Hommage à Bella Belbéoch, noble figure de la lutte antinucléaire

Les JNE saluent la mémoire de Bella Belbéoch, pionnière de l’information indépendante sur l’énergie nucléaire, décédée le 24 septembre dernier.

.

par Laurent Samuel

.

belbeoch_bella-1-v_0

Bella Belbéoch, pionnière de la lutte antinucléaire

Avec son mari Roger, mort fin 2011, Bella Belbéoch avait été pendant une trentaine d’années l’un des piliers du GSIEN (Groupement de scientifiques pour l’information sur l’énergie nucléaire). Après avoir quitté cette ONG en 2004, Bella et Roger, tous deux physiciens nucléaires, avaient continué inlassablement à diffuser les informations sur l’atome dit « pacifique », en particulier sur les conséquences sanitaires de Tchernobyl.

.

Comme le rappelle Jean-Claude Zerbib, autre « vétéran » des combats contre le nucléaire, dans un beau texte mis en ligne sur le site de Reporterre, Bella Belbéoch fut l’une de toutes premières, dès le 1er mai 1986 dans les colonnes du magazine Ecologie de Jean-Luc Burgunder, à tirer la sonnette d’alarme sur l’ampleur de la catastrophe de Tchernobyl.

.

Ces dernières années, Roger et Bella Belbéoch avaient beaucoup travaillé sur les malfaçons des cuves et générateurs de vapeur des réacteurs nucléaires français. Leur lutte contre le mur du silence qui a longtemps régné sur ce sujet a contribué à ce que cette question soit aujourd’hui enfin débattue sur la place publique.

.

Passionnée, parfois intransigeante, Bella Belbéoch était un personnage hors du commun. Même si la plupart d’entre eux ne l’ont pas connue, tous les journalistes qui nous informent aujourd’hui (avec une liberté impensable il y a 40 ans) sur les impasses du nucléaire lui doivent doivent une fière chandelle !

.

Avec retard, les JNE adressent leurs condoléances à sa famille et à ses proches.

.

.


.