La décroissance démographique en débat

Voici le compte-rendu d’une conférence-débat sur la décroissance démographique organisée le 16 mai 2019 par l’AJE (Association des journalistes de l’environnement), Démographie Responsable et Écologie sans frontières.

par Michel Sourrouille

Le point de vue des organisateurs

Gilles Lacan (Ecologie sans frontières) : La démographie comme approche disciplinaire est différente de l’approche écologique. Les spécialistes de l’INED (Institut national des études démographiques) se contentent de constater, on quantifie des données, cela ne sert à rien. Si on est écolo, on pense que la population humaine est invasive. Il faudrait parler de démo-écologie (ou démécologie), une approche réaliste qui se situe dans la mouvance de la décroissance. Cette conférence est en fait un clin d’œil vers la liste des décroissants pour les Européennes. Pour éviter l’effondrement, on ne peut passer par une croissance « verte » ; il faut cesser ce consensus mou sur le « toujours plus », plus de logements, plus de voitures, plus d’éoliennes. Notre réponse, c’est qu’il faut ralentir et cette conception doit émerger dans la sphère médiatique. D’où cette conférence.

Didier Barthès (Démographie Responsable) : La décroissance démographique est une thématique absente de l’écologie officielle. La décroissance est pour notre association la seule voie pour sauver les écosystèmes. La décroissance démographique est un élément omniprésent, pourtant ce sujet est le moins évoqué. Même des décroissants ne veulent pas entendre parler de Malthus. Ils s’attaquent à la facilité, les multinationales, le système de consommation, ils refusent d’envisager le nombre d’humains car ils pensent que cela leur donnerait une mauvaise image. Les médias et les partis politiques considèrent que la question démographique est tabou. Il n’en est pas de même de la population dans son ensemble, ouverte à l’idée de surpeuplement. Ce qui nous motive à DR, c’est surtout la consommation d’espace au détriment de toutes les espèces vivantes. Depuis 1975, nous avons divisé par deux le nombre d’animaux sauvages et dans le même temps multiplié par deux le nombre d’humains. Le titre de cette conférence, « la décroissance démographique », ne nous semble pas provocateur. A ceux qui se sentent provoqués, nous opposons les chiffres de la destruction de la nature. Il n’y a pas d’idéologie dans notre conception et nous ne croyons pas que quelqu’un de sensé puisse affirmer : « la vie sauvage, on s’en fout ! » D’autant plus que 15 000 scientifiques se sont exprimés en pointant du doigt la responsabilité de la démographie dans nos problèmes écologiques. De leur côté les médias mettent en avant les extrêmes, comme les Ginks (Green Inclinations No Kids), et non la nécessité de cultiver une démographie responsable.

Idées générales des intervenants

Gilles Ramstein (climatologue, directeur de recherche au LSCE) : Il n’y a pas de tabou, on peut aborder tous les sujets. La démographie joue un grand rôle dans l’empreinte écologique de l’humanité. Pour la planète, porter deux milliards de personnes, ce n’est pas pareil que supporter dix milliards. Le réchauffement climatique va avoir de graves conséquences sur les rendements agricoles. Il y a aussi des limites à notre consommation énergétique. Il nous faudra gérer le climat comme il nous faudra gérer la démographie. Mais je ne suis pas malthusien, le problème principal est celui de la croissance économique.

François Letourneux (ancien directeur du Conservatoire du Littoral et président d’honneur du comité français de l’UICN) : J’ai le droit de donner mon avis même si ce n’est pas le point de vue de la majorité des participants à une telle réunion. Je pense qu’il nous faut changer de comportements, par exemple en n’utilisant pas des engins de mort en agriculture. On peut nourrir la population avec l’agriculture biologique. Mais il faut reconnaître qu’un gros mammifère comme notre espèce ne peut dépasser un à deux millions d’individus. En Europe il y a 60 000 ans, il y avait entre 4000 et 5000 habitants. Au début du néolithique il y a 10000 ans, nous étions 3000. Au début de notre ère, nous atteignons 300 000 personnes. Aujourd’hui il y a 750 millions d’Européens ! Dommage que l’idée de « Grand remplacement » porté par l’extrême droite l’emporte médiatiquement sur le rôle de la démographie dans les impacts écologiques.

Philippe Waldteufel (sciences de l’atmosphère, directeur de recherche au LATMOS) : il est vrai que les retraités, une fois éloignés de leur institution, peuvent plus facilement devenir lanceurs d’alerte. On doit retenir cette équation, Q = N x q. Notre poids sur l’environnement Q dépend de notre nombre N et des quantités utilisées par personne q. On ne peut donc séparer décroissance économique et décroissance démographique. Il nous faut dire publiquement que Malthus est revenu, l’évolution démographique actuellement l’emporte sur le développement de nos ressources alimentaires.

 

CANARD SAUVAGE
Spécial 50 ans

ANNUAIRE 2019


Ils nous soutiennent
pour nos 50 ans