Alerte aux déchets en forêt de Fontainebleau

Quelque 357 tonnes de déchets ont été collectés en 2015 en forêt de Fontainebleau, contre 200 tonnes en 2014.

.

par Annick Mouraret

.

On recense 30 % de déchets diffus au bord des routes et aires d’accueil, et 70 % de dépôts sauvages : encombrants, déchets verts, gravats, 6 tonnes de pneus, 1,5 tonne de déchets amiantés…

.

Les dépenses occasionnées par ces déchets ont encore augmenté en 2015, atteignant 200 000 euros, dont 50 000 euros pour leur seul traitement.

.

L’ONF se mobilise pour sanctionner les pollueurs :
. installation d’un dispositif de contrôle photographique à certains endroits et sanctions financières ;
. limitation systématique des poubelles;
.fermeture nocturne des sites les plus sales, notamment les parkings de Franchard et de l’Epine nord ;
. recherche de partenariats pour la gestion des déchets ;
. opérations « Forêt propre » en juin.

.

cahiernoir-une-2L’ONF a cessé de collecter les déchets en juin 2016, sans réactions communales. Les AFF (Amis de la forêt de Fontainebleau) ont réalisé en octobre un cahier noir pour faire prendre conscience du problème et trouver une solution efficace et réaliste. Le massif s’étend sur plusieurs communes, dont Fontainebleau ; paradoxalement, elles ne se sentent pas responsables de la propreté de la forêt, à quelques exceptions près, pour ses lisières ou les bas-côtés des routes.

.

Paradoxalement aussi, l’ONF est facturé par les déchetteries pour le dépôt des ordures collectées (sauf pour les opérations « Forêt propre »), comme s’il en était responsable et reçoit une contribution financière en baisse régulière du département de la Seine-et-Marne. Cette situation est inacceptable dans une Forêt de protection au label Forêt d’exception. C’est incompatible aussi avec le souhait des collectivités locales de postuler à l’inscription sur la liste du Patrimoine mondial établie par l’UNESCO.
.

Les communes doivent s’engager… Les retombées économiques apportées par les visiteurs sont évaluées à 11 millions d’euros par an. La forêt ne pourra retrouver une situation de propreté satisfaisante qu’avec une prise en charge des coûts justement répartie. Une convention pourrait lier, dans le cadre de Fontainebleau-Forêt d’exception, tous les acteurs : conseil départemental, communes, SMICTOM, ONF, associations. A suivre…

.

Pour en savoir plus, lire ici un article récent du Parisien.

.

Cet article paraîtra dans Paris-Chamonix, revue du Club alpin Ile-de-France, au 1er trimestre 2017.

.

.


.

ANNUAIRE 2019
Spécial 50 ans


Ils nous soutiennent
pour nos 50 ans