Des nouvelles des lynx lâchés dans la forêt du Palatinat

Luna, Kaja, Lucky et les autres lynx lâchés sont suivis à la trace grâce au GPS.

par Jean-Claude Génot

 

.

Luna (femelle), Kaja (femelle) et Lucky (mâle) proviennent des Carpates slovaques : ils ont été lâchés l’un après l’autre le 30 juillet 2016 au nord de la forêt du Palatinat (Waldleiningen), en Allemagne, à environ 40 km de la frontière avec les Vosges du Nord.

.

Ils portent un collier émetteur GPS qui avec la batterie pèse entre 300 g et 500 g selon le sexe, soit moins de 2 % du poids des lynx. Ce collier coûte 2000 € et il est fabriqué au Canada. Le GPS enregistre la position de chaque lynx (localisation à 2 m près) et l’envoie par SMS sur l’ordinateur des responsables du suivi. Quand la batterie est vide, le collier se détache lui-même. Si le signal du GPS est défectueux, il y a un émetteur VHF qui peut prendre le relais. Sur une zone plate, le signal VHF porte sur 1 à 1,5 km en zone plate et sur 500 à 600 m en pente.

.

Les localisations GPS dépendent des animaux, de 3 à 4 points par jour à 8 à 10 points par jour. Le pointage indique la température, l’altitude et l’heure. Si plusieurs points sont rapprochés la nuit ou tôt le matin, c’est que le lynx a tué une proie. Si plusieurs points sont proches le jour, c’est que le lynx est dans son gîte diurne. Le lynx est actif surtout de la tombée de la nuit au matin. Enfin, le collier GPS n’est pas équipé pour connaître le rythme d’activité du lynx. Mais il y a une alerte si aucune activité n’est détectée au bout de 12 heures. Dans ce cas il est prévu qu’une déléguée à la protection de la faune sauvage du parquet de Kaiserslautern alerte la police qui peut dépêcher des experts pour venir enquêter.

.

Les trois lynx se comportent de manière indépendante mais leurs chemins se croisent régulièrement. En journée, ils fréquentent la forêt et durant la nuit ils s’aventurent en zone ouverte. Les lynx traversent les routes. Leur proie principale est le chevreuil. Des cadavres ont déjà été identifiés, ils avaient été consommés plusieurs jours par les lynx.

.

En octobre 2016, Lucky a attaqué des brebis et des chèvres dans deux parcs non entièrement clôturés ou non électrifiés. Ces parcs sont situés dans des vallées étroites en plein milieu forestier. Ils ont été immédiatement protégés par une clôture électrique et l’éleveur a été dédommagé pour ses pertes : 4 jeunes chèvres et 9 agneaux (3 tués et 6 disparus). Ce parc est situé actuellement dans le territoire de Lucky et de Rosa, une autre femelle.

.

En janvier 2017, Lucky et Kaja ont fréquenté le même territoire et les mêmes endroits puis entre le 17 et le 20 février, ils ont passé du temps ensemble et se sont accouplés. Dix semaines plus tard, Kaja, âgée de 4 ans, a réduit ses déplacements. Le gîte de mise bas n’a pas été contrôlé pour protéger les animaux. Après deux semaines Kaja a déménagé vers une autre tanière. Ce changement de tanière permet au lynx d’éviter des infestations parasitaires et d’attirer l’attention avec trop d’empreintes. Quatre semaines après la naissance, les petits ont été pesés (1 et 1,3 kg) et ont été équipés de puces électroniques pour les identifier, ils étaient dans une petite cavité rocheuse. Pendant 9 semaines après la naissance, ils sont nourris au lait maternel puis ensuite ils suivent leur mère jusqu’à la proie qu’elle a capturé. Ils resteront avec leur mère environ 10 mois.

.

Michael Back avec Bodo – photo JC Génot

Luna, après son lâcher, a fait une excursion vers l’est en direction de Neustadt et Ramberg ; puis en décembre 2016, son collier n’a plus envoyé de données. En avril 2017, un promeneur a vu un lynx équipé d’un collier émetteur, or il s’agissait d’une zone où n’étaient ni Lucky ni Kaja. L’équipe Life a cherché des traces de Luna avec des chiens capables de détecter des pistes de lynx. Les chiens ont retrouvé les sites de repos du lynx et des poils qui, après analyse génétique, ont permis d’identifier Luna. Michael Back, membre de l’équipe Life et chasseur, a entraîné deux chiens pour suivre les traces de lynx. Il y a Bodo, un rouge de Hanovre, qui cherche la trace au bout d’une laisse et Emile, un fox terrier, qui va seul sur le terrain mais qui revient chez son maître s’il a repéré quelque chose. Ces chiens sont entraînés à ne pas attaquer le lynx. L’entraînement a lieu une fois par semaine. On utilise deux à trois poils de lynx, on appelle cela le procédé « micro quantité ». Pour les empreintes, on utilise une chaussure à trace. Le chien utilise cette empreinte pour s’orienter. Le lynx n’ayant aucune glande au niveau des pattes, il ne laisse pas d’odeur au niveau du sol.

.

Souvent les chiens détectent les crottes, mais ce qui intéresse Michael Back, c’est la présence du lynx. Le chien doit donc détecter la moindre trace ou odeur et Michael récolte le moindre poil. Bodo et Emile sont des chiens qui recherchent le gibier blessé mais désormais leur entraînement les conduit à effectuer 40 à 50 recherches de lynx par an. En mission, les chiens ont également un collier GPS et Michael peut leur parler à distance pour les encourager ou leur indiquer un lynx spécifique car un chien peut distinguer les traces de plusieurs lynx. Ainsi les chiens permettent de retrouver des proies, des poils, des empreintes ou des griffures et de contrôler les lieux de passage d’un lynx : au-dessus d’un grillage pour franchir une autoroute, en dessous ou par un passage à faune. Pour ce travail fantastique mené par ses chiens, Michael leur offre une récompense : des caresses à Bodo et une peluche à Emile !

.

Arcos (mâle de 25 kg), capturé en Suisse, est lâché le 7 mars 2017 sur le même site que les 3 premiers lynx. Après sa capture, il a été placé comme les précédents dans une station de quarantaine pour un examen de santé approfondi puis mis dans une cage pour le transporter vers la forêt du Palatinat. En deux semaines, Arcos a parcouru 130 km, soit 10 km par jour. Il a quitté la forêt du Palatinat vers l’est et a franchi une autoroute (A65). Puis il est parti vers le nord et a traversé deux autoroutes (A6 et A63) avant de bifurquer vers le sud.

.

Après trois semaines, Arcos a parcouru 260 km. Il s’est dirigé vers la France et a traversé des cours d’eau et il est peu probable qu’il ait franchi ses cours d’eau à chaque fois sur un pont. Arcos a traversé les milieux ouverts et contourné les Vosges du Nord puis s’est dirigé vers les Vosges du Sud à hauteur de Gérardmer. Ce type de grand déplacement (335 km depuis le site de lâcher) lors d’une réintroduction n’est pas rare pour certains animaux à la recherche d’un territoire.

.

Lâcher de Bell le 5 avril 2017 – photo SNU Martin Greve

Bell (femelle de 18 kg), capturée en Suisse, est lâchée le 5 avril 2017 à Waldleiningen. Ce lynx est né en 2013 et a eu 4 jeunes en 2015. Bell s’est d’abord orientée vers le nord, a traversé une autoroute (A63) et fait un détour en plaine du Rhin en milieu ouvert puis elle a rejoint la forêt du Palatinat. Elle a emprunté des ponts et des passages souterrains pour traverser des autoroutes et l’éco pont créé spécialement pour la faune sauvage au-dessus d’une autoroute (A6).

.

Rosa (femelle de 18 kg), capturée en Suisse, est lâchée le 13 avril 2017. Elle s’est dirigée vers le sud et elle est en contact avec le territoire de Kaja et partage une partie du territoire de Lucky.

.

Cyril (mâle de 18 kg et âgé de 6 ans), capturé en Slovaquie en mars et placé dans un enclos de quarantaine, est lâché le 22 avril 2017. Il s’est alors orienté vers l’Est, entre Bad-Durkheim et Ludwigshafen, dans un paysage de cultures et de forêts où il a trouvé suffisamment de ressources alimentaires et de cachettes pour se réfugier. Cyril est resté un certain temps dans la zone protégée Maudacher Bruch de Ludwigshafen et s’est ensuite dirigé au Sud-Est du Vieux-Rhin de Neuhofen, d’où il a franchi le Rhin à la nage, six semaines après son lâcher. Après avoir franchi le Rhin, Cyril a utilisé une étroite forêt riveraine, entourée de zones urbaines, de routes et d’autoroutes. Etant donné que les lynx mâles ont besoin de territoires allant de 100 et 400 km², pour avoir, à long terme, suffisamment de proies, il était probable que Cyril poursuive son exode plus loin dans le Bade-Wurtemberg. Actuellement, dans le Bade- Wurtemberg, seuls quelques individus mâles sont présents dans le Sud de la Forêt Noire, dans le Jura souabe et dans la vallée du Danube. Ces animaux proviennent du Jura suisse ou du Nord-Est de la Suisse, comme cela a pu être démontré pour certains individus au cours des années précédentes. Il est connu que les mâles en recherche d’un territoire approprié et de congénères pour la reproduction, sont capables de parcourir de longues distances. A cause de l’absence de femelles, aucune population n’a pu se développer jusqu’à présent dans ce Land.

.

De ce fait, Cyril n’aurait pas pu rejoindre une population de lynx, ni rencontrer une femelle, même à grande distance. Comme les zones environnantes étaient également peu favorables au lynx, la Fondation, avec l’autorisation du Ministère du milieu rural et de la protection des consommateurs du Bade-Wurtemberg et d’autres autorités compétentes, a organisé la capture du lynx et son retour vers la forêt du Palatinat. Cette action a été conduite en coopération avec l’Institut Forestier de Recherche du Bade-Wurtemberg, les acteurs locaux et les chasseurs. La capture a eu lieu dans la nuit du 19 au 20 juin, près d’un chevreuil tué par Cyril. Après son arrivée sur le lieu du lâcher dans la forêt du Palatinat, le lynx a aussitôt été libéré. Dans le Palatinat, il a accès à quatre femelles qui ont aussi été lâchées dans le cadre du projet de réintroduction.

.
En juillet 2017, Arcos est toujours dans les Vosges du Sud à hauteur de Gérardmer. Les six autres lynx sont dans le Palatinat et se répartissent sur une distance de 43 km entre le centre et le nord-est du Parc naturel de la forêt du Palatinat.

.

.


.

ANNUAIRE 2019
Spécial 50 ans


Ils nous soutiennent
pour nos 50 ans