A Capbreton, Patrick Lafargue a toujours la pêche !

Au cours de la journée capbretonaise du voyage JNE/AJE/AJEC 21 en Aquitaine, le 8 avril dernier, nos journalistes ont rencontré un personnage haut en couleurs : Patrick Lafargue.

.

par Dominique Martin-Ferrari

.

photo

Figure historique des marins de Capbreton, Patrick Lafargue est aujourd’hui patron du CRPEM (Comité régional des pêches maritimes) d’Aquitaine @ Laurent Samuel

Patron du CRPEM (Comité régional des pêches maritimes), comme un vieux pirate, Patrick Lafargue affiche ses chaînes et boucles d’oreilles d’or, fier de la réussite de sa famille. Aujourd’hui, il entame une deuxième vie (ou une énième). Après trente ans de bons services en tant que marin pêcheur, il a délaissé la mer pour en défendre ses hommes et leurs intérêts à Bruxelles. Capbreton compte 19 bateaux de pêche qui sont comme tous soumis aux problèmes liés à la pêche industrielle, au respect des quotas, à la gestion la plus durable du métier.

.

Quand il n’est pas à Bruxelles, Patrick Lafargue accueille volontiers les chercheurs à bord de son bateau pour explorer le gouf, ou bien il aide sa femme à la tête d’une des plus grosses AMAP/poissons de France. Ils ont été pionniers dans cette activité et distribuent environ 450 paniers par semaine. « Jusqu’à 800 quand il faut rattraper les semaines de mauvais temps et uniquement avec du poisson qui vient d’ici. »

.

Il suit avec attention le plan pibale (civelle) qui semble s’améliorer. Rappelons nous : dans les années 90, les civelles étaient en voie de disparition. Avec le magazine Gaia, nous avions suivi les efforts de lutte contre cet intense braconnage alimentés par les marchés chinois (voir le film réalisé en 1998 : http://gaia.mediapeps.org/production_nv/film.php?formatique=documentaires26&thematique=mer&numero=23)

.
Patrick Lafargue porte une bonne nouvelle : la civelle revient. Des bassins de repeuplement ont été construits dans des endroits naturels sans prédateur. Le programme va être prolongé jusqu’en 2020. Cette année encore, 5 à 10 % des civelles pêchées serviront aux opérations de repeuplement des bassins français pour permettre la reconstitution des populations d’anguilles. 2 millions d’euros seront, de nouveau, consacrés aux opérations d’alevinage.

.

Tous nos remerciements à la mairie de Capbreton pour son accueil et à Hugo Verlomme (JNE) pour la préparation et l’organisation de cette rencontre.

.

La version intégrale de cet article est parue dans le N° 33 de la lettre Options Futurs, à télécharger ici.

.

.


.

ANNUAIRE 2019
Spécial 50 ans


Ils nous soutiennent
pour nos 50 ans