droit d’initiative ».
.

Dans la campagne ?  « L’intérêt de mon positionnement ? je suis écolo, femme du centre, je n’enlève aucune voix à Eva Joly : je suis là où elle n’est pas, j’ajoute des voix à l’écologie. J’aimerais que nous retrouvions l’élan donné par Daniel Cohn-Bendit, mettre l’écologie au centre de l’échiquier… Le paysage politique français fait que je ne peux pas soutenir la droite, c’est mon seul choix possible. »

.

* Membre des JNE et de l’AJE

.

Cet article est également publié sur le site de l’AJE.

.C

Sur ce petit déjeuner avec Corinne Lepage, voir aussi ici l’article de Florence Faucompré.

.