Les Dialogues en Humanité : « Apprends-moi à danser sous l’orage et nous vivrons des jours heureux »

Pour leur 17e édition, les Dialogues n’ont pas failli à leur objectif : faire dialoguer entre eux des humains de toutes origines et de toutes conditions ! La recette est simple : définir une thématique et trouver un arbre sous lequel s’assoir pour en parler. « Apprends-moi à danser sous l’orage et nous vivrons des jours heureux » était le fil conducteur des agoras sous les arbres à palabre.

.
par Patrice Auro

.

Du 7 au 9 juillet 2017, se sont déroulés trois jours d’échanges enrichis de la différence des autres. Si parfois les axes de paroles proposés semblaient ardus : « protégeons les enfants de la guerre et de la violence», «être humain dans un monde complexe», « transmettre le savoir de l’agriculture ancestrale dans la modernité »… les échanges se sont déroulés toujours dans la bienveillance et la parole de chacun est écoutée et entendue.

.

Mais c’est la réflexion collective qui donne à chacun des éléments de réponse sur son propre questionnement. Ici pas de « têtes d’affiche » pour asséner leurs vérités (« la vérité a mille visages » proverbe chinois) mais des anonymes aux expériences personnelles variées et riches d’enseignements. Après les agoras, les échanges se prolongent le plus souvent autour d’un repas du Monde ou simplement une salade « bio » et locale. Si le plus souvent ce sont les agoras majeures qui « attirent le chaland » les ateliers ne sont pas de reste. Leurs diversités ont permis aux nombreux visiteurs du site du parc lyonnais de découvrir les chants navajos, la Communication Non Violente, le tissage africain, la voix du Tao, le basket en fauteuil, le massage Chi Ni Tsang, le yoga shamanique, l’AÏkiNostress, la réflexologie plantaire, l’accueil des migrants, l’art aborigène d’Australie… et la pédagogie Gatteno proposée par le centre social Bonnefoi/Lyon. Elle est destinée à tous les migrants qui veulent s’intégrer en France. Un conteur haut en couleurs est même venu raconter la version officielle de la chèvre de M.Seguin.

.

Selon la tradition bien française où « tout se termine en chansons » des concerts du Monde ont réuni des musiciens de tous horizons : africains, syriens, indiens, américains, tibétains, algériens et français pour clôturer chacune de ces journées. Pour les méditatifs, le parc de la Tête d’or est un lieu fabuleux où les arbres offrent sans retenue une énergie séculaire sous une canopée apaisante. Les Dialogues en humanité se dupliquent dans le monde entier : Ethiopie, Inde (Auroville /Bangalore), Allemagne, Belgique, Himalaya, Sénégal, Brésil, Bénin, Maroc, Togo et France (Lyon, Grenoble, Saint Ouen, Chamonix …). Une édition corse est en projet pour septembre 2018 !!!

.

Les Dialogues en humanité, une utopie destinée aux « bobos » ? Ceux qui pensent ça sont ceux qui ignorent qu’un Vent nouveau se lève. Vent nouveau qui apporte des valeurs d’une société nouvelle basée sur le respect, le partage, l’empathie, la résilience, la tolérance, la non-violence. Vent nouveau dont les Dialogues en humanité en sont un des vecteurs de propagation…

.

« Il n’y pas de vent contraire pour celui qui sait où il va » (Roosevelt)

.

Pour en savoir plus
dialoguesenhumanite.org
https://fr-fr.facebook.com/patrice.auro

.

.


.