Get Adobe Flash player

Catégorie ‘Radio & Télévision’


Nous resterons en forêt

Au cœur de la forêt de la brume, en Thaïlande du sud, survit l’une des dernières ethnies, nomades-chasseurs-cueilleurs, de notre planète : les Maniq. Le documentaire de Catherine Lacroix (JNE) et François-Xavier Pelletier (JNE) est diffusé ce mercredi 4 juin sur Ushuaia TV à 20h30
par Danièle Boone

Foret
En 2006, François-Xavier Pelletier, ethnologue, rencontre les Maniq, un peuple de la forêt en Thaïlande du sud. Ils sont parmi les derniers nomades-chasseurs-cueilleurs au monde. Mais combien de temps vont-ils résister dans leur forêt convoitée par les trafiquants en tout genre. Partout des plantations illégales nourries d’herbicides qui empoisonnent les Maniq. C’est la ruée vers l’hévéa. Mais d’autres ressources naturelles comme les plantes médicinales suscitent tous les désirs et tous les moyens sont bon pour les obtenir.

Six ans après son premier film, François-Xavier Pelletier est revenu voir ces quelques deux cents «êtres humains» comme ils se nomment, déterminés à ne pas disparaître. L’état des lieux n’est pas réjouissant. Le territoire des Maniq se réduit comme une peau de chagrin. Ils sont repoussés toujours plus haut dans la montagne ou condamnés à une sédentarisation forcée. Ce nouveau documentaire est une enquête de terrain exceptionnelle et un appel à la sauvegarde de ces rares ethnies qui sont en train d’être broyées par l’avidité sans fin de la société de consommation.


Documentaire de 52 minutes
Réalisation : Catherine Lacroix et François-Xavier Pelletier – www.hommenature.com
Une co-production Tandem Image et TV Tours Val de Loire
Avec la participation d’Ushuaia TV et du Centre National du Cinéma et de l’Image Animée

Le mystère des flammes bleues

Communiqué

Après son passage sur la chaîne Ushuaïa en janvier, revoici le documentaire Le mystère des flammes bleues sur France Ô.

.

River of sulphur near the acid lake of the Kawah Ijen volcano in IndonesiaCela se passe sur le volcan Kawah Ijen, en Indonésie, le plus grand lac d’acide de la planète et ses mystérieuses flammes bleues.

.

Rediffusions : 23/02/14 à 16h41 – 28/02/14 à 03h01, 09h46 – 01/03/14 à 23h56 sur France Ô

.
Le Mystère des flammes bleues
Réalisation Olivier Grunewald et Régis Etienne – Production Camera Lucida – Janvier 2014
.

Replay sur http://pluzz.francetv.fr/videos/o_bout_du_monde_,97341705.html

.

Pour ceux qui souhaitent en voir plus : http://www.oliviergrunewald.com/

.

CO2, 1ère de toutes les radios !

Frédéric Denhez, chroniqueur régulier de CO2 Mon Amour, l’émission de Denis Cheissoux diffusée tous les samedis à 14 heures sur France Inter, nous a transmis ce petit billet…

.

 

« Bonne nouvelle ! CO2, mon amour, l’émission de Denis Cheissoux sur France Inter à laquelle je collabore fortement, est avec 784000 auditeurs en moyenne (+ 140000 en un an !), 1ère de toutes les radios généralistes (devant Europe 1, RTL, France Info/ Culture/ Musique/ Bleu…) sur son créneau (samedi, 14h-15h). Juste derrière NRJ. Radio qu’elle double néanmoins en parts de marché (CO2 est 1ère avec 10%).

.

Merci donc à vous toutes et tous qui écoutez, merci à ceux et celles qui écouteront samedi.

.

Quant à savoir comment et pourquoi l’émission « marche » de mieux en mieux, je vous pose la question ! »

.

Le plus beau pays du monde

Avant d’évoquer ce film sur la nature en France, il est important de préciser à quel genre il appartient. Si c’est un spectacle familial, il est réussi, et l’association avec Disney a tout son sens.

.

par Marc Giraud

.

Le plus beau pays du monde est composé d’une suite d’historiettes parfois drôles, fortes ou émouvantes, avec des vues aériennes de paysages grandioses pour passer de l’une à l’autre. Son originalité est d’alterner des personnages humains proches de la nature avec des scènes animalières : aigle, mérou, loutre, chauve-souris ou brame du cerf, mais aussi apiculteur, ornithologue, kayakiste, alpinistes (grande scène vertigineuse…), ou encore cette attendrissante mamy soigneuse d’animaux divers, donnant le biberon à de petits faons, qui emportera l’adhésion du public.

.

Heureusement, les commentaires ne sont ni trop ampoulés ni soporifiques, et racontent simplement de belles histoires. La musique est plus banale. Une grande vertu de ce film est de montrer la beauté sauvage de l’ours, du loup ou des vautours, et de véhiculer l’image positive qui leur manque tant en France aujourd’hui.

.

Enfin, la participation des élèves (et ex-élèves) de l’IFFCAM (Institut francophone de formation du cinéma animalier de Ménigoute), notamment pour la belle scène de la métamorphose de la libellule, est à souligner : grâce à ce genre de commandes télévisuelles, les animaliers ont encore des perspectives dans notre pays. Arte l’avait fait avec la série La France sauvage, France 2 a ici mis le paquet avec un budget de 3,5 millions d’euros et l’appui financier de plusieurs régions.

.

Maintenant, ce film ne doit pas être pris pour un vrai documentaire. On n’y voit quasiment aucun animal sauvage en liberté (coucou les bêtes imprégnées de Jean-Philippe Varin), les nombreux plans extrêmement rapprochés en témoignent. De plus, tout naturaliste un peu averti sera très étonné de voir une blairelle sauter à l’eau en plein jour (les blaireaux sont nocturnes et pas spécialement aquatiques), de constater que le sanglier mâle soi-disant fou d’amour est… castré, etc. Du coup, des histoires vraisemblables, comme l’oie allant chercher une congénère perdue pour reprendre ensemble la migration, sont mêlées à des scènes improbables.

.

Il s’agit donc d’un docu-fiction, qu’il faut visionner avec des enfants, et avec des yeux d’enfant : tout ce qui incite à l’émerveillement et à la réappropriation de notre patrimoine naturel participe à une sensibilisation plus que jamais nécessaire. Curieusement, Jacques Malaterre, que j’avais interviewé à Ménigoute en tant que réalisateur du film, n’avait plus ce rôle sur le générique au moment de la présentation à France 2 le 3 décembre. Dur milieu…

.

Réalisation Frédéric Fougea, avec Jacques Malaterre

Production Boréales contact@boreales.com 90 et 100 minutes, 2D et 3D, diffusion sur France 2 le 17 décembre 2013 à 20 h 45.

DVD 14,99 € Blu-Ray 19,99 €, sortie 18 décembre 2013.

.

« Une vie de cochon » : bon appétit !

 France 2 a diffusé le 12 novembre 2013 un documentaire-choc sur l’élevage porcin  : Une vie de cochon.

.

.

Après le Coca-Cola, Olivia Mokiejewski s’est intéressée à une recette incontournable de l’alimentation française, le «jambon-beurre». Deux millions de ces sandwichs se vendent chaque jour dans l’Hexagone. L’une de ses composantes, le fameux jambon blanc, fait d’ailleurs partie des dix produits les plus vendus de la grande distribution. Mais derrière l’image que vend l’industrie, celle d’un produit simple et sain, le cochon n’apparaît presque jamais. Olivia Mokiejewski a suivi le parcours de ces bêtes roses, de l’élevage jusqu’à l’assiette, pour tenter de comprendre, grâce aux témoignages de certains acteurs du secteur, ce que cache une des filières les plus opaques et les plus discrètes de l’industrie agro-alimentaire, de surcroît touchée par une grave crise.

.

A voir ou revoir sur
http://pluzz.francetv.fr/videos/infrarouge_,91829357.html

.

(information transmise par Eric Samson)

.

Papous entre deux mondes

Deux hommes, deux papous, deux portraits poignants, deux documents pour l’écologie humaine réalisés par Daniel Vigne et diffusés sur ARTE le samedi 28 septembre à 20h50

par Michel Cros

Papous-La5
A travers le voyage initiatique de Benneth, jeune Papou au chômage, revenu dans sa tribu natale des Iatmul pour acquérir le « pouvoir  du crocodile », grâce au rituel de la scarification et  Jethro « l’indigné » qui se bat contre l’installation de la mine d’or de Porgera, nous découvrons un peuple angoissé, perdu, repoussé peu à peu loin des terres fertiles de leurs ancêtres car elles recèlent de l’or.

Cet or,  les puissantes compagnies étrangères veulent l’exploiter à tout prix en écartant le plus possible la main d’œuvre locale. Les Papous s’inquiètent pour Sepik, leur fleuve sacré car l’eau chargée de mercure est une menace pour leur survie et les poissons, leur principale alimentation.« L’homme crocodile » et Jethro le militant seront-ils assez fort pour lutter contre les géants des multinationales ?

Documentaire de Daniel Vigne, coproduit par ARTE France, Cinétévé avec la participation du CNC et de l’image animée (2013, 56mn)
28 septembre 20h50 sur Arte – rediffusion le lundi 30 septembre à 11h.

Diffusion dans le cadre d’une journée spéciale consacrée aux peuples en danger qui luttent pour préserver leurs savoirs, leurs modes de vie et leurs langues face à la mondialisation.
En Bi-canal avec versions originales et en version doublée à partir de 12h05.


Contacts Presse : Martina Bangert et Marie-charlotte ferré : 01 55 00 72 90/ 73 25
m.bangert@artefrance.fr et mc-ferre@artefrance.fr

Uranium appauvri : un tueur très présentable

L’uranium appauvri est un métal très dur et très dense. Utilisé comme pointe d’une balle ou comme tête d’un obus, il est capable de traverser un premier tank, puis un deuxième. Les militaires américains considèrent les munitions à l’uranium appauvri comme une arme magique. Les Français aussi. Mais les scientifiques affirment que les conséquences sanitaires et écologiques sont catastrophiques. Jacques Charmelot (auteur) et François Chayé (réalisateur) ont mené l’enquête. Leur documentaire est diffusé sur France 5.

.

par Danièle Boone

.

Uranium-appauvri-film
Jacques Charmelot et François Chayé se sont rendus à Bassorah en Irak, là où les armes à l’uranium appauvri ont été utilisées pour la première fois. Plus de vingt ans après, les médecins de l’hôpital central constatent la multiplication par quatre du nombre de cancers. Les épaves des chars n’ont pas bougé et continuent de distiller leur poison: les nanoparticules toxiques dégagées par l’uranium appauvri sont inhalées ou ingérées et contaminent l’organisme.

.

L’enquête les a mené aussi en Yougoslavie où l’usine d’armement serbe d’Hadzici, près de Sarajavo, est la cible à répétition des avions de l’Otan. Elle a reçu 4000 obus à l’uranium appauvri. La plupart des ouvriers sont morts de cancers et, aujourd’hui, la population civile est, elle aussi, touchée. En Italie, le contingent de soldats italiens envoyés au Kosovo en 1999 a été également contaminé. D’ailleurs, c’est dans ce pays que, pour la première fois, des responsables politiques exigent des comptes à l’Otan, tandis qu’une loi reconnaît les effets nocifs de l’uranium appauvri sur la durée.

.

Une résolution du 22 mai 2008 votée par le Parlement européen affirme que « l’emploi d’uranium appauvri dans les conflits viole les règles et principes fondamentaux consacrés par le droit international humanitaire, écrit et coutumier ».  La France s’y est toujours opposé et pour cause, elle est l’un des quatre plus gros producteurs d’armes à l’uranium appauvri avec les Etats-Unis, la Russie et la Chine. Selon Gérard Gachet, l’ex-porte-parole du ministère de la Défense, encore en poste au moment du tournage, « aucune étude n’a démontré une quelconque conséquence nocive à long terme pour la santé et l’environnement ».

.

Pourtant, les scientifiques et certains anciens responsables du Pentagone sont formels. L’uranium appauvri cumule tous les dangers : c’est un émetteur alpha, or les rayonnements alpha sont ceux qui font le plus de dégâts en interne.  De plus, c’est un métal lourd qu’on va garder en soi, métaboliser dans son organisme pendant des durées très longues. En effet, pour qu’il perde la moitié de son activité, il faudrait attendre 4,5 milliards d’années, l’âge de la Terre.

.

Le coût de nettoyage d’une zone contaminée rend difficilement envisageable la réhabilitation des champs de bataille. De plus, on ne sait pas faire. Pour les utilisateurs politiques et militaires, il est donc admis que les zones où a été utilisé ou stocké l’uranium appauvri sont purement et simplement sacrifiées au nom de la dissuasion nucléaire.

.

Bien qu’aujourd’hui, la nocivité à long terme de ces armes soit connue, la position française ne change pas. Pour les gouvernements successifs, de droite ou de gauche, elles représentent une bien trop grosse manne. Et d’ailleurs, même si beaucoup de gens l’ignorent, ces armes sont même essayées à l’air libre au Polygone de tir de Bourges avec pour conséquences, entre autres, la multiplication de cancers dans la zone en question. Mais c’est un autre sujet !


Documentaire de Jacques Charmelot (auteur) et François Chayé (réalisateur). Production Daniel Renouf – Sylvie Steinebach, SystemTV -  52 minutes.
A voir sur France 5 le samedi 17 août à 19 h.
Rediffusions : 26 août à 14 h 35 et 4 septembre à 0 h 40.

.
Contact presse : Sophie Montani. Tél. : 01 55 38 20 20 – sophie@systemtv.fr

Yves Paccalet à C Dans l’Air (France 5) sur le loup, l’ours et autres prédateurs

Yves Paccalet, membre des JNE, participe à l’émission C Dans l’Air sur France 5.

.

Voici son message.

Bonjour les amis,

pour info, et pour ceux qui regarderaient la télé tandis la Vierge monte au ciel, 15 août donc (enregistrée à Paris hier au soir), une émission « C dans l’air » (sur la Cinq) à propos du loup, de l’ours et des autres prédateurs. Vers 17 h 45.

Amitiés, Yves Paccalet

.

Vous pouvez voir ou revoir ce programme en cliquant ici sur le site de l’émission.

La diffusion de cette émission a été reportée en raison de l’actualité égyptienne. Nous vous tiendrons au courant de sa date de programmation.

 

France : côtes d’alerte

Contrairement à ce que peut laisser croire son titre, France : côtes d’alerte, ce documentaire de la série Sale Temps pour la Planète, diffusé le 29 juillet 2013 à 20 h 40 sur France 5, n’est pas consacré aux menaces sur le littoral, mais aux risques d’inondation, non seulement sur les côtes, mais aussi et surtout à proximité des rivières.

.

par Laurent Samuel

.

Ce  « 52 minutes » réalisé par Morad Aïd Habbouche et Charlotte Tortat nous conduit d’abord à Rebouillon, village du Var, dont l’accès routier a été interdit car trop de touristes venaient « admirer » les dégâts causés par les inondations dramatiques de 2010. Suivent d’autres séquences instructives, notamment au Pradet, toujours dans le Var, où des immeubles viennent d’être construits sur une zone inondable, ou à la Faute-sur-Mer (Vendée), où, trois ans après la tempête Xynthia, presque aucune des digues prévues n’a été édifiée.

.

Comme le constate ce documentaire, le risque d’inondation concerne 19 000 communes, soit plus d’1 sur 2, et pas moins de 18 millions de personnes vivent en zone inondable. Mais il n’est pas envisageable de les faire déménager, et les politiques de prévention et d’alerte restent dramatiquement insuffisantes.

.

France : côtes d’alerte se termine malgré tout avec un exemple positif, celui de Vaison-la-Romaine, commune touchée par une dramatique crue en 1992, où la municipalité a mis en place un système d’alerte téléphonique automatique et des exercices d’évacuation régulier, en particulier dans les écoles. L’occasion d’inculquer aux tout petits une culture du risque qui fait presque partout tragiquement défaut…

.

Les tortues face au réchauffement climatique

France 5 diffuse le 13 juillet 2013 à 19 h un beau documentaire, La Tortue après l’Eden, réalisé par Marie-Hélène Baconnet.

.

par Laurent Samuel

.

Ce film de 52 minutes se distingue d’abord par ses superbes images filmées aussi bien en France qu’à Madagascar, aux Seychelles ou au Maroc. La comédienne Macha Méril, dont on connaît la fibre naturaliste,  relève avec succès le défi (pas évident…) du commentaire raconté à la première personne par une tortue, en nous livrant de nombreuses informations scientifiques sur cette noble bête.

.

Sur le fond, on apprend que les tortues, douées d’une assez bonne résistance aux changements de températures, s’adaptent plutôt bien aux bouleversements climatiques. Leur survie est davantage menacée par les pollutions et la destruction généralisée des écosystèmes.

.

 

Vous pouvez voir ou revoir ce documentaire de la collection L’Empire des sciences en cliquant ici.

.