La face cachée de nos assiettes, L214

Grâce aux réseaux sociaux, qui sont passés au-delà de la frilosité coupable des médias dominants, Brigitte Gothière et Sébastien Arsac, fondateurs de la fameuse association L214, ont révélé au public les souffrances impitoyables que l’industrie inflige aux animaux de boucherie. Ils sont ici accompagnés de Lesley Moffat, directrice de l’ONG internationale Eyes on Animals, et du journaliste Erwan Seznec, un spécialiste des livres d’enquêtes. 

Au sommaire : Le gavage c’est naturel ; Eyes on Animal et L214, deux associations, un même combat ; Comment on trompe le consommateur ; Des délinquants au service de la loi ; Le trop long voyage des veaux d’Irlande ; Le drame des animaux « sous-produits » ; L’œuf et la poule ; Les animaux broyés par les lobbies ; Turquie, Ghana, le choc ; Les arrière-cuisines du Père Dodu ; Un système à bout de souffle… Le livre se termine avec des arguments destinés à contrer les critiques, qui fusent facilement : quand on s’attaque à la fois au confort des habitudes sociales et à des lobbies puissants, on ne manque pas d’en essuyer… 

Saluons au passage une qualité rare de ces deux associatifs courageux, médiatisés pour défendre leur cause certes, mais cherchant si peu à se mettre en avant que leur nom ne figure même pas en couverture de leur livre. Pourtant, notre prise de conscience et l’évolution rapide de nos mentalités doivent énormément à ces deux militants, qui ont contribué à changer la société, à faire un pas vers un monde meilleur. Malgré la résistance inadmissible de la plupart de nos (ir)responsables politiques actuels, cette évolution de notre sensibilité vis-à-vis des animaux et de notre humanité, dans le sens le plus noble du terme, est irrémédiablement enclenchée. Brigitte Gothière et Sébastien Arsac, merci à vous.


Éditions Robert Laffont, 240 pages, 19 €
Contact presse : Juliette Duchemin. Tél.: 01 53 67 14 57 / 06 24 11 22 23 – juliette.duchemin@robert-laffont.com
(Marc Giraud)

ANNUAIRE 2019
Spécial 50 ans


Ils nous soutiennent
pour nos 50 ans