Les éoliennes tueuses d’oiseaux ?

Une récente étude de la LPO (Ligue de protection des oiseaux) a suscité l’ire d’un membre « historique » des JNE. Vous trouverez sur ce lien une interview d’Allain Bougrain-Dubourg, président de la LPO et lui aussi membre « historique » des JNE, dans laquelle il précise sa position. Le débat est lancé !

.

par Roger Cans

.

En écoutant France Inter ce dimanche matin 25 juin, j’ai entendu deux bulletins d’information qui m’ont fait dresser l’oreille : dans le premier, on signalait que la LPO vient de publier une étude prouvant que les éoliennes ont tué cette année en France un millier d’oiseaux, notamment des rapaces nocturnes. Dans le deuxième bulletin, on dénonçait une pratique culinaire de l’île de Chypre qui consiste à servir des petits oiseaux à ses hôtes, pratique qui entraîne la mort de deux millions d’oiseaux chaque année dans l’île d’Aphrodite.

.

Un millier d’un côté, deux millions de l’autre. Ma conclusion, évidente : les éoliennes ont une incidence pelliculaire sur la mortalité de la gent ailée. Ayant peint des cadavres d’oiseaux depuis ma tendre jeunesse, je sais combien la route et les vitres peuvent être mortelles. Ce ne sont pas un mais des milliers d’oiseaux qui sont tués ou se tuent chaque année de manière courante. Et je ne parle pas des chats, ces féroces prédateurs, ni des poteaux creux, ces redoutables pièges, qui tuent chaque année aussi des milliers d’oiseaux, chauves-souris et petits animaux divers. Je n’ai jamais trouvé un cadavre sous une éolienne, sinon ma collection de planches peintes serait beaucoup plus riche !

.

Alors ? La LPO n’aime pas les éoliennes, dont les élégantes palmes évoquent d’immenses ailes et brassent l’air sans bruit pour fournir de l’énergie. Soit. On peut très bien ne pas aimer les éoliennes et les accuser de tous les maux, réels ou supposés, mais les rendre responsables de la mort des oiseaux est une imposture. La LPO, qui connaît pourtant bien les oiseaux, devrait connaître l’échelle de dangerosité qui les menace réellement. Une étude américaine (Erickson & al.), publiée en 2005, a recensé tous les dégâts provoqués par l’homme sur l’avifaune. Il en ressort que ce qui fait le plus de victimes sont les bâtiments (gratte-ciel ou maisons individuelles), puis le réseau électrique (par collision ou électrocution), puis les chats, puis la route et enfin les pesticides. Les éoliennes ne comptent presque pour rien (une moyenne de deux ou trois oiseaux par mât et par an). Une tour de télévision aux Etats-Unis a tué 12.000 oiseaux en une seule nuit (passereaux surtout). Curieusement, la chasse n’entre pas dans cette étude, parce que les Américains aiment surtout la chasse au gros. Alors que la chasse au gibier à plume est encore florissante en France, en Italie et en Grèce notamment.

.

Les Anglais aussi ont fait leurs calculs : tous les six mois, les chats font disparaître chez eux 57 millions de mammifères et 27 millions d’oiseaux. Vous avez bien lu : 27 millions d’oiseaux. En France, le Muséum commence seulement à étudier cette prédation en faisant appel aux propriétaires de chats. Nul doute que, au terme de cette étude, on découvre encore des chiffres accablants. Quant à la route, ceux qui gardent un œil sur le bitume et ses bas-côtés le constatent : le hérisson, le merle et surtout la chouette effraie paient un lourd tribut à la circulation automobile, beaucoup plus lourd que les rares oiseaux tués par les rares éoliennes de nos campagnes.

.

Paradoxalement, le cri d’alarme poussé par la LPO est un coup d’épée dans l’eau et même plus : la preuve que les éoliennes, en France comme aux Etats-Unis, ne sont pour pratiquement rien dans les hécatombes d’oiseaux constatées ici ou là. Lorsqu’on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage. Lorsqu’on veut tuer les éoliennes, on dit qu’elles tuent les oiseaux. Mais ce n’est pas complètement vrai.

.

L’étude de la LPO peut être téléchargée en cliquant ici.

.

.


.

CANARD SAUVAGE
Spécial 50 ans

ANNUAIRE 2019


Ils nous soutiennent
pour nos 50 ans