Quel avenir pour le grand tétras dans le massif vosgien ?

Quel avenir pour le grand tétras dans le massif vosgien ? C’est pour répondre à cette question que le conseil scientifique du Parc naturel régional des Ballons des Vosges a réuni une trentaine d’experts et de personnes concernées par le grand tétras le 13 novembre 2018 à Strasbourg.

par Jean-Claude Génot

Grand tétras – photo Igor Byshnev

Le dernier colloque consacré à l’espèce s’étant déroulé en 2000, il y avait donc nécessité de refaire un point sur une espèce classée « en danger critique » dans le livre rouge des espèces menacées en Alsace, qui a subi une régression de 75 % de ses effectifs dans les trente dernières années ; l’actuelle population de grand tétras étant surtout cantonnée sur le versant lorrain du massif vosgien. Un membre du conseil scientifique a d’ailleurs présenté les conclusions de ce colloque de l’année 2000. Les facteurs de déclin identifiés alors étaient la régression des habitats, le dérangement, le changement climatique et la prédation. Les gens pensaient que la tempête Lothar de décembre 1999 serait favorable au grand tétras sur le plan de la disponibilité alimentaire, mais en fait elle a renversé de très nombreux vieux arbres et les stades âgés des forêts vosgiennes, habitats très favorables au grand tétras, ont régressé.

Françoise Preiss du Groupe Tétras Vosges (GTV), association chargée de suivre l’espèce, a indiqué que la population actuelle est d’une centaine d’oiseaux, dont un peu moins de 50 coqs chanteurs (données de 2015), répartie sur une zone de 12 400 ha. Le GTV a souligné que, malgré des habitats favorables, le dérangement reste important, notamment hors sentiers. Une étude génétique des grands tétras vosgiens a montré que leur diversité génétique était la plus faible comparée à celle des populations du Jura, des Cévennes et des Pyrénées. Cette étude a également montré que certains individus sont capables d’effectuer des grands déplacements (supérieurs à 10 km), ce qui présente un risque de dépense énergétique, mais permet un flux génétique dans une population en régression qui en a bien besoin. Mais ces déplacements sont-ils liés à la biologie de l’espèce, sachant que le grand tétras est sédentaire, ou sont-ils dus de la fragmentation des habitats vosgiens ? Concernant l’influence du changement climatique, il semblerait que certains coqs aient avancé leur date de chant et de reproduction, montrant ainsi une certaine adaptation.

Place de chant abandonnée par le grand tétras dans les Vosges centrales _ photo Jean-Claude Génot

Sur le plan de la protection de l’espèce, beaucoup a été fait au travers des documents d’objectifs Natura 2000, de la directive tétras de l’ONF pour les forêts publiques et d’un programme Life. A ce jour, le quart des forêts du Parc naturel régional des Ballons des Vosges (51 000 ha) a fait l’objet de mesures favorables visant à conserver des îlots de vieux arbres, des très gros arbres dans chaque parcelle et à gérer des forêts en futaie irrégulière avec des diamètres d’exploitabilité supérieurs à ceux utilisés dans les forêts de production sans grand tétras. Des peuplements forestiers ont été inscrits en parquets d’attente, sorte de moratoire sur les coupes pendant une période d’aménagement (15 à 20 ans). Enfin, les forêts ne sont plus rajeunies sur de grandes surfaces depuis 2000. Le Parc a fait un état des lieux sur les 130 000 ha de hêtraie sapinière qui constitue la matrice forestière dans laquelle sont répartis les noyaux à grand tétras. Depuis 2000, les très gros arbres (de plus de 70 cm de diamètre) sont en augmentation. L’habitat s’est amélioré avec toutefois un bémol, celui des densités d’ongulés sauvages : sangliers et cerfs. L’agrainage des sangliers au-dessus de 800 m d’altitude entraîne une augmentation des populations, d’où des risques de prédation sur les nids du grand tétras. De même les densités élevées de cerfs ont un impact sur la régénération du sapin qui joue un grand rôle dans l’habitat du grand tétras. Le cerf réduit l’alimentation herbacée du grand tétras et le prive d’une strate protectrice vis-à-vis des prédateurs (renards, martres). Cela a été confirmé par Jean-Louis Martin, chercheur au Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Evolutive du CNRS à Montpellier. Ses travaux, menés au Canada sur des îles sans cervidés et avec, montrent à quel point une forte densité de cervidés réduit fortement la diversité des plantes et, par effet en cascade, la diversité des insectes et des oiseaux. Enfin, la fréquentation humaine du massif vosgien s’est densifiée et les zones les plus attractives pour les usagers correspondent exactement aux biotopes des grands tétras.

En ce qui concerne l’influence du réchauffement climatique sur une telle espèce, boréo-montagnarde, Frédéric Jiguet du Muséum National d’Histoire Naturelle a présenté une modélisation de la distribution du grand tétras en fonction des scénarios climatiques. Si l’on en restait à une température moyenne de + 2° C en 2100, le grand tétras verrait son aire de répartition se rétracter en Scandinavie. Mais le spécialiste a rassuré les participants en affirmant que tous ces modèles sont faux, ce qui ne les empêchent pas d’être utiles. En effet un oiseau peut très bien changer sa biologie pour s’adapter à l’intérieur de son aire de répartition actuelle, mais pour notre oiseau des montagnes et des latitudes nordiques, il est permis d’en douter. Des sécheresses estivales et automnales dans le massif vosgien pourraient avoir un impact négatif sur la croissance des plantes dont se nourrit le grand tétras. Mais il existe bien des grands tétras adaptés à des climats plus méridionaux au sud de la Sierra Cantabrique en Espagne dans des forêts de chênes. Enfin, une chose importante à souligner est le fait que les espèces s’adaptent mieux aux changements climatiques dans les aires protégées qu’en dehors car en zone de protection, elles n’ont que le problème du climat à affronter.

La question des renforcements de populations à partir d’oiseaux d’élevage ou d’oiseaux sauvages a été abordée au travers de l’expérience du Parc national des Cévennes qui a lâché 600 grands tétras d’élevage entre 1978 et 1994 avec un taux de survie situé entre 23 et 60 % pour les mâles et 16 à 50 % pour les femelles. Entre 2002 et 2005, 43 oiseaux provenant d’un élevage autrichien ont été lâchés et seules 3 poules ont survécu ! Malgré ces résultats plus que mitigés, une expertise rendue par les spécialistes français du grand tétras (Bernard Leclerc, Emmanuel Ménoni et Marc Montadert) a estimé que les résultats étaient positifs au niveau de la survie des oiseaux, alors que le Parc souhaitait mettre un terme à ce projet. Il y a encore des habitats favorables dans le Parc et également sur les hauteurs de la Margeride et un renforcement serait possible, cette fois à partir d’oiseaux sauvages issus de la population pyrénéenne, estimée à 5 à 6 000 oiseaux par Emmanuel Ménoni de l’ONCFS.

Les énormes difficultés pour réintroduire le grand tétras dans la nature (à ce jour un seul projet a réussi en Ecosse) ne semblent pas inquiéter le Parc naturel régional des Monts d’Ardèche qui veut se lancer dans l’aventure. Le débat entre ceux qui veulent un renforcement de la population et ceux qui misent sur l’habitat n’est pas que technique. En effet derrière chaque option se cache une conception du rôle de l’homme dans la nature et de son degré d’intervention. Le sociologue Guillaume Christen de l’université de Strasbourg a abordé ce sujet en évoquant la part d’autonomie laissée à la nature. En effet ce qui compte, comme l’aurait dit François Terrasson, ce n’est pas d’avoir des grands tétras mais c’est qu’ils soient sauvages. Trop souvent les lâchers sont accompagnés de l’élimination des prédateurs, ce qui pose des questions éthiques auxquels les conversationnistes ne doivent pas se soustraire. Mais les gens qui veulent agir pour améliorer l’habitat ne sont pas exempts de reproches sur le plan éthique avec la création de clairières artificielles et de couloirs d’envol, comme s’il fallait démontrer que le grand tétras a absolument besoin de l’homme.

Il n’y a pas eu de véritable conclusion à cette journée car il appartiendra au conseil scientifique du Parc naturel régional des Ballons des Vosges de proposer aux élus du Parc des recommandations pour la protection du grand tétras. Mais Christian Dronneau, chargé de mission de la Région Grand Est sur les questions de biodiversité, a rappelé en conclusion du débat que le grand tétras était un emblème des forêts naturelles sauvages du massif vosgien et un enjeu pour la trame verte intra-forestière qui vise à protéger les îlots de vieux arbres. Pour la Région, le grand tétras s’inscrit dans un programme intitulé « des forêts pour le grand tétras », soulignant l’importance des actions en faveur de l’habitat. Christian Dronneau a estimé que malgré tout ce qui a été fait, les résultats restent modestes en termes surfaciques. Et peut-être classe-t-on un peu vite certains habitats comme favorables en regardant la structure des forêts alors même que la diversité de leur strate herbacée laisse à désirer. Cela a d’ailleurs été souligné par Jean Poirot, représentant de France Nature Environnement, pour qui il manque un outil de mesure de la qualité de l’habitat pour le massif vosgien. Ce dernier a également proposé que les réserves biologiques domaniales créées pour le grand tétras (une quinzaine dans tout le massif) où l’espèce a disparu depuis parfois 15 à 20 ans, soient transformées en réserves intégrales et laissées en libre évolution. La balle est dans le camp de l’Etat, propriétaire des forêts domaniales, lui qui accorde très généreusement 1 % des forêts en libre évolution (îlots de sénescence et réserves intégrales) alors que l’Allemagne prévoit 10 %…

 

.


ANNUAIRE 2019
Spécial 50 ans


Ils nous soutiennent
pour nos 50 ans