Féminisme et écologie

Dans un contexte de dénonciation du harcèlement machiste, de discours contradictoires sur « le genre » et de controverses sur l’écriture « inclusive », il paraît opportun de faire le point sur le féminisme. La tâche est d’autant plus difficile que notre nature sexuée, homme ou femme, ne dit rien sur notre identité socialement construite. C’est là l’impasse du discours écologiste, l’homme et la femme peuvent s’affranchir des lois de la nature.

.

par Michel Sourrouille

.

Histoire rapide du féminisme

Une sourate du Coran affirme que « les hommes ont autorité sur les femmes en vertu de la préférence que Dieu leur a accordé sur elles ». Mais l’Islam n’est pas la seule idéologie à valoriser l’inégalité des sexes ; en France depuis le code civil de 1804, la femme mariée était juridiquement mineure et devait obéissance à son mari en tous points. Marie Curie est la première femme titulaire d’un doctorat de science, elle devient aussi la première femme professeur à la Sorbonne et ses recherches sur l’origine de la radioactivité lui vaudront le prix Nobel de Physique en 1903, puis de chimie en 1911. Malgré cela, l’Académie des sciences refusera de lui ouvrir ses portes !

Ce n’est qu’en 1907, plus de 100 ans après le code Napoléon, que la femme est autorisée en France à disposer de son salaire ; ce n’est qu’en 1924 qu’il y eut une unification des programmes du baccalauréat masculin et féminin ; ce n’est qu’en 1944 que la femme obtient le droit de vote ; ce n’est qu’en 1965 qu’elle acquiert le droit de travailler sans l’autorisation de son mari ; ce n’est qu’en 1970 que la référence au chef de famille, le père, est supprimée pour être remplacée par l’autorité parentale conjointe.

Nous ne développerons pas sur le fait que l’évolution sociale dépend de l’instauration d’un rapport de force, depuis Olympe de Gouges en 1791 en passant par le mouvement des suffragettes (organisation créée en 1903 pour revendiquer le droit de vote pour les femmes au Royaume-Uni) et le MLF (Mouvement de libération des femmes après 1968 en France) jusqu’aux Chiennes de garde et « Ni putes ni soumises ».

Notre première identité découle certes d’un fait biologique, la différenciation sexuelle, puisque nous naissons normalement homme ou femme. Mais le fait d’être « femme » ne signifie pas plus que d’être « de sexe masculin ». Maintenant, dans les discours comme dans les tenues vestimentaires, dans les choix de vie comme dans les attitudes, tout se passe comme si la femme se masculinisait, tandis que l’homme se féminisait. Nous pouvons penser que la tendance ira croissant, jusqu’à devenir la règle. Nous, hommes ou femmes, pouvons prétendre au féminisme de l’égalité totale. L’homme peut être très maternel et la femme très virile, réclamer l’égalité des salaires et les plus hautes fonctions politique tout autant que les rôles militaires les plus dangereux. La femme est la moitié du ciel, l’homme est la moitié du ciel, nous sommes tous androgynes. « On ne naît pas femme, on le devient », écrivait déjà Simone de Beauvoir en 1949. Il n’y a pas d’ordre « naturel » dans les inégalités selon le sexe, il n’y a qu’un conditionnement culturel.

.

Les neurones n’ont pas de sexe

« Il est permis de supposer, écrivait Paul Broca en 1861, que la petitesse relative du cerveau de la femme dépend à la fois de son infériorité physique et de son infériorité intellectuelle. » Il faut attendre le XXe siècle pour que l’on comprenne enfin que le poids du cerveau n’a rien à voir avec ses performances : le cerveau de l’écrivain russe Ivan Tourgueniev pesait plus de deux kilos, celui d’Anatole France à peine un, celui d’Albert Einstein 1,2 kilo. Les écrits de Broca font aujourd’hui sourire. La neuroscientifique Lise Eliot a fait le point sur la différence des sexes, dans son livre Cerveau rose, cerveau bleu : les neurones ont-ils un sexe ? (Robert Laffont 2014, 507 p., 22 €). « Certes, il existe des études qui révèlent de subtiles différences entre les sexes, chez les enfants, dans le traitement des informations sensorielles, dans les circuits du langage et de la mémoire, dans le développement des lobes frontaux et dans la vitesse et la réactivité générale des neurones. Mais dans l’ensemble, les cerveaux des garçons et des filles sont remarquablement similaires. Notre cerveau se transforme du fait des apprentissages, des émotions : c’est ce qu’on appelle la plasticité cérébrale. Ce qui compte surtout, c’est la façon dont les enfants passent leur temps, c’est le regard que l’on porte sur eux, et les conséquences de toutes leurs interactions avec leur entourage sur les circuits neuronaux. »

Si les études constatent de minuscules différences entre hommes et femmes, elles ne nous apprennent rien sur leur origine.

Lorsqu’on observe une différence entre le cerveau d’un homme et celui d’une femme, on ne peut pas savoir si elle est génétique ou acquise. Catherine Vidal, auteure du livre Les Filles ont-elles un cerveau fait pour les maths ?, écrit : « A l’âge adulte, nous avons un million de milliards de connexions dans le cerveau, mais seulement 10 % de ces connexions sont présentes à la naissance : les 90 % restantes sont fabriquées plus tard, à la faveur des interactions des enfants avec leur environnement. L’apprentissage modifie en permanence l’anatomie du cerveau. Il est d’ailleurs impossible de deviner, en examinant un cerveau par IRM [imagerie par résonance magnétique], s’il appartient à un homme ou à une femme.»

On peut conclure avec la sociologue Marie Duru-Bellat, auteure de L’Ecole des filles : « Les écarts de performances filles-garçons en mathématiques bougent dans le temps et l’espace, ce qui suffit à infirmer la thèse du déterminisme biologique… Selon les enquêtes menées en 2012 par le ministère de l’Education nationale, les filles, à la fin du collège, maîtrisent mieux les compétences scientifiques que les garçons. Dans cette matière, il leur manque cependant un facteur essentiel : la confiance en soi.»

Pour les chercheurs en éducation, cette anxiété a un nom : la « menace du stéréotype ». Mis en évidence, au début des ­années 1990, par un professeur à l’université Stanford, Claude Steele, ce principe fonctionne comme une prophétie auto-réalisatrice : parce que les femmes croient être moins bonnes en maths que les hommes, elles finissent par le devenir. Nul doute, en effet, les enfants évoluent dans un monde où les clichés sur le féminin et le masculin sont encore très répandus. Le féminisme a encore beaucoup de choses à contester. Précisons en passant que « féministe » n’a pas de sexe, un homme ou une femme peuvent être féministes… ou pas.

.

Féminisme et maîtrise de la fécondité

Le repopulateur Jacques Bertillon fonde l’Alliance nationale pour l’accroissement de la population française en 1896. La même année, le néo-malthusien Paul Robin fonde la Ligue de la régénération humaine dont la devise sera « bonne naissance-éducation intégrale ». Elle se propose de « répandre les notions exactes de science physiologique et sociale permettant aux parents d’apprécier les cas où ils devront se montrer prudents quant au nombre de leurs enfants, et assurant, sous ce rapport, leur liberté et surtout celle de la femme ». Paul Robin est aussi connu comme l’un des fondateurs de la pédagogie moderne. La nouveauté réside dans la coéducation des sexes, avec mixité et enseignement identique aux filles et aux garçons. Il va montrer qu’il y a une réelle convergence entre l’éducation et l’émancipation sociale des plus défavorisés, en particulier les femmes. Cela passe obligatoirement par le contrôle de la natalité, car seul un enfant désiré et élevé dans des conditions matérielles et morales suffisantes peut devenir un homme libre et responsable. Paul Robin introduit aussi la notion de plaisir féminin, la sexualité ne devant plus demeurer une jouissance uniquement masculine.

En 1902, sa rencontre avec Eugène et Jeanne Humbert, qui prennent en main l’organisation matérielle de la Ligue, apporte une impulsion nouvelle à son militantisme : une équipe d’orateurs brillants et populaires multiplie les conférences publiques. En définitive, plus portés par des individus que par des forces sociales, les néo-malthusiens ont été peu entendus.

L’absence d’unité du mouvement le rend fragile face à une opposition des milieux conservateurs et cléricaux plus solides et moins divisés. L’arrivée de la Première Guerre mondiale met le mouvement en veilleuse. La propagande antinataliste est alors considérée comme une trahison. La loi répressive de 1920 mettra un terme aux mouvements néo-malthusiens. Elle assimile la contraception à l’avortement. Toute propagande anticonceptionnelle est interdite. Le crime d’avortement est passible de la cour d’assises. Il faudra attendre les années 1970 pour que contraception et avortement aient droit de cité. Le néo-malthusianisme a préparé l’émergence du féminisme. Le Planning familial, le Mouvement de libération des femmes (MLF) et le Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception (MLAC) doivent beaucoup à un homme, Paul Robin.

La controverse sexe/genre

Les anthropologues ont renouvelé l’approche du rapport homme/femme en montrant l’importance, dans le processus même de l’hominisation, de la perte de l’œstrus (NDLR : phase du cycle oestral correspondant à l’ovulation et pendant laquelle la fécondation est possible). La relation entre les sexes est soumise chez les mammifères, y compris les grands singes, à une horloge biologique et hormonale qui détermine les périodes de rut ; pour les humains au contraire, l’absence de cette détermination naturelle met la sexualité sous le signe de la disponibilité permanente sous des formes différentes. Mais contrairement au discours courant, il ne faut pas confondre exercice de la sexualité et « théorie du genre ». Il ne s’agit pas de parler de bacchanales, mais de la division sociale des rôles entre hommes et femmes.

Le genre est un concept utilisé dans les sciences sociales. Il désigne tout ce qui, dans la construction de l’identité dite sexuelle et dans la formation de la division entre les sexes, relève de mécanismes d’ordre social et culturel. Ainsi les transsexuels peuvent-ils affirmer que leur identité de genre ne correspond pas à leur sexe. La notion de genre sert à dénaturaliser la division des rôles dans la société, au travail et au sein de la sphère domestique. Elle permet de montrer qu’elle n’est pas un fait de nature mais de culture. Faire le ménage ou élever des enfants sont des tâches sociales, qu’aucune programmation biologique n’assigne en propre aux femmes… La notion de genre permet de se démarquer d’un certain féminisme « essentialiste » qui croit encore à un déterminisme génétique. Tout ce qui est socialement construit rend possible la déconstruction.

L’objectif de programmes comme l’ABCD de l’égalité était de remettre en question les normes qui font que chaque sexe adopte, dès le plus jeune âge, un certain comportement. Il ne s’agit pas pour autant de nier la différence des sexes. Ce serait confondre la déconstruction des inégalités avec celle des différences. L’objectif est d’ouvrir le champ des possibles aux deux sexes afin de leur donner les mêmes chances ultérieurement. Pas de les encourager à changer de sexe ou à « choisir » une orientation sexuelle.

.

Le féminisme et l’anti-spécisme

Et l’écologie dans tout ça ? Le féminisme est un préalable nécessaire mais pas suffisant à une meilleure considération des relations entre tous les êtres vivants. Notre goût trop humain de la domination ne devrait conduire ni à des pratiques inappropriées dans les relations hommes/femmes ni à la mise en esclavage de tout ce qui n’est pas humain. Il faut penser plus loin qu’un féminisme de l’égalité, passer de l’anti-machisme à l’anti-spécisme. Ce mot vient de l’anglais speciesism, introduit en 1970 par Ryder par analogie avec racisme et sexisme : le spécisme est aussi une discrimination. Il consiste à assigner différents droits à des êtres sur la seule base de leur appartenance à une espèce.

Tous les êtres vivants ont des droits égaux à l’existence dans le cadre des équilibres biologiques. Le respect des non-humains par les humains est inséparable du respect des humains entre eux, du respect des hommes envers les femmes, du respect des différentes minorités visibles. L’espèce humaine n’est qu’un maillon de la chaîne du vivant, nous n’avons pas à dominer les femmes ou la nature, nous devons respecter tout ce qui n’est pas « nous ».

.

Cet article a été publié sur le blog Biosphère. Pour recevoir gratuitement par Internet le mensuel Biosphere-info, il suffit de s’inscrire à cette adresse : biosphere@ouvaton.org

 

.

.


.

CANARD SAUVAGE
Spécial 50 ans

ANNUAIRE 2019


Ils nous soutiennent
pour nos 50 ans