Get Adobe Flash player

Catégorie ‘Dossier Eau’


Barrage de Sivens, une zone déboisée en toute illégalité

Depuis début septembre, le climat est particulièrement tendu sur le terrain de la forêt de Sivens, dans le Tarn. Une dizaine d’hectares environ de forêt protégée a été déboisée en toute illégalité, alors que les experts nommés par le ministère de l’Environnement doivent auditionner les associations de défense (Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet, Confédération Paysanne et FNE). Ben Lefetey, porte-parole du Collectif Testet, répond à nos questions.

 

Propos recueillis par Myriam Goldminc

 

040914-collectif-testet-deni-de-democratie-3

Photo Collectif Testet

 

Les opérations de déboisement s’intensifient et vous affirmez que cela se fait dans la plus parfaite illégalité. Pouvez-vous nous expliquer en quoi cela est illégal ?

Chaque jour, un ou deux hectares disparaissent. Depuis le 1er septembre 2014, date de commencement des défrichements, la Compagnie d’aménagement des coteaux de Gascogne (CACG) procède à la destruction d’espaces boisés pour la construction du barrage de Sivens en parfaite illégalité. Car contrairement aux allégations de Thierry Carcenac, Président du Conseil Général du Tarn, toutes les procédures n’ont manifestement pas été respectées. Nous avons fait constater par huissier de justice, en mairie de Lisle-sur Tarn, ainsi qu’en préfecture l’absence de tout arrêté autorisant la CCAG à réaliser ces défrichements

 

Quelle est votre stratégie face à ce déploiement de force ?

 

Sur le terrain, les forces de l’ordre sont omniprésentes. On se trouve face à un déploiement de force militaire impressionnant avec gaz lacrymogènes et flash balls. Environ 150 à 200 gardes mobiles sont sur place.

 

Il reste encore un campement sur place, mais hier 10 septembre 2014, un chapiteau a été évacué sans mandat avec le propriétaire qui était sur le toit et des gens attachés sur les arbres ont été violemment expulsés.

 

Aujourd’hui jeudi 11 septembre, vous allez être reçus par les experts nommés par la ministre. Une première victoire ?

 

Nous demandions cette expertise indépendante depuis un an, mais nous ne verrons pas les experts si ce déboisement illégal continue. Il est hors de question que des discussions aient lieu avec les experts chargés d’évaluer le projet de barrage et notamment son impact environnemental pendant que des machines, en toute illégalité, pilent et broient des espèces protégées et saccagent la zone humide qui les héberge.

 

Désormais, vous placez votre bataille sur un plan juridique ?

 

Nos associations portent plainte contre la CACG pour le délit de défrichement sans autorisation et pour la contravention de défaut d’affichage.

 

Vendredi matin 12 septembre, le tribunal administratif de Toulouse doit se prononcer en audience sur la dérogation préfectorale de destruction d’ espaces protégées que sont les zones humides.

 

Nous avons aussi l’intention de porter plainte devant le Procureur de la République d’Albi afin de faire renvoyer la CACG devant le Tribunal correctionnel et obtenir réparation du préjudice subi en totale violation des règles protectrices prévues par le code forestier.

 

Lundi 15 septembre 2014, le Tribunal se prononcera sur notre demande de suspension de l’arrêté qui autorise la destruction des espèces protégées.

 

Un dialogue est-il encore possible ?

 

Nous ne pouvons que réaffirmer notre demande d’arrêt immédiat des travaux pour ramener le calme sur la zone jusqu’à ce que la justice se prononce sur toutes les illégalités que nous dénonçons.

 

La semaine dernière, nous étions 1200 personnes rassemblées pour défendre cette zone humide. Les gens sont impliqués dans leur territoire et la plupart nous rejoignent dans notre demande de dialogue et de moratoire.

 

Le dimanche 14 septembre, nous appelons à un nouveau rassemblement pour une opération de reboisement symbolique des zones sinistrées.

 

Food waste – mortgaging our water future. Comment le gaspillage alimentaire met en péril nos ressources en eau

Voici un article en anglais de Jan Lundqvist, directeur du Stockholm Water Institute (SIWI), qui a été publié le 29 août 2012 dans le National Geographic à l’occasion de la Semaine mondiale de l’eau qui se tient actuellement à Stockholm. La publication de cet article est couplée avec la diffusion sur internet d’un film, Taste the Waste of Water (goûtez le gaspillage de l’eau), réalisé par Valentin Thurn, co-fondateur avec Nicole Lauroy (présidente d’honneur des JNE) de la FIJE (Fédération internationale des journalistes de l’environnement).

 

 

par Jan Lundqvist

.

No child to bed hungry

At the first World Food Conference, in Rome in 1974, Mr. Henry Kissinger made a laudable pledge, “In ten years’ time no child will go to bed hungry”. There was reason for optimism. For years, global food production increased faster than rate of population growth. The number of people suffering from undernourishment was gradually pushed back. Widespread use of high yielding varieties of seeds, massive investments in irrigation and other arrangements for increased production contributed to tangible returns for farmers as well as for consumers. For about two decades, the green revolution meant a boost to food security and livelihoods for hundreds of millions. Still, by the mid-1990s more than half a billion was reported as undernourished. From then on, the number of people going to bed hungry started to increase, again.

.

Big surplus of food

Paradoxically, statistical information continued to show positive figures on food production and the amounts of food available on the market. Awesome figures on increasing numbers of people who are food insecure are related to poverty. Most of the bottom one billion has limited access to the food produced. For lack of money and bargaining power, they also lack access to other basic goods and services e.g. water.

.

This deplorable situation is remarkable in view of the fact that an estimated 1.3 billion tons of food produced is lost and wasted, corresponding to about 170 – 180 kilos per capita, year or about a third of what is produced. Overeating provides an equally uncomfortable comparison; 1.5 billion people over age 20 are overweight and obese.

.

But we are not just talking about food. We are talking about THE major use of water and especially the misuse of it. On average, it takes a liter of water for each kilocalorie raised. The daily diet of a poor person, which may be in the order of 1,800 to 2,000 kcal, costs in the order of one or two tons of water, while the amount of food that the rich people demand could take five tons and more. It’s thus not just about wasting food that people need, it’s about alleviating the shortage of water and make more worthwhile uses of a limited and highly variable resource possible.

.

High and multiple costs for limited gain

There is thus no shortage of food but rather a surplus. Naturally, it is essential to produce enough of food for a growing and increasingly wealthy population. But if a large chunk of the produce is lost, spoiled, discarded or in other ways misused, it makes sense to broaden the perspective and identify strategies that link production and sustainable diets for a growing population.

.

Purely in economic terms, the value of losses and waste is estimated at about £160 billion ($250 billion or 200 billion Euros). What company with an ambition to stay in business could accept production losses of the order of one third? It is simply not sensible to throw away every third or fourth item of products that have required so much effort and resources to produce. Why should consumers and decision makers accept it? While poor households spend a significant part of their disposable income on food, expenditure on food in rich countries is currently in the order of 10 – 15 % of the household budget. But spending in shops is only one of the budget items. We also pay through our tax bills. Out of the EU’s total budget of slightly less than 150 billion Euros (~ £118 billion or $187 billion) about 40 % is used for agricultural policy. Subsidies tend to stimulate production irrespective of regional and global food security considerations. It is mindboggling that a conservative estimate of the economic value of the global food waste is higher than EU’s total budget and almost double the total global development assistance.

.

Although the economic figures are staggering, the unnecessary high toll on natural resources and environmental implications are more worrisome. All food produced has consumed water, occupied land, contributed to greenhouse gas emissions and had other environmental impacts. These are real costs that may soon prove to be unacceptable since they erode the prospects for a sound and livable future for a large part of the world’s burgeoning population.

.

A multiple win option at reasonable cost

It’s time for a novel and much more pragmatic approach. What if we focused on what can be achieved, NOT ONLY by producing and supplying more but by making better use of what is available? If losses and waste of food are reduced by half, the water savings only from irrigation would be in the order of 700 cubic kilometers globally. That is equivalent to ten times the flow of Nile water into Lake Nasser or the total amount of water used by the industrial sector globally. This precious water could be better used to support aquatic and other environmental functions and also used to satisfy other urgent needs in society. True, reduction of losses will require investments in transport, storage and improved market access, especially for small producers in poorer countries. But to not invest is also costly. The difficulties for farmers in poor areas in moving their produce to more distant markets due to a lack of safe storage and transport facilities are particularly detrimental and imply missed opportunities when they produce bumper harvests. Temporary surplus will often be lost due to pests, mold and other vagaries of nature. For the small producer to bring the surplus from a benign year to the local market only means price collapse.

.

The challenge is quite different in the rich parts of the world where waste at the end of the supply chain is a relatively bigger problem. Consumers play a major role in this regard but blame cannot be put on one party but rather on the interplay between farmers, consumers and food industry, retailers, restaurants and other food outlets. In the end, the burdens of the misuse of resources and the food produced are carried by the public. And we are all consumers.

.

Go ahead with good old pledges !

The level of global food waste and the associated consequences have reached absurd proportions. It is time to renew good old pledges. When the Agricultural Organization of the United Nations was established in 1945, it had reduction of food losses within its mandate. At the first World Food Conference, in 1974, reduction of post-harvest losses by 15 % was suggested and it was agreed to bring about a 50 % reduction by 1985. For various reasons the pledges have been silently disregarded and ignored.

.

Future starts now!

The good news is that several important actors are currently lining up in efforts to promote a resource saving society together with proper nourishment for a growing world population.

.

Recent initiatives are promising. In January 2012, a resolution was passed in the EU Parliament calling upon the EU members to halve food waste by 2025 and to take measures that would prevent the generation of such waste, for instance, through the reform of date labeling. Corporate sector initiatives are welcome.

.

Reducing losses and waste of food, and thus water and other resources, requires joint and coordinated actions across the supply chain, from producers to the beneficial use of the produce and in dialogue with policy makers. The future of our children and grandchildren will be different to the past and contemporary situation. In a generation, some nine billion people will be living in a world with immense opportunities but also in a world where natural resource constraints and environmental dynamics more and more affect individuals and society. One of the most tangible consequences of global warming is that the availability of water will be increasingly variable while also demand for it will increase. A prodigious waste of food is simply not a sensible option in a desirable future.

.

Journée de l’eau : le steak en question

A l’occasion de la journée mondiale de l’eau, le jeudi 22 mars dernier, des militants associatifs ont mené une action spectaculaire pour montrer que notre surconsommation de viande entraîne un formidable gaspillage d’eau.

.

Par Florence Faucompré

.

Action au Trocadéro à l'occasion de la Journée mondiale de l'eau, 22/03/12 - Photo Florence Faucompré

 

A cette occasion, les associations L214 et Viande info ont réalisé à midi un dessin concret place du Trocadéro à Paris avec des bouteilles d’eau Celtic afin que nous ayons bien à l’esprit les 1500 litres d’eau nécessaires pour obtenir … un seul steak !

.
C’est suggestif !

.

 

 

 

 

 

Action au Trocadéro à l'occasion de la Journée mondiale de l'eau, 22/03/12 - Photo Florence Faucompré

 

Les enfants n’ont pas manqué de s’intéresser de près.

.

N’oublions pas qu’un Français consomme 1786 m3 d’eau par an, dont 36 % pour la viande …

.

Les militants ont distribué les dépliants du « lundi sans viande » avec recettes végétariennes alléchantes.

.

 

 

 

 

 

 

Les enjeux de l’eau dans le monde en quatre dessins

Voici quatre illustrations sur les enjeux du gaspillage et la mauvaise répartition de l’eau potable dans le monde, signées Cerise Ben Sahraoui.
Cliquez sur les images pour les voir en grand.


;;;;;;;;;;;;

;;;;;;;;;;;;

Emergents et inquiétants … Voici les nouveaux polluants de l’eau

Dans la catégorie des polluants de l’eau, il existe des outsiders, ces petits nouveaux avec qui il va désormais falloir compter, même si trop de monde prétend ne pas les avoir vus venir ! Qui sont-ils ? D’où viennent-ils ? Que cachent-ils ? Trois questions basiques pour une équation encore sans solution… à moins, pourquoi pas, de prendre le problème à l’envers.

.

 par Odile Alléguède

.

Nouveaux risques, vieux dangers

Photo DR

Agences de l’Eau en cote d’alerte maximale, associations et experts de l’Environnement déjà débordés par la montée des risques, méditent, désabusés, sur les objectifs, irréalistes dans la situation actuelle, du 9ème programme de l’Eau (2007-2012).

.

Urgence installée dans le nouveau règlement européen Reach (acronyme anglais pour enregistrement, évaluation et autorisation des substances chimiques), actif au 1er juin 2007 sur 11 ans, destiné à évaluer le danger de 30 000 substances fabriquées ou importées dans l’Union européenne et utilisées à raison d’une tonne par an, minimum.

.

Pourquoi cette barre ? Qui, sans aucun repère d’expérience ou de science, a décrété que ce seuil garantissait un risque réel de nocivité ? A 999 kg, visiblement, nature et population ne sont pas en danger … les juteux bénéfices des industriels, non plus !

.

C’est dans ce contexte et, compte tenu du lobbying agrochimique européen, que ce projet Reach est loin de faire l’unanimité, dans les deux sens d’ailleurs.

.

Adopté le 30 novembre 2006 par le Parlement européen et le Conseil à l’issue d’un compromis ayant soulevé le tollé général des associations de protection de l’environnement, il semble donc finalement n’être pour beaucoup, côté jardin ou côté cour, qu’une pirouette diplomatique de plus !

.

La pollution aquatique a changé de visage. Scientifiques et spécialistes s’inquiètent soudain de la voir s’avancer masquée. Pourtant, ces soi-disant nouveaux polluants, de leur nom complet : émergents à toxicité différée, ne sont ni jeunes, ni nouveaux !

.

Il s’agit, pour la plupart, des effets (substances et/ou conséquences) résiduels différés de la kyrielle de substances chimiques généreusement répandues dans les sols, les eaux de surface et souterraines, depuis des décennies.

.

Suivant les sources, le plus grand flottement règne dans la classification des « micropolluants ». Une très large fourchette, de 100 à 1 000 substances, englobe cette terminologie sur les 100 000 couramment utilisées dans l’industrie, l’agriculture et les divers usages domestiques.

.

De toute façon, aucune législation n’existe à ce propos et le flou scientifique se promène donc tranquillement dans le désert juridique.

.

Emballages plastiques, isolants, solvants, parfums, cosmétiques, lubrifiants, fluides hydrauliques et électriques, pesticides, herbicides, produits de traitement du bois et de combustion, adhésifs, cires, détergents, médicaments, etc. ont été aveuglément et abondamment employés par notre société ayant fait de l’Industrie chimique une divinité pantocratique.

.

Et on ose s’étonner d’avoir fait déborder le pot de chambre de mère Nature ?

.

Il existe de nombreuses familles de polluants. Parmi eux, les plus préoccupants car relativement insaisissables en l’état actuel des outils de détection et de prévention, sont les perturbateurs endocriniens, les substances médicamenteuses, les toxines algales (comme les cyanobactéries) et les agents infectieux transmissibles non conventionnels (tel le prion).

.

Cet article n’en abordera que quelques uns, notamment ceux issus des nanotechnologies, avérés spécifiquement pervers dans leurs impacts nocifs.

.

L’homme est en train de passer du confortable « je ne vois rien, donc il n’y a rien » aux crues réalités du « toute action engendre une réaction proportionnelle ».

.

Pierre Toulhoat, directeur scientifique du BERPC (Bureau d’évaluation des risques des produits et agents chimiques), résume ce changement de paradigme avec des mots dignes du « principe de précaution », nouvelle valeur à la mode :

« …l’innovation technologique, en repoussant les limites de la science et des connaissances, conduit à remettre en cause sans cesse notre capacité à détecter et prendre en charge les risques qui résulteraient de nouveaux procédés, filières, ou encore de l’exposition à de nouvelles substances. Parfois, la prise de conscience des risques apparaît trop tard, induisant des conséquences dommageables pour la santé et l’environnement. En lien avec le principe de précaution, est apparue l’idée suivante : avant de commercialiser à grande échelle des nouveaux produits et de nouvelles technologies, leur promoteur devra démontrer au préalable que les risques engendrés sont évalués et maîtrisables…. »

.

Une leçon qui va – peut-être – apprendre à l’homme ses devoirs !?

.

Poisons « homéopathiques » ou secrets de la bioaccumulation

« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » Lavoisier

.

Rivière polluée - photo DR

La caractéristique de ces polluants « à toxicité différée » est schématiquement triple :

- impact à long terme sur la santé (maladies dégénératives, notamment) de par une action délétère, même à très faibles doses ;

- extraordinaire persistance dans un milieu donné, doublée d’un phénomène ambigu :

- la bioaccumulation, capacité fantastique du Vivant à additionner molécules et effets.

.

Claire Riou, ingénieur d’études à l’agence de l’eau Rhin-Meuse, connaît très bien ce phénomène de la bioaccumulation et ses conséquences sur l’écosystème. A travers des exemples précis, elle facilite la perception de ce fait, méconnu jusqu’alors :

« … (les pesticides) peuvent s’accumuler sur une longue durée dans les organismes vivants, eux-mêmes contaminés par leur milieu de vie (biotope) ou leur nourriture. Pour illustrer mon propos, on a trouvé dans les grands lacs américains (Erié, Ontario), dans les poissons carnassiers comme l’omble, des concentrations de DDT, 4 millions de fois supérieures à celle du produit mesuré dans l’eau ! Chez les animaux, les produits s’accumulent dans les graisses. Cette toxicité chronique a des effets qui sont différés dans le temps. Autre exemple, la concentration d’une substance bioaccumulable est multipliée par 1 000 entre le plancton et le cormoran… ».

.

Les chiffres uniquement français sont déjà impressionnants : 100 000 tonnes de pesticides répandus chaque année, depuis au moins 10 ans !

.

Pour mieux permettre la visualisation de qu’est la bioaccumulation et du retour de bâton inévitable que l’homme s’est préparé, dans sa grande sagesse ( !), Claire Riou cite le cas du pesticide atrazine, interdit en 2003.

« … Ce produit (…) est toujours en tête des molécules trouvées dans les eaux en surface et aussi les eaux souterraines. En Alsace et en Lorraine, la moitié des points de surveillance présente des teneurs en atrazine. Ceci illustre bien que des molécules puissent rester longtemps dans l’environnement bien qu’elles ne soient plus utilisées… »

.

De plus, elle ose aborder l’aspect économiquement et médicalement sensible des dommages collatéraux car les poissons sont pêchés … et mangés par l’homme. D’ailleurs, ne soyons pas aussi réducteurs, toute la nourriture humaine (plantes comprises) est ipso facto concernée car potentiellement contaminée par ces invisibles effets résiduels. Claire Riou précise :

« …les molécules résiduelles qui ne se dégradent pas et qui s’accumulent comme on vient de le voir peuvent avoir des effets indésirables ou des actions imprévues sur les organismes vivants comme la perturbation du comportement, du système hormonal, du métabolisme énergétique avec apparition de cancers, malformations congénitales, maladie de Parkinson… ».

.

La Nature, dans son entièreté, est un formidable laboratoire de création et de synthèse. La bioaccumulation du Vivant, constatée un peu partout aujourd’hui dans le monde, est le premier pas collectif vers une reconnaissance scientifique du flot d’interactions indécelables et imprévisibles se produisant à chaque instant au sein de ce creuset naturel que sont les eaux, la terre, l’atmosphère, etc.

.

Beaucoup d’informations sont, à ce sujet dans la majorité des médias, soit passées sous silence, soit déviées.

.

Par exemple, avez-vous entendu parler du scandale du Nemagon, un pesticide mis au point aux USA dans les années 50, interdit dans ce pays en 1979, et qui continua pourtant très longtemps à être utilisé, ailleurs dans le monde, dans l’industrie bananière et sucrière ?

.

Il a contaminé des milliers de personnes, du Honduras aux Philippines, en passant par l’Afrique, faisant entre autre de la région de Chinandega (Nicaragua) une championne funèbre de cancers utérins (30 fois plus que la moyenne du pays).

.

Ici, en France, la Mutualité sociale agricole a récemment (fin 2004) levé la chape de silence maintenue sur ces agriculteurs victimes de leur obsession du rendement et d’un endoctrinement aveugle à utiliser massivement les pesticides. Il existe d’ailleurs, en réaction à ces faits, une association d’agriculteurs reconnus malades par exposition prolongée à ces produits.

.

Rien d’étonnant, là encore, lorsque l’on sait que la France caracole à la 3e place de la consommation mondiale de pesticides, emportant fièrement le « bidon d’or » du 1er consommateur européen (30 % des quantités totales) !

.

Il ne s’agit pas d’affoler – ce qui, a contrario, est le fond de commerce de certains médias – mais d’informer, sources à l’appui. La connaissance est un outil de sélection, donc de décision. La peur, elle, est une arme …

.

Soigner ou détruire ?

« Tout remède est un poison, aucun n’en est exempt, tout est question de dosage » Paracelse

.

photo DR

La dose, voici un des grands secrets de sagesse de la vie, sous toutes ses formes.

.

Ce qui soigne peut aussi tuer, Claire Riou le souligne à son niveau d’observation :

« …Des traces d’antibiotiques, d’analgésiques… sont trouvées dans les eaux souterraines. Des études sont en cours dans le bassin Rhin-Meuse sur les impacts des antibiotiques sur les milieux, 50 tonnes consommés en 2004 !… ».

.

L’arsenal chimique médicamenteux est une véritable bombe à retardement pour l’écosystème naturel et, ironiquement, notre propre santé.

.

La folie pharmaceutique ne se contente pas de transformer, dans de trop nombreux cas, l’organisme humain en accros aux médocs, véritable poubelle ambulante, elle inocule aussi ses innombrables molécules dans tout notre environnement, des eaux aux sols. Toute la chaîne est concernée, depuis les rejets des laboratoires, ceux des hôpitaux, jusqu’aux particuliers.

.

Hypocholestérolémiants, antiépileptiques ou encore produits de contraste utilisés en radiologie : voici seulement quelques substances retrouvées dans les eaux usées des hôpitaux, mais aussi des foyers. Sans oublier celles destinées aux animaux (les antibiotiques, etc.) également rejetées dans l’eau après épandage des médicaments dans les étables ou via urines et fèces.

.

Le contre-argument type est de se retrancher derrière la faiblesse des doses mesurées dans les eaux de surface, par exemple quelques nanogrammes (milliardièmes de grammes) par litre. Or, déjà spécieux et hypocrite, cet argument s’avère aujourd’hui perdre toute crédibilité scientifique devant les dernières analyses du principe de bioaccumulation qui donne raison aux défenseurs des préceptes homéopathiques.

.

La répétition l’emporte sur la dose.

Pire encore, plus la dose est infime, mieux la Nature sait l’assimiler…. et la garder !

.

En fin de compte, beaucoup de valeurs vont devoir être inversées. L’équation devra s’étudier à l’envers … du consensus actuel, pour commencer.

.

Que signifie mesurer quand on ne sait pas ce qu’on cherche ?

.

Comment quantifier une « dose à risque » lorsqu’on ignore où situer l’échelle du danger ?

.

Les chercheurs appréhendent à peine le fait que « l’infiniment petit » est un autre monde où règnent d’autres lois de la Vie …

.

Nanopolluants, d’autres lois … d’autres risques ?

photo DR

« … Les nanosciences apparaissent innombrables et certains n’hésitent pas à parler de révolution technologique du XXIe siècle. Des retombées sont attendues dans les domaines de la santé – diagnostics et thérapies à l’échelle moléculaire –, de l’environnement – miniaturisation de systèmes producteurs d’énergie –, et des technologies de l’information – augmentation phénoménale des capacités de calcul des ordinateurs. Mais ces espoirs ont été tempérés, depuis trois ans, par des interrogations sur les risques que ces matériaux pourraient engendrer pour la société et pour la santé humaine en l’absence d’investigations et de réglementations appropriées à leurs caractéristiques… »

.

Ainsi peut-on lire ce passage significatif dans un bulletin de l’Ineris, branche du BERPC (voir sources documentaires).

Une intéressante et récente analyse scientifique, faite par un groupe de chercheurs du CNRS d’Aix en Provence, porte sur les interactions possibles entre nanoparticules et Environnement. L’originalité du processus suivi est d’oser poser clairement le problème : évolution technologique ou … nouveaux polluants ?

Parmi les résultats publiés et consultables (voir les sources), les chercheurs déclarent :

« … nano-particules et tests de toxicité: contrôle des propriétés de surface et la stabilité des produits : les nanos ne sont pas des produits manipulables comme n’importe quel autre produit chimique(entre molécule et particule) … »

« …•Une particule nanométrique n’est pas par essence toxique

• Importance des effets Redox (stress oxydatif ?)

• Les molécules recouvrant les nanoparticules modifient drastiquement les propriétés

• Risque environnemental: biodégradation, dispersion…

• Effets à long terme et doses chroniques… »

.

Pour, finalement, souligner eux aussi les contradictions flagrantes de diverses études antérieures.

.

L’ambition et l’intérêt financier des grands trusts agrochimiques obéissent et imposent leurs lois propres.

.

Une discipline aussi jeune que la Nanoscience constitue encore une zone de redoutables incertitudes où les normes scientifiques courantes n’ont plus cours, laissant les coudées franches à une liberté d’inventions sans garde-fou et déjà organisées, en silence, pour conjuguer scientifique avec économique.

.

Il est probablement plus que temps de prendre conscience qu’imagination n’est pas forcément sœur de pollution et que l’homme est parfaitement capable de créer un monde où ce mot n’aurait plus de sens.

.

« On ne peut prédire l’avenir mais on peut imaginer des futurs » Dennis Gabor

.

Sources :

- BERPC – Bureau d’évaluation des risques des produits et agents chimiques Paris

- Ineris – Institut national de l’environnement industriel, bulletin du 08 novembre 2005

- Agence de l’Eau – Rhin – Meuse, journal trimestriel n° 92 février 2007

- La Insignia, journal indépendant d’Amérique du Sud, article décembre 2005, site web : http://www.lainsignia.org/

- Pesticides, révélations sur un scandale français, Fabrice Nicolino et François Veillerette, Fayard, mars 2007

- Dossier nano-particules, Docteur Jean Yves Bottero et Jérôme Rose, Cerege, CNRS, consultable au lien suivant :

http://www.cnrs.fr/edd/presentation/reuDU2007/Jerome%20ROSE.pdf

.

Cet article a été publié dans Effervesciences. Odile Alléguède collabore au blog Le mot et la chose.

.

L’eau n’est pas une marchandise

Communiqué

Les journées « Eau, planète et peuples » organisées, les 9 et 10 mars à l’hôtel de région à Marseille, par France Libertés – Fondation Danielle Mitterrand et le CRID en partenariat avec la Coalition Eau et l’Effet Papillon,  ont réuni près de 300 représentants de la société civile venus des 5 continents pour représenter leurs organisations et réseaux continentaux afin de proposer des solutions pour l’eau avant l’ouverture du Forum Mondial de l’Eau. 

Vendredi matin, Michel Vauzelle ouvrait ces 2 journées à l’Hôtel de Région Provences-Alpes Côte d’Azur en déclarant  » Nous sommes ici pour défendre la cause des peuples face à l’argent roi. L’eau n’a pas de prix, ce n’est pas une marchandise, elle doit rester un bien commun ». 

Issue des travaux des militants, experts, syndicats, chercheurs et universitaires de tous les continents, une déclaration finale est publiée en contrepoint à la déclaration officielle du Forum Mondial de l’Eau.

Contact presse:
Sophie Nunziati, 06 07 12 12 77, snunziati@agenceverte.com

 

 

L’eau n’est pas une marchandise, c’est le bien commun de l’Humanité et du Vivant

 

Peuples de tous pays, nous sommes tous constitués d’eau et dépendant d’elle. Afin de garantir la vie, la dignité humaine, l’évolution de nos civilisations et maintenir l’équilibre précaire des écosystèmes pour les générations futures, nous voulons prendre la responsabilité collective de cet élément naturel, unique, limité et fragile, premier symbole de la vie sur terre.

 

Réunis à Marseille les 9 et 10 mars 2012 dans le cadre du Forum Alternatif Mondial de l’Eau, lors des Journées citoyennes « Eau, planète et peuples », nous avons mis en commun nos savoirs et nos expériences, nos inquiétudes et nos espoirs, nos propositions et nos luttes, pour faire de l’eau, bien commun vital et non marchand un enjeu prioritaire pour toutes et tous.

 

L’eau est un droit pour les peuples

 

Le droit à l’eau potable et l’assainissement pour toutes et tous a été reconnu comme un droit humain par la résolution de l’assemblée générale des nations unies le 28 juillet 2010 mais il n’est ni connu ni effectif. Pour qu’il le devienne et qu’il soit accompagné de l’harmonisation des règles nationales et internationales nécessaire à son application universelle, l’eau ne peut pas être l’affaire des seules autorités politiques, techniques, financières : chaque femme et chaque homme, quelque soit ses responsabilités, doit participer aux décisions, contribuer à la protection et à l’accès juste pour tous à l’eau, bien commun du vivant.

 

De tous temps, les peuples se sont appuyés sur leurs traditions pour garantir à tous d’avoir accès à l’eau douce et ont développé une riche diversité de modes de vie. Malheureusement, nous subissons une crise globale qui pour l’eau est caractérisée par la convergence d’une pression sur les écosystèmes du fait d’un modèle de développement polluant et insoutenable qui a brisé les cycles hydriques naturels et du fait de l’accroissement des inégalités, d’une urbanisation subie et d’une très grande pauvreté.

 

Des acteurs du modèle de développement actuel incluant les institutions financières internationales et les entreprises transnationales surexploitent, surconsomment et polluent l’eau : pratiques productivistes économiques, industrielles ou agricoles, mégaprojets hydroélectriques, exploration et exploitation des gisements de tous les minerais ou des ressources fossiles, accaparements des terres.

 

Alors que nous commémorons le triste anniversaire de l’accident de Fukushima, l’industrie nucléaire démontre le risque majeur qu’elle représente de pollution radioactive de l’eau et en particulier dans ce cas des écosystèmes marins. Il est impossible d’en évaluer les conséquences à long terme.

 

Malheureusement, les institutions internationales et certains Etats cherchent à uniformiser les solutions au profit d’un modèle de développement qu’elles veulent unique et incontournable. La volonté et l’engagement politique sont beaucoup trop faible pour promouvoir les investissements publics nécessaires pour espérer changer la donne, atteindre et dépasser tous les objectifs fixés alors que nous approchons du sommet des peuples de RIO +20.

 

Nous constatons un déficit majeur d’organisation participative, transparente et démocratique globale pour l’eau. Ce déficit est doublé d’une absence de contrôle et de réglementation de son utilisation par manque de moyens ou de volonté politique. Trop d’acteurs d’un service public qui doit être accessible à tous, abandonnent leurs prérogatives et leurs responsabilités essentielles en livrant l’eau au marché de tous secteurs d’activités. Des financiers spéculent sur le bien commun, dégageant des profits indus, allant parfois jusqu’à corrompre les acteurs impliqués. La recherche de ce profit imposée par le modèle capitaliste de marché mondialisé interdit le droit effectif et universel à l’eau pour tous, notamment pour les populations les plus pauvres et dans les régions les plus isolées.

 

Nous devons imaginer de nouveaux modèles de sociétés protecteurs de l’eau bien commun et respectueux des équilibres de la nature faisant la promotion de solutions soutenables et innovantes alliant connaissances anciennes préservées et techniques modernes. La protection et la régénération de l’eau et de la nature pour les générations futures exigent la prise en compte de l’intérêt général et du temps long.

 

Principes :

 

Nous affirmons que l’eau n’est pas une marchandise. De nombreux peuples sur la terre la reconnaissent comme sacrée. C’est un bien commun du vivant !

 

Nous affirmons le droit à l’eau et à l’assainissement pour tous comme un droit humain fondamental. Chaque Etat porte la responsabilité de garantir l’application de ce droit sur son territoire en toute transparence en lien avec les territoires transfrontaliers.

 

Nous affirmons que l’information, la participation effective des peuples et des citoyen-ne-s et la consultation publique contraignante concernant l’eau et l’assainissement doivent être obligatoire et effectif. Ils doivent être protégés des intérêts financiers et économiques.

 

Nous affirmons le droit des peuples aux technologies accessibles, durables, équitables et qui respecte les connaissances traditionnelles et culturelles basées sur des bonnes pratiques de protection de l’eau.

 

Nous affirmons qu’en raison de leur rôle prépondérant dans l’approvisionnement et la gestion de l’eau, les femmes doivent être associées à toutes les décisions relatives à la gestion des ressources en eau à tous les niveaux local, national et international.

 

Nous affirmons que les équilibres nécessaires doivent être promus pour la bonne gestion de l’eau entre les activités humaines et le respect de l’eau, des écosystèmes et de la nature.

 

Nous affirmons la nécessité de construire de justes transitions énergétiques et des transformations sociales, économiques et politiques de nos sociétés. Nous affirmons la nécessité de changer notre façon de vivre sur la planète.

 

Propositions :

 

1. Nous nous engageons à développer la veille et le contrôle social, le renforcement de capacité et la protection des acteurs engagés de la société civile visant à la défense et la promotion du droit à l’eau et à l’assainissement pour garantir l’application effective de la résolution des nations unies pour l’accès à l’eau et à l’assainissement pour tous.

 

2. Nous appelons à la mise en place de mécanismes juridiques internationaux indépendants qui puisse garantir le droit à l’eau et à l’assainissement et soit en capacité de juger les crimes contre le droit à l’eau.

 

3. Nous exigeons que le droit à l’eau et à l’assainissement pour tous soit effectivement opposable partout, dans tous les tribunaux ou tout autre mécanisme juridique pertinent.

 

4. Nous exigeons la création d’un cadre permettant l’élaboration d’une politique mondiale de l’eau, le Conseil Mondial de l’Eau n’ayant pas la légitimité pour le faire. Ce cadre devra interdire la marchandisation et la financiarisation de l’eau.

 

5. Nous exigeons que les Etats élaborent et mettent en œuvre des plans d’actions et mobilisent toutes les ressources financières publiques nécessaires pour la concrétisation du droit à l’eau et à l’assainissement incluant la solidarité internationale.

 

6. Nous demandons que le coût du service de l’eau pour la vie soit pris en charge par la société dans le cadre d’une gestion publique et démocratique. En cas de tarification, celle-ci doit être progressive pour s’adapter à la diversité des usages et pour éviter l’exclusion sociale d’accès à l’eau et le gaspillage de la ressource.

 

7. Nous demandons l’application de technologies préventives appropriées si possible appuyées sur des connaissances coutumières et traditionnelles, adaptées aux contextes, à cout abordable et fondées sur des processus naturels d’épuration, plutôt que de faire appel à des solutions techniques curatives onéreuses.

 

8. Toutes les technologies liées à l’eau doivent être d’accès public et libre de droits de propriété intellectuelle.

 

9. Nous appelons les Etats à faire le bilan des 20 ans de la politique internationale de la gestion de l’eau lors de la conférence de RIO+ 20 afin d’évaluer les impacts à long terme de sa gestion économique et de mettre en avant la nécessité d’une gestion démocratique et intégrée.

 

10. Nous appelons à soutenir les propositions de reconnaissance de droits de la nature.

 

11. Nous exigeons la mise en place d’une gestion intégrée de l’eau, soucieuse de réduire les impacts des activités humaines sur les écosystèmes, tout en assurant le droit effectif à l’eau pour tous.

 

12. Nous demandons la transparence de l’information quant aux usages de l’eau dans les industries extractives afin d’éviter les conséquences néfastes de ces pratiques sur l’eau, l’environnement, la santé et la sécurité publique, le tout incluant un contrôle social. Nous exigeons des sanctions contre les acteurs responsables de dommages et la mise en place d’un fond de réhabilitation.

 

13. Nous appelons arrêt immédiat et interdiction de l’exploitation des gaz et huiles de schiste. Cette activité entraîne la destruction programmée de nos écosystèmes et n’est cohérente ni avec la défense du droit humain à l’eau ni avec nos responsabilités envers les générations futures.

 

14. Nous exigeons l’adoption par les organisations internationales d’un moratoire sur le financement des grands barrages tant et aussi longtemps d’elles n’ont pas adoptées concrètement et de façon contraignante les recommandations de la commission mondiale des barrages.

 

15. Nous demandons que les solutions locales et soutenables de production d’énergie soient favorisées.

 

16. Nous encourageons les initiatives d’éducation à l’eau formelles et informelles à tous les niveaux de la société.

 

17. Nous demandons de donner la priorité à l’agriculture paysanne et familiale avec de nouveaux modèles de production agro écologique s’appuyant sur des techniques adaptées et intelligentes d’utilisation d’eau, adaptées aux capacités locales, à la protection de l’eau et faisant face aux changements climatiques.

 

Parce que des solutions concrètes et participatives existent pour sortir d’un modèle de développement dont le potentiel destructeur est avéré et que le changement est avant tout une question de volonté politique et d’engagement des peuples, nous souhaitons partager les propositions issues de la rencontre « Eau, Planète et Peuples » pour avancer vers une mise en œuvre effective du droit à l’eau et à l’assainissement dans un souci de démocratie, de respect des écosystèmes et de viabilité.

Récupérer et recycler l’eau

En moyenne, chaque Français consomme 150 litres d’eau potable par jour. Mais seulement 7% de cette eau sert effectivement à la boisson ou à la cuisine. Le reste est utilisé pour les bains ou les douches, le lavage (vaisselle, linge, sol), les toilettes et les usages extérieurs… Or la plupart de ces besoins peuvent être couverts grâce à l’eau de pluie, et certains s’aventurent même à recycler leurs eaux usées – excepté celles des WC. Visite.

 .

 

par Aude Richard et Juliette Talpin (JNE)

.

Eau de pluie, une réglementation prudente

 

L’Allemagne, pionnière de l’utilisation de l’eau de pluie dans l’habitat, a retenu il y a vingt ans la notion « d’eau de service » pour les eaux non potables réservées à des usages « secondaires ». La récupération de l’eau pluviale et son recyclage y sont encouragés de longue date pour les utilisations domestiques hors boisson (avec un encadrement réglementaire strict). Il en va de même en Belgique où le tiers des logements est équipé d’une citerne d’eau de pluie, cette dernière représentant plus de 4 % de la consommation totale d’eau de la région Wallonne. Et depuis 2002, en Belgique, toute construction neuve doit disposer d’un récupérateur d’eau pluviale.

En France, une telle obligation n’est toujours pas d’actualité car l’État est nettement plus frileux sur le sujet. Chez nous, l’arrêté du 21 août 2008 restreint les usages de l’eau tombée du ciel aux usages extérieurs, aux toilettes et au lavage des sols. L’utilisation dans le lave-linge est autorisée dans un cadre expérimental (cadre mal défini d’ailleurs). À l’heure actuelle, il semble exclu que la réglementation autorise d’autres usages intérieurs. En effet, la priorité de la loi française est de protéger les occupants du logement et plus globalement l’ensemble des usagers du réseau d’eau potable, d’une contamination microbiologique par l’eau de pluie. La loi est en effet très stricte sur la déconnexion entre les deux réseaux. L’Agence fédérale allemande de l’environnement a en effet rapporté un cas de contamination du réseau public d’eau potable par une installation non conforme qui a nécessité la désinfection totale du réseau. Mais, si cet impératif de déconnexion avec le réseau public est respecté, rien n’empêche un particulier qui n’accueille pas de public, d’utiliser son eau de pluie pour tous les usages, y compris la boisson.
.

Eaux usées, la France réticente

Autre source d’approvisionnement en eau possible, les eaux grises. Il s’agit de récupérer et de recycler les eaux issues des bains, des douches, des lavabos. Une fois traitées, ces eaux savonneuses, faiblement chargées et non grasses, peuvent servir à arroser le jardin, à nettoyer les voitures, à alimenter la chasse d’eau, voire même les lave-linge.

.

Toutefois, la réutilisation d’eaux usées traitées à l’intérieur d’un bâtiment reste encore peu répandue en France. Les constructeurs estiment qu’à peine une quarantaine de systèmes sont installés. Pour eux la réglementation bloque le développement de cette technique. Le code de la santé publique stipule que, hors dérogation préfectorale, l’installation d’un double réseau à l’intérieur d’un bâtiment alimenté une eau non potable est interdite, à l’exception des eaux de pluie. Néanmoins, comme l’explique Thomas Contentin, gérant de la société Aquality, « Dans la sphère privée, il existe un flou juridique : ce n’est ni autorisé, ni interdit ». Autre frein, le lobbying des grands groupes fournisseurs d’eau, qui sont d’ailleurs souvent les mêmes que ceux en charge d’assainissement… Le développement du recyclage individuel de l’eau pourrait-il risquer de rendre les stations d’épuration collectives moins rentables ?

.

La Direction générale de la santé a commandé une étude au CSTB (Centre scientifique et technique du bâtiment) sur la réglementation internationale et a saisi l’ANSES en 2011 (agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail) afin d’évaluer les risques sanitaires liés à la réutilisation. La réglementation pourrait donc évoluer dans les prochaines années.

.

En France, les constructeurs restent discrets sur leurs réalisations. Quelques installations collectives sont mises en lumière, comme à la piscine de Yerres-Crosnes (Essonne), où l’eau des 53 douches, soit quelque 20 m3/jour, est traitée par un procédé biologique, mise au point par Hansgrohe, avant d’être utilisées pour l’arrosage des espaces verts et le nettoyage de la voirie. La société Aquality a installé un système de traitement au lycée Mansart de Thizy, dans le Rhône. Le système WME collecte les eaux des douches de l’internat occupé par 80 élèves pour alimenter les toilettes scolaires. 2000 litres d’eau peuvent être traités par jour grâce à un système biologique et mécanique d’ultrafiltration.

.

Encadré

Australie et Japon, recycleurs d’eaux usées

Peu de pays possèdent des textes réglementaires spécifiques au recyclage des eaux grises. Néanmoins, il existe de nombreuses réalisations collectives, à l’échelle d’un immeuble ou d’une agglomération. L’Australie est la plus avancée à cause de la sécheresse qu’elle subit depuis plus de dix ans. A Sydney, les 13 usines de traitement des eaux domestiques alimentent en eau recyclée 20 000 foyers. La ville s’est donnée pour objectif de recycler annuellement 70 milliards de litres d’eau d’ici 2015, afin de combler 12 % des besoins de la ville. Les différents Etats d’Australie ont défini des critères de qualité d’eau à respecter en fonction de l’usage de l’eau traitée (chasses d’eau, arrosage…).

.

La réutilisation des eaux grises est aussi répandue dans les immeubles japonais pour alimenter les chasses d’eau, et à l’ouest des Etats-Unis, dans les villes de Los Angeles (Californie), de Denver (Colorado), de Tucson et de Phœnix (Arizona). A Singapour, 30 % de l’eau potable est issue d’unités de retraitement des eaux usées.

.

En Europe, le Royaume-Uni et l’Allemagne ont des normes techniques reconnues, mais pas de réglementation imposée par l’Etat.

.

Cet article a été publié dans le magazine bimestriel La Maison écologique n°68 disponible en kiosque en avril et mai 2012.

www.la-maison-ecologique.com