Communiqué : la liberté d’informer en question

 

Le site d’information Bastamag, son ancien directeur de publication et trois journalistes de la rédaction (Nadia Djabali, Ivan du Roy et Agnès Rousseaux), font l’objet d’une procédure en diffamation de la part du groupe Bolloré. Cette procédure vise un article de synthèse sur l’accaparement des terres, publié en octobre 2012. S’appuyant sur des rapports des Nations unies et d’organisations internationales, cet article dressait un état des lieux du mouvement d’accaparement de terres en Afrique, en Amérique latine et en Asie, et des grandes entreprises françaises qui y sont impliquées. Cette plainte en diffamation vise également le site Rue 89 et son directeur de publication, Pierre Haski, pour avoir cité l’article dans sa revue de presse ainsi que Dominique Martin Ferrari et son site scoop it Options Futurs pour avoir signalé l’article. Elle n’est pas l’auteur de l’article, ne l’a pas publié, mais a seulement posté un lien. La 17e Chambre (presse) du tribunal de grande instance du Palais de Justice de Paris se prononcera le 11 février prochain dans l’après midi. Outre défendre le droit d’informer, elle aura à se prononcer sur le caractère diffamatoire des questions posées par la partie civile.

.

L’Association des journalistes de l’environnement (AJE) et l’Association des journalistes pour la Nature et l’Ecologie (JNE)  apportent leur soutien à leurs consoeurs et confrères et défendent la liberté d’informer.

.
Rappel : la présence des journalistes à l’audience permet la reprise des échanges dans leur totalité. Parmi les témoins cités par Bastamag : Noël Mamère et Olivier de Schutter. Avocats de la défense : Maître Combe et Corinne Lepage.

.

.


.

ANNUAIRE 2019
Spécial 50 ans


Ils nous soutiennent
pour nos 50 ans