La renaissance des stages d’abandon nocturne de François Terrasson

S’il faut retenir de François Terrasson (FT) une idée centrale dans le foisonnement de sa pensée, c’est bien le fait que l’homme détruit la nature parce qu’il en a peur.

.

par Jean-Claude Génot*

.

Un réveil parfois difficile pour ceux qui s’endorment tard – photo Jean-Claude Génot

Notre penseur radical de la nature (NDLR : membre éminent des JNE) avait mis au point une expérience qui permettait à ceux qui s’y soumettaient de tester leur peur éventuelle de la nature, à savoir dormir seul la nuit en forêt. Ce que FT nommait non sans humour l’abandon nocturne. Après avoir écrit mon essai biographique (1) sur lui, j’ai eu comme projet de faire revivre les stages d’abandon nocturne, ce d’autant que FT m’avait demandé d’organiser de tels stages dans ma région des Vosges du Nord dans les années quatre-vingt-dix. Mais le problème s’est tout de suite posé de savoir comment remplacer FT pour faire un travail à partir des expériences vécues par les stagiaires et permettre aux participants de se questionner sur leur rapport à la nature et au sauvage.

C’est la rencontre avec un personnage peu commun qui va tout déclencher. Ce personnage, Stefan Alzaris, est docteur en philosophie, spécialiste en psychologie cognitive et en phénoménologie. Il est enseignant-chercheur en philosophie existentielle et en éthique du soin à l’université Paris-Sud 11. Il est philo-thérapeute et forme des médecins, des soignants et des thérapeutes. Il est guide nature, crée des promenades philosophiques et naturalistes et dispense des formations sur la philosophie de la nature (2). Il anime l’association CESAME (3) qui allie la philosophie existentielle, la danse et la nature. Il est également artiste magicien.
.

Le groupe des « abandonnés » de 2018 – photo Jean-Claude Génot

Après avoir consulté Marie-Claude Terrasson, très favorable à la reprise de ces stages, nous avons fait un premier test en 2015 dans les Vosges du Nord en cercle restreint afin de voir comment recueillir la parole des « abandonnés » après la nuit en forêt et surtout comment faire de cette expérience et du vécu de chacun un atelier d’écopsychologie (4) et de philosophie existentielle. L’intitulé du stage est le suivant : « Nuit en forêt : une expérience du sauvage. Ecopsychologie : renouer avec la/sa nature. Stage d’abandon nocturne sur les traces de François Terrasson ». Le stage a lieu à la Maison de l’eau et de la rivière, un centre d’initiation à la nature et à l’environnement géré par le Parc naturel régional des Vosges du Nord. Cet équipement est situé dans une vallée assez sauvage, près d’un étang, en plein massif forestier. Les gens sont déposés de nuit suffisamment loin les uns des autres dans des vallées adjacentes. Les consignes sont de ne pas prendre de lampe, de tente ou de portable. Pour le reste, les participants peuvent s’équiper chaudement (duvet, tapis de sol, couverture de survie, vêtements chauds et imperméables), le but n’étant pas de faire un stage de survie. Le premier stage a eu lieu en mai 2016 avec 9 personnes, membres de CESAME. Le second stage a eu lieu en mai 2017, toujours avec des membres de CESAME (7 personnes), et enfin le troisième stage s’est déroulé en mai 2018 avec 7 personnes de l’ARIENA (Association Régionale d’Initiation à l’Environnement et à la Nature en Alsace).

Mais en quoi une nuit en forêt est-elle une expérience du sauvage ? Notre nature maîtrisée et soumise aux caprices des hommes paraît de plus en plus domestiquée, sans surprise. Mais ce qui fait son caractère sauvage c’est la forêt, la nuit, la solitude et la désorientation. Comme le soulignait FT : « le mouvement naturel d’un être humain isolé dans la nature, sans aucun repère de civilisation – et d’autant plus la nuit – est de fantasmer à mort, dans un délire né de rien, sinon de rêves vagues, de chimères et de ces mythes, ces légendes multiples qui sous-tendent notre culture ». Bref notre cerveau travaille et déverse à notre insu des informations continues que l’on ne soupçonnait peut-être pas. Cette nuit nous révèle à nous-même, elle sert incontestablement à mieux se connaître et à s’interroger sur notre rapport à la nature. Le travail à partir des expériences vécues permet à chaque participant de raconter en détail la période qui a précédé la nuit et le déroulement de la nuit et de mettre des mots sur ses impressions, ses sensations et ses pensées.

Mais quelles peurs s’expriment au cours de cette nuit ? Il y a la peur des bruits amplifiés ou au contraire du silence, la peur du noir, la peur d’être seul, la peur de ne pas être retrouvé(e) le matin par les organisateurs, la peur du froid, la peur de l’inconfort, la peur des serpents, des petites bestioles comme les tiques ou des sangliers, la peur d’un psychopathe. Certains ont plus peur avant la nuit que pendant. Dès lors toute une gamme de comportement sert à éviter ces peurs : respirer profondément pour ne pas paniquer, ne pas enlever ses chaussures « au cas où », mettre une capuche pour ne pas être en contact avec le sol, prendre un couteau ou un bâton avec soi, rester dans son sac de couchage en position fœtale, se positionner près d’un arbre ou au contraire loin, toucher les arbres pour se rassurer, chanter des comptines ou réciter de la poésie, écrire même dans le noir. FT considérait que l’évitement ou la fuite ne sont pas des solutions et qu’il faut absolument affronter ses peurs, le pire étant d’avoir peur de la peur et de ressentir une angoisse, c’est-à-dire une peur indéfinissable. L’abandon nocturne fait ressentir des émotions incontrôlables, qui sont le miroir du sauvage en nous. Il peut faire resurgir des souvenirs d’enfance enfouis dans l’étang insondable de l’esprit.

L’abandon nocturne révèle notre peur de la nature. Selon FT, la destruction de la nature est liée à notre fonctionnement mental et à la perte de notre dimension sensible. C’est la thèse majeure de l’écopsychologie. Cette expérience de contact avec le sauvage permet d’être dans le lâcher prise par rapport au contrôle de ses émotions et de ne pas se couper du réel. Le stage permet aussi, grâce à la philosophie antique et moderne, de parler de façon très précise de nombreuses notions évoqués lors des témoignages, comme l’altérité, le risque, la présence, la spontanéité et la liberté, la réalité et le réel, le moi et le soi, le contrôle et la maîtrise, ressentir et sentir. Les concepts de naturalité, de sauvage, de biodiversité, de nature naturante et nature naturée sont également explicités.

Assurément, le stage d’abandon nocturne est un stage de connaissance de soi qui se situe clairement dans le champ de l’écopsychologie. La crise écologique est en fait une crise civilisationnelle en même temps qu’une crise intérieure.

.

* Ecologue

.

1 Génot J-C. 2013. François Terrasson, penseur radical de la nature. Editions Hesse. 237 p.

2 Stefan Alzaris est l’auteur notamment de ces deux articles que l’on peut consulter avec profit : « Renouer avec le sauvage : une exigence éthique », Lettre Naturalité, n°15, avril 2015 ; « La pensée sauvage : une sagesse écologique », Lettre Naturalité, n°16, mars 2016.

stefan.alzaris@cesame.asso.fr www.cesame.asso.fr

4 Egger M.M. 2017. Ecopsychologie. Jouvence éditions. 143 p.

.

.


.

ANNUAIRE 2019
Spécial 50 ans


Ils nous soutiennent
pour nos 50 ans