Goupil n° 115

Goupil
La France a recouvré trois de ses grands prédateurs: le loup, revenu depuis 1992, le lynx revenu au début des années 1970 et l’ours qui n’a jamais tout à fait disparu. Mais saura-t-elle les garder? La présence de ces animaux est régulièrement remise en question par des éleveurs, des élus locaux et des chasseurs. Dans les Vosges, où le lynx avait été réintroduit, ils ont gagné. Le félin ne viendra plus manger « leurs » chevreuils. Pourtant, d’après un sondage commandé par l’Aspas et One Voice à l’IFOP, 76% des français affirment que le loup a sa place dans la nature en France,  80 % sont contre son éradication et 75% sont hostiles à ce que des espèces protégées comme le loup, le bouquetin ou le vautour puissent être abattus. Hélas, il semble que les autorités de ce pays se contrefichent bien du désir de la majorité des citoyens. Alors, l’Aspas continu à se battre juridiquement et, bonne nouvelle, l’association a obtenu l’annulation des battues au loup.

Très édifiante aussi l’analyse faite du traitement du sujet « loup » dans les médias. On y apprend entre autre que même dans l’émission pourtant réputée sérieuse et de qualité de Mathieu Vidard,  « La tête au carré » du 7 octobre intitulée « Vivre avec les loups », aucun des intervenants n’appartenait au camp des défenseurs du loup. Suit quelques pages plus loin, un papier intitulé, « les journalistes, l’écologie et le… courage » qui dénonce la censure des médias à propos de la chasse. Pas vraiment glorieux pour notre profession!
(Danièle Boone)

Les 4 numéros annuels de Goupil sont envoyés gratuitement aux adhérents et aux journalistes sur demande.
Association pour la protection des animaux sauvages, tél. : 04 75 25 10 00 – www.aspas-nature.org
Contact presse : Madline Reynaud. Tél.: 04 75 25 62 14 – animaux@aspas-nature.org

CANARD SAUVAGE
Spécial 50 ans

ANNUAIRE 2019


Ils nous soutiennent
pour nos 50 ans