Lettre ouverte à Monsieur le Maire de Mulhouse

Voici une lettre ouverte au Maire de Mulhouse envoyée par Roland de Miller, membre des JNE et fondateur de la Bibliothèque de l’Écologie.

.

Gap, le 12 février 2013
.

Monsieur le Maire,

.

J’apprends par la presse que vous avez un projet municipal de réaménagement du parc Georges Steinbach à Mulhouse et que ce projet est pourtant contredit par l’avis négatif du commissaire enquêteur qui vous a été remis. Étant moi-même natif de Mulhouse et descendant de la famille Steinbach, je me sens vivement concerné par cette affaire. Je tiens à vous rappeler que mon aïeul Georges Steinbach (1809-1893) a fait don de ce parc à la Ville de Mulhouse à la condition expresse qu’il soit conservé en l’état, c’est-à-dire comme un parc boisé de tous ses arbres et buissons, un lieu qui offre repos, calme, tranquillité et joies esthétiques à ses visiteurs. Votre projet d’en arracher 80 arbres pour « éclaircir le square » et en faire un lieu de passage est un projet sacrilège et une atteinte à la mémoire du donateur. Tout, dans le projet présenté par le cabinet de paysagisme Mutabilis, vise à détruire ce lieu de tranquillité. C’est INACCEPTABLE ! Le cabinet Mutabilis ment, il dessine le contraire de ce qu’il dit. Si vous adoptez son projet VOUS FAITES LE JEU DU MENSONGE, vous serez traîné devant les tribunaux et vous ne pourrez plus jamais parler de protection de l’environnement de manière crédible.

.

Abattre les vieux arbres du parc Steinbach serait un crime et ce serait encore accentuer la transformation de la ville de Mulhouse vers une laideur minérale déjà pesante. Je vous rappelle que les grands arbres sont un réconfort et un secours vital pour les déprimés et les malades qui peuvent venir s’asseoir auprès d’eux. La présence du végétal et la compagnie des arbres sont indispensables à la santé urbaine. Les buissons du parc permettent la nidification des oiseaux en ville et je tiens à vous rappeler les efforts de la Ligue d’Alsace pour la Protection des Oiseaux, créée il y a 50 ans à Mulhouse.

Aujourd’hui en France, tout prétexte est bon pour abattre des arbres mais cela revient à augmenter le taux de violence dans notre société, comme s’il n’y avait pas déjà assez de violence urbaine dans la ville de Mulhouse ! Cela s’inscrit en continuité avec une société où le crime est banalisé, voire excusé : on abat un arbre comme on règle son compte à un concurrent trop gênant, pour de l’argent. C’est faire œuvre démoniaque que de tuer ainsi des êtres vivants pour ne laisser à leur place que la stérilité minérale. En vérité, abattre des arbres, jadis respectés et vénérés depuis plus d’un siècle, relève d’une culture patriarcale de domination et d’irrespect qui cherche à juguler sentiments et émotions. Si vous persistiez dans votre projet d’abattre ces arbres, vous donneriez un exemple déplorable à nombre de propriétaires de villas qui, à travers la France, n’ont déjà que trop la rage de couper les arbres et de défricher à tout va. Si vous persistiez, nous serions nombreux en France à le faire savoir dans les médias.

.

Comme premier magistrat de la Ville, vous êtes redevable vis-à-vis des citoyens mulhousiens. Je vous invite à retrouver sagesse et bon sens. Je vous invite donc à vous conformer aux recommandations du commissaire enquêteur et à laisser en l’état le parc Steinbach pour le bien-être de tous dans votre commune. Votre réputation personnelle pourrait se faire en affirmant la sauvegarde de ce patrimoine.

.

Dans l’attente d’une sage décision de votre part, je vous prie d’agréer, Monsieur le Maire, mes salutations respectueuses,

.

ANNUAIRE 2019
Spécial 50 ans


Ils nous soutiennent
pour nos 50 ans