Agriculture de proximité : comment nourrir les villes de demain ?

En 2050, 70 % de la population mondiale vivra en ville. Alors, comment nourrir demain les milliards de citadins alors que les terres agricoles diminuent comme peau de chagrin grignotées par l’extension urbaine et l’extension du réseau routier ? Cette question était au cœur du débat sur l’agriculture urbaine dans le cadre des rencontres internationales d’Ecocity 2013.

 .

par Myriam Goldminc

.

Parmi les différentes solutions proposées, Montréal fait figure de pionnière. Depuis plus de 15 ans, l’agriculture urbaine fait partie intégrante de la politique municipale. 43 % de la population, soit ½ million de personnes, pratiquent l’agriculture en ville. Ainsi, coexistent à côté des petits maraîchers biologiques dans les jardins communautaires (environ 8500 parcelles dans la ville) des agriculteurs qui travaillent dans des fermes urbaines (46 hectares).

.

Environ 2500 personnes produisent sur les toits des immeubles sous serre des fruits et des légumes. Passée, la liste des bienfaits d’un maraîchage urbain. Il y a celle de ses limites. Un potager sur un toit peut certes produire de beaux légumes, mais sont-ils bio pour autant ? Quels sont les types de solidarité à créer pour éviter la concurrence entre les agriculteurs urbains et les agriculteurs périurbains ?

.

Pour tenter de répondre à ces problématiques et à bien d’autres, le Conseil Municipal de Montréal a créé un centre de formation et d’expérimentation lié à l’agriculture urbaine et à l’environnement ouvert à tous, en collaboration avec les jardiniers urbains et les agriculteurs locaux.

.

Agrocité, ferme agro-écologique participative

Initiation au compostage, atelier de bricolage de serre amovibles, préparation de semis de cultures… en plein cœur de Colombes (92), ce n’est pas une utopie! Animé par l’association AAA, l’Atelier d’Architecture Autogérée est constitué d’une ferme urbaine, de jardins collectifs pour les habitants du quartier et des espaces pédagogiques qui comportent une série de dispositifs collectifs :unité de lombric-compostage, production énergétique, récupération des eaux fluviales, etc.

.

A terme, le site accueillera un café associatif, une bibliothèque de graines, un marché de légumes et de produits agricoles locaux. Agro-Cité s’inscrit dans un projet global intitulé Ru-Urban, qui est financé par l’association AAA, la mairie de Colombes, le Conseil Régional d’Ile-de-France, le Conseil départemental des Hauts-de-Seine et la Commission européenne via le programme Life.

.

L’objectif est ambitieux : développer l’habitat coopératif et écologique, recycler les déchets urbains pour l’écoconstruction et créer des circuits courts, écologiques, économiques, sociaux et culturels, en lien avec une série d’activités en utilisant des terrains urbains et ruraux de manière réversible.

.

Toutes ces expériences sont à suivre de près puisqu’elles ouvrent des perspectives nouvelles dans nos modes de production et de consommation. Un signe de changement vers de nouveaux modèles plus sociaux et plus solidaires pour demain.

.

Réseau aliments pour les villes

http://www.fao.org/docrep/014/am660f/am660f00.pdf

.

L’expérience de Montréal

http://www.agriculturemontreal.info/

.

Agrocité
4-12 rue Jules Michelet à Colombes
Tél. 01 53 26 72 20
.

ANNUAIRE 2019
Spécial 50 ans


Ils nous soutiennent
pour nos 50 ans