Africa Days à HEC Paris: le process du business in Africa

HEC Paris organisait les 15, 16 et 17 mai les Africa Days. trois soirées thématiques pour échanger et débattre autour des défis et enjeux de l’Afrique

.

par Bernard Desjeux

.

C’est la première fois que je pénètre sur le campus de HEC Paris à Jouy-en-Josas. Disons-le, je suis venu un peu pour ça, pour voir comment est un campus. Celui-ci n’a pas grand chose à voir avec celui de mes études lointaines à Nanterre. Les murs étaient couverts d’affiches, de slogans : « ici on spontane », « A travers Crozier nous retrouvons notre vieil ennemi la marchandise » , etc. Ici tout est vertical, pas une courbe, des espaces verts sans mauvaises herbes, bien tondus, bien aménagés. De beaux jeunes gens et de belles jeunes filles se baladent décontractés les mains pleines d’ordinateurs, tout en lisant un smartphone ou une tablette, il y a des écrans partout. Il se trouve que moi, pour des raisons un peu longues à développer, je n’ai pas de téléphone et je cherche désespérément la personne qui doit m’accueillir. Une jeune fille s’arrête : « puis-je vous aider ? ». Je suis sauvé, damned ! Elle a bien sûr un téléphone, mais pas sur elle. Je suis tombé sur la seule qui n’est pas suréquipée. Je crois être secouru par le téléphone fixe de la cafétéria, je tombe sur une messagerie, on me rappellera à ce numéro, mais je ne serai plus là. J’ai installé finalement mes livres sur une table qui me semblait vide et tout s’est bien passé.

 

 

.

1er jour

Africa Days s’est ouvert par un grand débat en présence de Daniel Kablan Duncan, vice-président de la Côte d’Ivoire, Kako Nubukpo, directeur de la Francophonie économique et numérique, ancien ministre du Togo, Mahamane Alassane Touré, adjoint au directeur des opérations du marché de la BCEAO (Banque Centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest), la modération étant assurée par Pascal Chaigneau, professeur affilié à HEC Paris. La synthèse de ce débat très consensuel a été assurée par Abdelmalek Alaoui, journaliste à la Tribune Afrique. J’ai été frappé par la clarté, la précision des exposés la finesse du modérateur qui « aime l’Afrique » d’une façon générale et aussi toute personnelle.

.

On apprend les défis que l’Afrique doit relever, parmi lesquels l’éducation, la santé, la transformation des matières premières, la lutte contre la corruption, le réchauffement climatique. On apprend que le Franc CFA est en bonne santé : « c’est comme une assurance, cela ne coûte cher qu’avant l’accident », insiste Daniel Kablan Dunkan. Donc oublions les contextes idéologiques ou historiques et utilisons cet outil d’une monnaie forte et convertible, quel que soit son nom. Il n’y a que 5 % du revenu du cacao qui reste en Côte d’Ivoire, premier producteur mondial. Idem pour la noix de cajou : des liens ont été engagés avec le Vietnam, premier transformateur de noix de cajou…

.

La démographie va augmenter dans de grandes proportions, ce sera une richesse économique… Très bien très bien, mais quid du travail informel des femmes, quid du code des investissements. Les questions sont nombreuses.

Au fait, vous connaissez la différence entre le poulet bicyclette et le poulet bateau ? Le poulet bicyclette, c’est l’équivalent du poulet fermier à l’ancienne qui a beaucoup couru et qui est bien ferme et bien bon. Le poulet bateau ce sont les carcasses que l’on déverse sur l’Afrique et qui font crever les petits paysans car beaucoup moins chers. Ne pas confondre avec le poulet téléviseur qui lui est cuit en rôtissoire !

.

Même si les exposés sont précis, argumentés de chiffres (la croissance exceptionnelle de la Côte d’Ivoire presque à deux chiffres, les échanges avec la Chine et les pays émergents) je suis frappé par le décalage entre cette salle bourrée de bonnes intentions et la réalité. On sent tout le monde dans les starting blocks, prêt à aller travailler, investir en Afrique.

.

J’entends ces discours depuis plus de quarante ans : « quand l’Afrique s’éveillera », « L’Afrique le continent le plus riche du monde va décoller ». Alors, quoi de neuf ? Il me semble qu’une page est en train de se tourner. De jeunes diplômés restent au pays et y créent leurs sociétés. J’ai cru comprendre qu’HEC cherche à accompagner le mouvement.

.

Reste un décalage énorme entre ces discours bien ficelés et la réalité quotidienne. Je reviens d’un séjour en Guinée Conakry, j’ai mis 18 heures pratiquement sans arrêts pour relier la capitale à la ville de Kankan (700 km) par la principale route du pays complètement défoncée. La Guinée est le premier producteur de bauxite du monde.
J’ai poursuivi dans des villages plus reculés. Le moteur du bac ne marche plus, il faut monter la voiture et se mettre à l’eau pour pousser le bac, enfin pas nous, mais le « bacqueur ».

.
La soirée de cette première journée s’est terminée par un cocktail, l’Afrique noire est bien partie. A suivre.

.

2e jour

.

Aujourd’hui, le débat est sur l’entreprenariat en Afrique. Un peu surréaliste devant un panel de banquiers et d’hommes d’affaires qui témoignent de leurs success stories.

.

La salle est pleine. Beaucoup d’Africains. Mon voisin est venu avec son CV, il espère une rencontre miraculeuse, une embauche qui permettrait de gagner un peu sa vie, il aimerait se faire construire une maison pour sa famille. Un ancien élève d’HEC, Christian Kamayou, fondateur de MyAfricanStartup, parle des 100 meilleurs start ups d’Afrique. Ici, on a la culture du concours. D’autres intervenants rêvent de lever des millions, de s’adosser à des groupes, d’écosystèmes, de process, d’emprunts des femmes et des 65 milliards que la diaspora envoie chaque année en Afrique. Cet argent va surtout vers des dépenses de bouche et de santé. C’est vrai que se nourrir est accessoire. Un intervenant explique qu’on ne met pas assez de phytosanitaires en Afrique. J’ai écouté ce conseil : vous pouvez développer votre offre verticalement ou horizontalement. Comme l’Afrique a besoin de tout, vous pouvez vendre de tout. Il y a cette jeunesse qui arrive en rangs serrés, c’est un marché formidable : des millions et des millions de consommateurs vont se presser dans les usines du « néo mercantilisme ». J’ai le tournis. J’hésite encore à créer ma startup et à me faire incuber. Lorsqu’un jeune Marocain, élève d’HEC, avec l’audace de sa jeunesse décline avec un Power point d’école, un projet autour de l’agriculture car le savez-vous, il faut développer l’agriculture, personne n’y avait pensé. En tout cas, ce jeune a fait un business plan avec quelques camarades pour aller enquêter sur la question pendant six mois. Il cherche un financement. Si vous avez une idée…

.

Pour une Afrique verte : le défi de demain, roulez jeunesse…

La semaine dernière en Guinée, j’ai rencontré une équipe d’agronomes marocains qui venaient « aménager » des terres en bordure du fleuve Niger : pivots arroseurs, phytosanitaires, tracteurs de 80 CV. De quoi flinguer toute une population et accélérer la déforestation et la désertification tout en ramassant un beau pactole. Quand on vous dit qu’il y a des opportunités en Afrique…

.
En tout cas, je n’ai pas entendu parler, ce qui est rare dans ces débats sur l’Afrique, d’humanitaire et d’aides ou si peu. C’est très reposant.

.

3e jour

En indiquant 1er, 2e, 3e jour, j’ai l’impression d’évoquer un chemin de croix. Se rendre sur le campus d’HEC et surtout en revenir à plus d’heure est un vrai cauchemar. Pire que la route Conakry-Kankan !

.

C’est dans le RER que je côtoie cette diaspora, celle qui exporte ces 65 milliards dont on parlait hier. Je calcule que j’ai passé plus de temps dans ces foutus RER que devant ma table de livres. Ces livres que je ne peux vendre pour une raison qui m’échappe dans ce temple du business. Il faut bien le reconnaître, cela n’intéresse pas beaucoup. Je vois défiler du beau monde mais leurs préoccupations vont ailleurs. Nous avons pourtant édité avec le PNUD de Côte d’Ivoire un important livre dont le préambule a été écrit par le vice-président de ce pays, celui-là même qui est à l’honneur. Ce livre contient 70 contributions d’experts de toute l’Afrique traitant de l’émergence et du développement durable de l’Afrique. Quand je le montre, j’ai l’impression de déranger. Il n’est jamais trop tard pour bien faire.

.
Mon offre n’est visiblement pas dans le segment du marché. J’ai pourtant une offre verticale qui va du beau livre à des biographies dont celle de Younoussi Touré, premier premier ministre de la démocratie au Mali, ancien président de l’Assemblée nationale, directeur de la banque centrale qui est passé par la BCEAO et l’UEMOA (Union économique et monétaire ouest-africaine)… et qui dans le premier tome raconte son enfance de petit paysan dans la région de Tombouctou, de leader étudiant à l’époque de Nkrumah Lumumba, Sekou Touré, Modibo Keita…
.

Tout ça, c’est bien joli, mais ce qui intéresse, c’est semble-t-il ce continent qui va s’ouvrir aux marchés du monde entier, donc marketing, marketing.

.

Comment ont été choisis les stylistes qui constituent le panel du jour ? A cause de leur marketing. Vous aviez deviné.

.

Le débat est particulièrement intéressant car la parole des créateurs sonne vrai. Il n’y a pas incompatibilité entre les business plans et la création. Sakina Msa en sait quelque chose, elle pétille d’intelligence et de vie, s’affirme comme une créatrice avant tout, sans renier l’Afrique et sans renier Paris, ville de création et d’émulation. Elle a monté en plus de ses créations une boutique de mode éthique dans le Marais à Paris avec 60 créateurs. Elle évoque son ami et ainé Lamine Xuli Bet, grand créateur mondial qui a eu du mal à dépasser un certain stade de développement. Je suis impressionné par Nefer qui a travaillé pour de grandes maisons comme Smalto avant de créer sa propre marque Nefer, il crée des costumes sur mesure pour les grands de ce monde. Le prix : autour de 5000 €. La présentatrice évoque sa surprise de voir dans ce panel l’anthropologue Brice Ahounou. « C’est un sujet clef : se vêtir » ? Brice évoque de façon vécue et percutante le phénomène de la sape qu’il a contribué à relancerr lors d’une exposition et un défilé au musée Dapper. Olivier Delahaye, cinéaste et producteur, viendra présenter rapidement son film Soleils qui passe au Lucernaire. Un film pépite qui montre une Afrique débarrassée des visions exotiques. « L’Afrique a quelque chose à vous dire », ça tombe bien.

.
* Daniel Kablan Duncan, vice-président de la Côte d’Ivoire, a écrit le préambule du livre Sustainable development and the Emergence of Africa, paru aux éditions Grandvaux, avec une préface d’Alassane Ouattara, président de la République de Côte d’Ivoire. Ce livre était consultable sur la table des éditions Grandvaux à Africadays et bien sûr en vente dans « toutes les bonnes libraires ».

.

.


.