Caméra Réparcafé

Choses vues et vécues lors d’un « Réparcafé » dans le XVe arrondissement de Paris…

 

par Florence Faucompré

 

IMG_1451

« Réparcafé » dans le XVe arrondissement de Paris – photo Florence Faucompré

 

J’ai beaucoup appris en deux après-midi ! « Villes en transition » du XVe organisait un « Réparcafé » qui remporta un vif succès… Chacun pouvait apporter ,qui un petit appareil électroménager, qui un vêtement à rapiécer. Une table pour la couture, une table pour le bricolage. Une femme apporta une machine à coudre qu’elle avait trouvée jetée sur le trottoir… et qui fut réparée ! Une autre une lampe ancienne avec une ampoule à baïonnette, dont la douille était indévissable… Il fallut beaucoup de force, des pinces crocodile et du dégrippant pour en venir à bout !

 

Pour ma part, j’avais apporté un petit batteur à œufs Moulinex électrique qui oeuvra en pâtisserie durant 22 ans, et dont une tige ne tenait plus dans son habitacle.

 

Les bricoleurs sont bien outillés et trouvent un plaisir fou à devoir résoudre des difficultés. Acharnement, astuces et force musculaire font le reste. Parmi les outils, notons : les tournevis à claquets, les élastiques, les épingles à nourrice, les allumettes, les bouts de fils de fer, le fer à souder… et j’en passe ! Un inventaire à la Prévert !

 

IMG_1453

« Réparcafé » dans le XVe arrondissement de Paris – photo Florence Faucompré

Nous avons appris à nettoyer un séchoir électrique (voir photos, les élèves attentifs autour du maître !) à réparer un grille-pains (un jeu d’enfant), une radio, un sac à dos troué, une poche de pantalon itou… « Il faut graisser » : voilà une des clés de l’entretien des appareils électriques !

 

Sachez que nous sommes tous entrés dans l’ère du Machiavélique, les fabricants inventant des vis en forme d’étoiles ou de u, de façon à ce que nous ne personne ne puisse les tourner ; le must étant les capots hermétiques sans vis : ainsi, le consommateur n’a plus qu’à jeter et à racheter. La Terre n’a pas été consultée.

 

Ici, on ne déprime pas, on agit, on sauve, on récupère, on apprend ! Un jeune homme en train de coudre, c’est une vue réjouissante. On s’informe, on rit, on boit du thé bio. On coud joyeusement pour le voisin qui n’aime pas ça… On se sent vivants !

 

 

 

« Réparcafé » dans le XVe arrondissement de Paris - photo Florence Faucompré

« Réparcafé » dans le XVe arrondissement de Paris – photo Florence Faucompré

 

Je suis repartie aux anges avec mon batteur à œufs badigeonné de scotch bleu, et fermement décidée à renouveler l’expérience. Je vais guetter sur les trottoirs … les machines à coudre !

CANARD SAUVAGE
Spécial 50 ans

ANNUAIRE 2019


Ils nous soutiennent
pour nos 50 ans