Prévention des risques écologiques en Algérie

En Algérie, un nouveau dispositif anti-incendie en milieu urbain vient d’être mis en place.

.

par M’hamed Rebah

.

Sauf dérogation en cours de route, les établissements, immeubles et bâtiments auront un délai maximal de 5 ans, à compter de la publication au Journal officiel de la loi relative aux règles générales de prévention des risques d’incendie et de panique, pour procéder à leur mise en conformité avec les dispositions de ce texte, qui comporte 47 articles.

.

Il prévoit, en effet, la mise à jour des normes en vigueur en matière de prévention et de sécurité contre les risques d’incendie, dans les locaux accueillant le public ainsi que dans les bâtiments à usage d’habitation. Ces normes sont inspirées du « droit à la sécurité » des personnes, des biens et de l’environnement, et des intervenants en cas de sinistres. Le texte de loi, dont l’avant-projet a été examiné et approuvé par le Conseil des ministres, mardi 26 juillet 2016, sera débattu et voté lors de l’actuelle session à l’Assemblée populaire nationale (APN).

Dans son intervention au cours du Conseil des ministres, le président Bouteflika a interpellé les autorités concernées, centrales ou locales, sur la nécessité de « veiller au strict respect de l’ensemble des règles relatives à l’urbanisme, à la construction ainsi qu’à la sécurité des immeubles y compris contre les incendies et les séismes ». Quatre jours après ce Conseil des ministres, un incendie a détruit, à Bab el Oued (Alger), un immeuble (centre de transit) de deux étages, dont les séparations en bois ont favorisé la propagation de l’incendie à la toiture d’un autre immeuble.

.

Autre exemple-type de ces cas de sinistres qui se produisent dans le tissu urbain, rapporté par Reporters, l’incendie qui s’est déclaré vendredi 9 septembre à 13 h 36 dans un restaurant, situé au bas d’un petit immeuble boulevard Mohamed Khemisti, à Alger-centre, près de la Grande Poste. Le sinistre a été maîtrisé par la Protection civile qui a déployé trois engins anti-incendie, une ambulance et quatre équipes d’intervention. Les pompiers ont réussi à le circonscrire avant qu’il ne se propage aux étages supérieurs. Les résidents de l’immeuble ont été vite évacués et aucun blessé n’est à déplorer. Mais le restaurant fermé depuis quelques jours pour des travaux de rénovation a été détruit par le feu.

.

Durant le premier semestre 2016, pour la seule wilaya d’Alger, la Protection civile est intervenue sur 518 incendies en milieu urbain (habitation, magasins, marchés). Dans ces situations, la question de la responsabilité est souvent posée après la détermination par l’enquête des causes du sinistre. La nouvelle loi édicte « des obligations aux personnes physiques et morales concernées pour la vérification des installations de détection et de lutte contre les incendies, ainsi que de la mise en place de facilités d’évacuation des occupants en cas de sinistres ». Ainsi, la responsabilité des constructeurs, des installateurs des équipements et des exploitants est pleinement engagée, alors que l’administration ou les organes habilités sont appelés à renforcer leur contrôle. Des sanctions très sévères envisagées par la loi pour les contrevenants seront appliquées par l’autorité judiciaire compétente en vue de freiner et prévenir les cas susceptibles de mettre en danger la vie des personnes et leurs biens. Une nouveauté remarquable : les officiers de la Protection civile auront la qualité d’agents de police judiciaire pour les constats des infractions. Enfin, une commission centrale de prévention des risques d’incendie et de panique est prévue au sein du ministère de l’Intérieur, élargie, au niveau de la wilaya.

.

Cet article a été publié dans le quotidien algérois Reporters.

.

.


.

ANNUAIRE 2019
Spécial 50 ans


Ils nous soutiennent
pour nos 50 ans