2017 : une République en transition

 


par Thomas Blosseville

.

Qui l’eût cru ? Il aura été beaucoup question de transition énergétique durant le quinquennat Hollande. Des pans entiers du sujet restent évidemment à traiter : rénovation des bâtiments, transports doux et durables, culture de la sobriété… Mais la transition énergétique est repartie sur des bases solides après les atermoiements du couple Sarkozy-Fillon. Le développement des renouvelables a redémarré. Les territoires ont gagné en légitimité. La France ose envisager une décentralisation de son modèle. Elle a même inscrit dans la loi l’objectif de diviser par deux sa consommation d’énergie d’ici à 2050.

.

Las, qui s’en contentera ? Si le bilan du quinquennat semble satisfaisant, c’est en comparaison au précédent. Rappelez-vous : le gouvernement Fillon avait organisé un Grenelle de l’environnement novateur avant d’opérer un virage idéologique à 180°, brisant l’élan des énergies renouvelables. François Hollande a su relancer la transition énergétique, mais pas assez au regard de l’ambition affichée lors de la COP21. La centrale de Fessenheim l’illustre : la France reste empêtrée dans l’ornière nucléaire. Même si l’arrêt d’un réacteur n’est plus un sujet tabou, l’État n’a pas su concrétiser l’opération.

.

A l’heure d’entamer un nouveau quinquennat, les candidat(e)s sont-ils à la hauteur de l’enjeu ? Marine Le Pen soutient le nucléaire et les renouvelables tout en s’opposant frontalement à l’éolien, pourtant pilier de la transition énergétique et pourvoyeur d’emplois en France. Totalement incohérent. Et les autres ? La ténacité d’un Fillon, le pragmatisme d’un Macron et la radicalité d’un Mélenchon sont-ils des atouts ? Que penser d’un Hamon frondeur devenu conciliateur ?

.

François Fillon parie sur le nucléaire et les renouvelables, sans préciser comment ils pourraient coexister. Emmanuel Macron s’inscrit dans la continuité de la loi de transition énergétique. Son pragmatisme économique pourrait bénéficier aux énergies renouvelables dont le coût baisse. Mais il n’a pas fixé de cap clair au-delà de 2025-2030. Au contraire de Benoît Hamon, qui veut sortir du nucléaire en une génération et atteindre 100 % de renouvelables en 2050. Toutefois, le socialiste manque de précision sur la manière d’y parvenir. Un objectif ambitieux suppose une transformation complète de la société et une méthode robuste pour l’accompagner. Cette remarque vaut aussi pour Jean-Luc Mélenchon. Le candidat des Insoumis veut créer un pôle public garantissant à tous un accès gratuit minimum à l’énergie en nationalisant EDF et Engie. Cette démarche est-elle compatible avec une décentralisation du système ?

.

En réalité, la transition énergétique suppose un subtil équilibre entre libération des initiatives et solidarité nationale. Un État planificateur n’est rien sans un État facilitateur : il est impuissant s’il ne crée pas les conditions du changement. Cela suppose de fixer un cap – Hamon et Mélenchon le font en partie – mais aussi de stimuler les projets des collectivités locales et des acteurs privés. Car les solutions ne seront pas les mêmes à Marseille et à Dunkerque, à Paris et dans la Drôme. Cette culture de l’innovation et de la prise de risque est sans doute plutôt dans l’ADN du candidat Macron.

.

Pour inscrire des projets individuels dans une démarche commune, pour fixer des objectifs et laisser la société s’en emparer, pour encourager le changement tout en réduisant les inégalités, un(e) président(e) idéal(e) emprunterait sûrement des qualités à différents candidats. Alors, aussitôt l’élection passée, il faudra vite oublier les clivages attisés par la campagne présidentielle. Et faire de la transition énergétique – au-delà des sensibilités politiques – un projet républicain.

.

Thomas Blosseville est journaliste spécialisé sur la transition énergétique.

.

.


.